Primaires à Gauche : les communistes valent mieux que ça !

, par  Herve Poly , popularité : 8%

Une contribution d’Hervé Poly, publiée le 14 avril dans l’Humanité

Nous sommes en décembre, vous sortez groggy des élections régionales et une simple dépêche tombe et vous aide à (r)ouvrir et à lever les yeux : « une mère de six enfants dont le dernier âgé de cinq ans n’a jamais connu l’eau chaude explique son calvaire au quotidien ». Est-ce ainsi que les hommes vivent nous dirait le poète ? Et que dire de ce travailleur de SKF qui se voit accusé du vol d’un morceau de chiffon, raison pour laquelle il sera licencié comme un malpropre ? Puis vinrent la chemise arrachée d’un DRH d’Air-France et la condamnation de nos camarades de Goodyear. Une colère singulière commence à gronder dans le pays. Ça bouillonne et ça commence à faire beaucoup.

L’hiver se termine et le printemps pointe le bout de son nez avec une loi travail, véritable régression historique pour l’ensemble des salariés. C’est peut-être l’étincelle après des années durant lesquelles notre peuple était comme la bouche d’un volcan éteint. C’est par milliers qu’ils manifestent. La raison tonne (enfin) en son cratère. En tous les cas, la conscience grandit, les luttes gagnent en puissance de manière inédite sous un gouvernement socialiste dont l’une des principales vocations est de briser toute forme d’espoir.

Vous regardez ce qui bouge et tentez de comprendre le mouvement "nuit debout". Vous y voyez un vent de contestation et entendez que certains clament « nous ne revendiquons rien ». Vous êtes plus que sceptique. Alors vous cherchez vainement le programme du PCF mais nous n’en avons plus. Il reste seulement celui de 2012, celui du Front de gauche, même pas actualisé.

Nous sommes en janvier et nous apprenons que notre direction propose, en complet décalage avec les évènements, de participer à des primaires à Gauche. Les bras m’en tombent ! Très vite je réagis à ce non-sens historique jamais atteint au PCF et dénonce ce faux-fuyant qui à mes yeux nous mène droit à une impasse.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et beaucoup d’encre sur le papier pour rejeter cette proposition qui divise lourdement la direction et qui devrait mener à une clarification prochaine.

Alors que faire ? D’abord en finir avec ce scénario funeste comme le demandent plusieurs membres du CN en érigeant enfin les bases d’un débat qui n’oublie pas de poser la question jamais soulevée d’une candidature communiste. C’est à nous de trancher cette question, à partir d’un bilan de l’état réel du parti, de ses capacités à présenter ou non une candidature. Comme en 2012, si nous en avons les capacités, j’y suis favorable. C’est cela un vrai débat, c’est cela faire appel à l’intelligence collective de notre parti, c’est cela œuvrer à unir les communistes. Unir les communistes c’est aussi pour moi travailler à un programme, car force est de constater que nous n’en avons plus. Cela devient urgent !

Avec plus de 600 militants communistes de 65 fédérations, je suis signataire du texte alternatif « Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF ». Il soulève bien des questions qui doivent être impérativement débattues notamment celle du carcan européen, de nos relations avec les partis communistes en Europe. Je pointe par exemple mon regard bien plus en direction de Lisbonne où les communistes jouent un rôle central que vers Athènes où Syriza s’est soumis quoi qu’on en dise. J’ai aussi cette préoccupation d’une grande bataille pour la Paix qui passe par l’exigence de la sortie de la France de l’OTAN et la dénonciation des marchands de canons, cause de tant de misère dans le monde.

J’ai enfin la conviction qu’il ne peut y avoir de gauche de changement réel en France sans un puissant parti communiste. Oui dans cette terre classique des affrontements politiques où tout est possible, la France, nous avons besoin d’une force communiste pour faire face à la puissance organisée du capital. Luttons pour gagner le retrait de la loi travail et les portes du changement s’ouvriront sans aucun doute aux réalistes qui demandent l’impossible.

Hervé Poly
Secrétaire du PCF 62

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).