Manifeste des continuateurs communistes

Ensemble pour continuer le vrai Parti communiste en France ! Pour rallumer l’espérance révolutionnaire, nous assumons toute notre histoire (Réponse à O. Dartigolles, porte-parole du PCF)

, popularité : 4%

Une des caractéristiques de la situation politique, c’est que le peuple, les travailleurs, les militants, les communistes, sont tous contraints à ouvrir les yeux sur la réalité des rapports de force, la nature du régime, la fin de la longue illusion de l’union de la gauche. Bien entendu, ce n’est pas dans les médias que cette conscience apparaît, mais le peuple lui, le sait depuis longtemps, d’où la désertion électorale de la gauche et l’échec des tentatives de sa reconstitution à la gauche de la gauche.

Pour les communistes, la conscience qui chemine, c’est celle de l’urgente nécessité de reconstruire une organisation, un parti. L’émiettement fait que chacun pose cette question à sa manière, mais la vie conduira nécessairement ceux qui reconstruisent à se parler, se coordonner... s’organiser, et c’est de ce processus que renaîtra un grand parti communiste.

Le PRCF, qui l’exprime à sa manière depuis longtemps, comme l’association des communistes ANC, comme la mobilisation des communistes pour le prochain congrès du PCF, font partie de ce mouvement.

pam


« Il y a eu et il y aura un Parti communiste en France, avec vous, sans vous ou contre vous ».
André Tollet, dirigeant de l’insurrection parisienne de 44, à l’adresse des dirigeants "mutants" du PCF

« Il existe en France un noyau révolutionnaire indestructible ».
Marcel Paul, déporté-résistant, ministre communiste en 1945, artisan central des nationalisations.

Devant la fascisation galopante de notre pays à laquelle, de son propre aveu, le PCF n’arrive pas à faire face alors qu’il y va de sa responsabilité historique, l’heure est au bilan. Qui présentera un jour à la direction du PCF la lourde addition que comporte, pour notre peuple, l’abandon des principes léninistes et des positions de classe qu’ont signifié la « mutation » réformiste du parti et sa « métamorphose » en membre « euro-constructif » du Parti de la gauche européenne ?

L’aveu d’Olivier Dartigolles

JPEG - 18.4 ko

Confrontée à un échec généralisé (pas seulement sur les plans électoral et organisationnel mais aussi sur le plan de l’effondrement du rapport des forces entre le Capital et le Travail), cette direction ne peut que reconnaître le désaveu populaire à répétition qu’elle subit – comme l’a récemment fait le porte-parole du PCF dans Le Figaro du 14 janvier 2016…. – mais jamais pour l’attribuer à la politique qu’elle mène délibérément et que caractérisent le suivisme à l’égard de la social-démocratie, la ligne euro-béate de « réorientation progressiste de l’euro », la liquidation de l’outil de masse et de classe qu’était encore le PCF, malgré les premiers glissements idéologiques survenus alors, jusqu’au refus du traité de Maastricht inclus (septembre 1992).

Au contraire, ce serait toujours de la faute au PCF en soi, de l’histoire qu’il porte en lui malgré sa direction actuelle, de ce qu’il véhiculerait de négatif au regard d’une prétendue « crise de confiance qui touche les partis ». Singulier raisonnement qui conduit à mettre en accusation le PCF ouvrier, patriote… et marxiste-léniniste des années 1930 / 1970 (à l’époque où ce parti était à la fois le premier parti dans la classe ouvrière et dans la nation, ce qui dura jusqu’à la période du programme commun) et qui dédouane les directions mutantes actuelles ; car en fait d’ « élargissement » et de « rénovation », ces directions ont conduit à la baisse dramatique des effectifs organisés, à l’écroulement électoral et au recul généralisé dans la bataille d’idées contre le Capital.

PNG - 172.7 ko

La direction liquidatrice prétend que, pour s’adresser au peuple, il faudrait au fond moins de Parti, alors qu’il en faut évidemment plus et mieux. C’est largement parce que nous n’avons plus de PCF digne de ce nom que les forces de la réaction s’avancent. C’est aussi parce que le PCF n’a cessé, sous couvert de « rénovation », de se social-démocratiser, que le PS a eu les mains libres – il ne demandait d’ailleurs que ça ! – pour se rapprocher ostensiblement de la droite et du patronat, et que la droite elle même, de plus en plus délestée de tout contrepoids politique progressiste, a pu se lancer dans ses fascisantes surenchères avec le FN.

« Il faudra tout explorer, sans tabou », nous dit alors Olivier Dartigolles, toute honte bue, alors que par avance, depuis plus de vingt ans, est éludé le bilan désastreux de la mutation-dénaturation et du ralliement destructeur du PCF au principe de la « construction » européenne. Et Dartigolles d’évoquer la possibilité d’un changement de nom du parti : « Communisme reste un joli mot. On y trouve le terme commun. Réfléchir autour de cette notion pourrait être l’un de nos grands défis, pour s’opposer aux divisions, aux inégalités. »

Nous y voilà ! Ils garderont peut-être le mot « communisme », puisqu’il faut bien gérer la « marque » et tenter d’empêcher que les vrais communistes, actuellement membres ou non membres du PCF, ne reprennent à leur compte l’héritage communiste français ; ou bien la direction du PCF conservera en guise d’alibi le mot « commun »… ou bien pourquoi pas, elle gardera seulement l’expression « com », ce fétiche de tous les « porte-parole », de tous les démagogues, de tous les partis bourgeois qui remplacent le contenu de classe, les analyses marxistes, l’organisation en classe ouvrière, par les « relations publiques »…

Encore et toujours : « rénover » pour mieux liquider !

PNG - 50.8 ko

Mais surtout, on peut gager que ces messieurs remettront en question les mots « Parti » et le mot « français » du sigle PCF.

Le Parti ? C’est « ringard » pour les petits bourgeois que les dirigeants du PCF à la dérive souhaitent flatter, toujours dans le sens du poil, à chaque nouvelle vague de cet anticommunisme qui tourne aujourd’hui à la répression maccarthyste dans un nombre croissant de pays d’Europe. Tellement « ringard » en effet que, pendant que les travailleurs de France n’auraient plus de parti à eux – avec tout ce que cela implique d’implantation dans les entreprises, de liens vivants avec le syndicalisme de classe et de masse, d’organisation à la fois démocratique et centralisée pour faire face au Capital de référence assumée à l’histoire du Mouvement ouvrier et communiste international et français (Commune de Paris, Révolution d’Octobre, Congrès de Tours, Front populaire, Résistance patriotique armée, combats héroïques de l’Armée rouge, œuvre des ministres franchement communistes de 1945/47, luttes de l’après-guerre pour la paix, la démocratie, l’indépendance nationale, le progrès social, contre le colonialisme et les croisades antisoviétiques…), les forces réactionnaires, elles, se doteraient sans états d’âme de puissants partis réactionnaires et fascisants pour écraser le mouvement populaire, liquider l’indépendance et l’existence même des nations, pour menacer la paix du monde et pour reprendre jusqu’au dernier tous les acquis sociaux, démocratiques, laïques, etc. qu’a arrachés au prix du sang le mouvement ouvrier et démocratique français.

JPEG - 15.5 ko

La France ? Cela fait des années que la fausse gauche et ceux qui la suivent laissent les fascistes souiller la Nation sans la défendre en répudiant l’idée de souveraineté nationale et en soutenant les illusions paralysantes du Parti de la Gauche Européenne sur l’impossible « réorientation progressiste de l’UE ». C’est au contraire quand le PCF des Cachin, Thorez, Duclos, Frachon, Croizat, Sémard, Danielle Casanova, etc. puis, de manière moins conséquente, celui de Georges Marchais, mettaient la classe ouvrière au cœur de la nation en unissant dans les luttes le drapeau rouge au drapeau tricolore, que le PCF était devenu, pour le bien du peuple français, le premier parti de France avec une solide influence dans les milieux intellectuels (Politzer, Aragon et Elsa, Eluard, Langevin, Wallon, Picasso, Léger, Lurçat, Jean Vilar, etc.). Comment s’étonner au contraire, alors que la référence à la classe ouvrière a depuis longtemps été rayée des statuts du PCF (ainsi que celles au centralisme démocratique, à l’internationalisme prolétarien, au marxisme-léninisme…) et que le PCF a de fait substitué à la bataille pour le produire en France les fumées de l’ « Europe sociale » (introuvable !) et du « service public européen », si le dangereux FN s’implante dangereusement dans nombre de localités communistes ou ex-communistes, Nord-Pas-de-Calais, Région parisienne, etc. ?

En revanche on peut parier que les dirigeants de l’actuel PCF-PGE ne toucheront jamais au « tabou » majeur : l’affiliation de leur nouveau mouvement « pour le communisme » (cette notion qu’ils veulent vider de tout contenu de classe précis) au Parti de la Gauche Européenne, que préside M. Pierre Laurent, ainsi que l’adhésion de ce mouvement aux mythes réformistes paralysants de la « réorientation sociale, démocratique et pacifique » de l’UE, cette prison des peuples dont la capitulation finale d’Alexis Tsipras, soutenue par Pierre Laurent, a prouvé qu’elle est totalement antinomique de progrès social, de solidarité internationale et d’indépendance nationale.

Communistes, on ne lâche rien !

PNG - 359.1 ko

Eh bien non ! Nous refusons cette ultime liquidation qui, si les continuateurs du parti communiste ne s’unissent pas pour lui faire face, aggravera la paralysie du mouvement populaire pilonné par la réaction, par la justice de classe et par le patronat. Du véritable P.C.F., nous, militants franchement communistes, nous entendons tout garder, fût-ce en ravivant ce grand héritage historique au feu de l’affrontement de classes actuel qui se fait de plus en plus brutal sur fond de fascisation de la société, de guerres impérialistes sans fin et de durcissement sur tous les plans (politique, répressif, économique, militaire, culturel, linguistique…) de la dictature euro-atlantique..

C’est pourquoi, en lien avec les luttes des travailleurs, il nous faut retrouver et reconstruire ensemble le parti dans sa forme léniniste, le plus bel outil organisationnel jamais forgé par le mouvement ouvrier.

La France, non seulement nous n’entendons pas l’abandonner aux fascistes, mais nous leur dénions le droit d’en usurper le nom afin de diviser la nation entre « bons » et « mauvais » Français dans l’unique but d’aggraver la dictature de l’oligarchie capitaliste sur la société. Comme Jean Ferrat chantant Ma France, celle des révolutions, des Lumières communes et des artistes, nous combattons à la fois l’UMPS maastrichtien qui dissout notre pays dans l’Empire euro-atlantique, et l’ultra-droite sarko-lepéniste, qui souille et dévoie le grand héritage républicain, laïque et humaniste du peuple français. Et cela ne nous empêche nullement, bien au contraire, de combattre à boulets rouges le lepénisme, la Françafrique néocoloniale et les ingérences incessantes de l’impérialisme « français » en Ukraine et au Proche-Orient.

Si la prétendue stratégie anti-FN des dirigeants actuels du PCF a échoué, de même d’ailleurs qu’un certain antifascisme incantatoire et purement moralisateur (comme le reconnaît à demi-mots M. Dartigolles), le PRCF et tous les militants franchement communistes qui, soit militent encore au sein du PCF, soit se sont organisés à l’extérieur pour continuer le combat révolutionnaire, portent depuis longtemps une solution dont le principe a été validé par l’histoire : sous l’impulsion de la classe ouvrière et du monde du travail, associer la défense de la Nation, l’anti-impérialisme et l’antifascisme systématiques pour isoler le grand capital et rouvrir, non dans les mots mais dans les actes, le chemin de la révolution socialiste à notre pays. C’est dans cet esprit que nous portons une stratégie innovante, bien qu’elle plonge ses racines dans les orientations fondamentales du Front populaire et de l’Internationale communiste : sans jamais nous soumettre au parti « socialiste », nous appelons à l’unité d’action des communistes en rejetant toute tutelle de dirigeants en route vers la liquidation finale du PCF, à l’union des syndicalistes de lutte pour le tous ensemble et en même temps du monde du travail, à un large Front Antifasciste, Patriotique et Populaire pour sortir notre pays de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme. Et face à tous ceux qui « inventent » des utopies fumeuses pour mieux éluder la confrontation de classe avec Hollande, nous réaffirmons que la vraie solution pour remettre notre peuple sur la voie du progrès social, de la paix et de la démocratie véritable, reste le socialisme dans la visée du communisme ; ce qui implique toujours la conquête du pouvoir politique par la classe travailleuse (laquelle inclut l’immense majorité des chômeurs, des pensionnés et des jeunes en formation) et la socialisation des grands moyens de production et d’échange.

Faisons renaître le vrai PCF !

JPEG - 9.6 ko

En bref, nous défendons la nation contre ceux qui la divisent et la déshonorent : les fascistes et tous ceux qui pactisent avec eux, mais aussi contre ceux qui dissolvent la France dans le bain d’acide de l’UE supranationale et du « Pacte Transatlantique », qu’il s’agisse des pseudo-« Républicains » de Juppé et de Sarkozy ou des pseudo-« socialistes » qui suivent Hollande, Valls, Macron et Cie. Et oui, nous assumons fièrement, contre les sociaux-démocrates de plus en plus décomplexés qui dirigent l’actuel PCF en sursis, la fermeté léniniste contre la liquidation et le laisser-faire mencheviks, contre les ego tout-puissants et la présomption anarchisante, contre le refus désarmant de la « forme-parti » cher aux idéologues pseudo-modernes qui prônent ainsi le désarmement unilatéral du camp des travailleurs.

Plus que jamais, les militants du Pôle de Renaissance Communiste en France, et avec lui tous les militants franchement communistes qui veulent continuer le combat communiste, assument leurs responsabilités en tendant la main à toutes celles et à tous ceux qui ont compris ceci : le besoin de continuer et de faire renaître le vrai parti communiste en France est vital pour notre peuple et pour sa classe ouvrière agressée comme jamais, mais disposée à affronter l’adversaire de classe si on l’aide à reconstruire ses outils militants (cf. les luttes dures à Goodyear, Air France, à la SNCM, à l’EDF, etc.).

Nous appelons donc les communistes, membres ou pas du PCF, à se saisir du présent Manifeste des continuateurs communistes pour qu’approche à grand pas la reconstruction du vrai Parti communiste en France. Pour continuer le vrai PCF dont la direction voudrait officialiser la liquidation en catimini, nous tendons la main aux communistes de France : préparons-nous ensemble, camarades, dans l’unité d’action franchement communiste et les initiatives communes, à répondre présents au rendez-vous de l’histoire.

JPEG - 23.2 ko

Sous la bannière rouge frappée de la faucille et du marteau victorieuse de Stalingrad à Berlin, dans la continuité d’Octobre 1917, du Congrès de Tours, du Front populaire, de la Résistance antifasciste et des grandes luttes du véritable PCF, sans jamais fléchir devant la réaction et la trahison, en avant tous ensemble, camarades !

Les trente premiers signataires – Léon Landini, anc. officier FTP-MOI, Médaille de la Résistance, président du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF), Pierre Pranchère, ancien maquisard FTP, anc. député de Corrèze, vice-président du PRCF, Georges Gastaud, philosophe, secrétaire national du PRCF, Antoine Manessis, responsable international du PRCF (38), Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine (78), Aymeric Monville, militant communiste, éditeur (Paris), Jean-Pierre Hemmen, directeur de la revue Etincelles (80), Vincent Flament, rédacteur en chef d’Initiative communiste (59), Jany Sanfelieu, secrétaire du PRCF (89), Annette Mateu-Casado, trésorière nationale du PRCF (66), Benoît Foucambert, syndicaliste enseignant (81), Jo Hernandez, secrétaire de la commission Luttes du PRCF, Bernard Parquet, anc. directeur de l’Ecole centrale du PCF (94), Gilliatt De Staërck, militant des Jeunes pour la Renaissance Communiste en France (22), Sophie Peuch, responsable du CL’IC rouge (19), Madeleine Dupont, militante de la solidarité de classe internationale (62), Fadi Kassem, responsable PRCF francilien, Gwenaël Bidault, syndicaliste protection sociale (22), Nicole Lochouarn, syndicaliste territoriale (92), Bernard Colovray, ouvrier du Livre retraité (69), Bernard Guillaumin, PRCF (78), Jean-Michel Padot, conseiller municipal franchement communiste de Bully-les-Mines (62), Anna Persichini, militante syndicale métallurgie (06), Nathalie Meyer, militante mutualiste (84) ; Jacky Omer, PRCF, militant syndical de classe (SNCF), Alain Combe, militant communiste, présentement privé d’emploi (87), Luc Wajs, militant syndical (13), Jean-Claude Houseaux, médecin, mil. Communiste (84), Claude-Emile Tourné, médecin, militant communiste (fils d’André Tourné, Brigadiste international d’Espagne, ancien député, 66) ; Jean-Michel Pascal, syndicaliste fonction publique (75) ; Boris Differ, étudiant, militant JRCF (31) ; Antoine Dos Santos Mateus, étudiant (77), Betty Tambuscio, syndicaliste (MC)

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).