Appel international pour les élections au Parlement européen

Pour une Europe des travailleurs et des peuples

, par  communistes , popularité : 15%

Cet appel est apparu discrètement sur le site du PCF. On ne sait pas si c’est une initiative d’un parti ou de plusieurs, et il n’a jamais été évoqué au conseil national du parti.
Pourtant, il présente un intérêt certain pour les débats des communistes sur la souveraineté, la nature de l’union européenne, son caractère réformable ou pas...
Il donne écho à la démarche que nous avions proposé d’un appel des communistes européens, même s’il n’affirme pas la nécessite d’un changement de société.

Cependant, il introduit une différence claire entre l’Union Européenne, non réformable, et l’Europe, espace géographique et historique dans lequel d’autres coopérations entre nations souveraines sont nécessaires...

C’est une manière dialectique pour les communistes français de porter à la fois la colère contre l’Union Européenne, le refus de cette dictature qui impose austérité et casse des services publics, tout en affirmant leur position internationaliste, à l’échelle du contient européen. En quelque sorte, avec cet appel, on peut vouloir sortir de l’Union Européenne, tout en proposant une autre Europe... Voila qui mérite discussion...

Les élections au Parlement européen mettent les travailleurs et les peuples des États membres de l’Union européenne (UE) face à d’énormes difficultés et impasses. Les travailleurs sont confrontés à la précarité et à l’insécurité sociale, aux inégalités, à la pauvreté et à l’attaque contre les salaires, les retraites et leurs droits. Les populations, et en particulier les jeunes, subissent le chômage, une migration économique forcée, un accès de plus en plus restreint à l’éducation, à la santé et au logement. Une réalité qui exprime l’intensification des politiques d’exploitation et d’appauvrissement de l’UE.

Les asymétries et les inégalités de développement entre les États membres de l’UE se sont aggravées. L’UE elle-même reste en crise et confrontée à de graves troubles.

L’UE, les classes dirigeantes et les forces qui les représentent ne peuvent plus dissimuler le mécontentement social croissant provoqué par leurs politiques : néolibéralisme dans l’économie, structure non démocratique et centralisée de son fonctionnement, militarisme et interventionnisme dans les relations internationales. Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui admettent que les déclarations et les promesses de l’UE et des forces qui la dirigent ont été réfutées. La réalité à laquelle les peuples de nos pays sont confrontés est très différente.

- Au lieu de "prospérité", les peuples de l’UE comptent des millions de chômeurs, de sans-abri et de pauvres, alors que des milliards d’euros sont consacrés au sauvetage des banques. Les services publics et les entreprises publiques sont en cours de privatisation et les biens sociaux commercialisés. Les pertes des banques sont transformées en dette publique sur le dos des travailleurs.
- Au lieu de "démocratie et liberté", de nouveaux mécanismes de classement des citoyens et de contrôle d’Internet sont mis en place. Les libertés démocratiques, y compris les droits syndicaux, sont attaquées. L’ultra-droite et le néofascisme, vaincus par la lutte des peuples du XXème siècle, réapparaissent en Europe, tandis que l’anticommunisme et la falsification de l’histoire européenne revêtent un caractère institutionnel. Dans certains États membres, les forces d’extrême droite participent au gouvernement, alors que le système leur permet de répandre le poison de la haine raciste, de la xénophobie, du chauvinisme, du sexisme et de l’homophobie, en remettant en question l’idée d’égalité.
- Au lieu d’œuvrer pour la "paix", l’UE militarise et approfondit constamment son lien organique avec l’OTAN. Aujourd’hui, avec la création d’une coopération structurée dans le domaine militaire (PESCO), une nouvelle phase du militarisme a été annoncée, qui implique notamment une augmentation des dépenses militaires et un "transfert d’investissement" vers l’industrie et le commerce des armes. Dans le même temps, l’Union européenne est impliquée dans une escalade d’interventions et d’agressions contre des États et des peuples, illustrée par sa complicité avec Israël face au drame vécu par le peuple palestinien.
- Au lieu de défendre l’environnement, l’UE subordonne ses politiques environnementales aux lois du marché. Les scandales des industries multinationales qui violent la législation sur l’environnement et l’incapacité de prendre les décisions nécessaires pour lutter contre le changement climatique et les conséquences dramatiques des problèmes environnementaux pour les peuples témoignent du fossé qui sépare les déclarations des actions.
- Au lieu de faire preuve de solidarité et de lutter contre les causes qui poussent des millions de personnes à quitter leur pays, l’Union européenne poursuit des politiques qui aggravent et détériorent la situation. Son implication dans les interventions impérialistes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord a multiplié le nombre de réfugiés. Les fardeaux du passé colonial, associés aux politiques néocoloniales d’exploitation des pays d’Afrique et d’Asie, ont créé un cercle vicieux de pauvreté et de sous-développement qui conduit leurs peuples à rechercher une vie meilleure en Europe. Dans le même temps, le grand capital dans les pays européens fait face aux réfugiés et aux migrants en tant que main-d’œuvre peu coûteuse qu’elle souhaite exploiter afin de saper les relations de travail. Personne ne doute que la migration et la crise des réfugiés constituent un problème complexe et multidimensionnel. Cependant, le militarisme, le racisme et la xénophobie ne peuvent jamais être la réponse. Les forces progressistes sont appelées à lutter dans chaque État membre de l’UE afin de donner et faire prévaloir des réponses conformes au droit international et à la primauté des principes de solidarité, d’internationalisme et l’unité de classe des travailleurs.

Les peuples veulent et ont besoin d’une autre Europe - Une autre Europe est possible !

Outre le cadre des traités, des politiques communes et du pacte de stabilité, l’UE a créé au cours des dernières années un mécanisme draconien permettant d’exercer un contrôle suffocant sur les budgets et les politiques budgétaires des États membres par le biais du traité fiscal, de la « gouvernance économique » et du « Semestre européen ». L’Union économique et monétaire se renforce, les relations de dépendance économiques et politiques sont en train de s’institutionnaliser, la souveraineté nécessaire pour exercer une politique différente au niveau national est en train d’être annulée, la démocratie et le droit du peuple au développement socio-économique compromis. "L’union bancaire" prône une concentration gigantesque de capitaux et le contrôle des systèmes financiers des États. Les accords de libre-échange avec les puissants centres du monde (tels que le CETA avec le Canada), en combinaison avec le commerce néocolonial, les politiques avec les périphéries en développement dans le monde, constituent l’aspect extérieur d’un modèle économique profondément injuste et exploiteur.

La démocratie, l’État et la souveraineté des peuples sont remis en question par l’imposition de relations de domination politique et économique dictées par le directoire des grandes puissances et déterminées par les intérêts des groupes économiques et financiers. Les gouvernements élus subissent des menaces flagrantes et font l’objet de chantage. Les référendums sont ignorés ou répétés jusqu’à ce que les citoyens votent conformément à ce que souhaite l’UE.

Les avertissements émis par les forces du progrès sur le caractère, les politiques et le cours de l’UE - tels que définis par ses traités et approfondis avec les politiques mises en œuvre par la droite et la social-démocratie en Europe - se sont révélés vrais. Cependant, non seulement l’UE n’écoute pas les voix des peuples, mais elle intensifie les attaques contre le niveau de vie et les droits de nos peuples. Avec le slogan "Plus d’Europe", les dirigeants de l’UE ne discutent pas d’une autre voie ou d’une autre Europe, mais de la rapidité avec laquelle l’UE continuera de renforcer ses monopoles, sa militarisation et ses diktats. D’autre part, non seulement le nationalisme et le racisme d’extrême droite ne constituent pas une alternative, mais ils représentent le visage le plus réactionnaire du capitalisme, rappelant les époques les plus sombres de l’Europe.

La crise dans l’UE - résultat du capitalisme et de ses contradictions - a mis en évidence de manière dramatique tous les problèmes et a montré que la construction de l’UE n’est pas réformable dans son essence, car ses traités définissent une structure et un processus néolibéraux et militaristes. Une voie de coopération efficace en Europe devra nécessairement reposer sur les principes de souveraineté, de liberté, de démocratie, de progrès social et de paix.

Une autre Europe est possible, nécessaire et plus que jamais à l’ordre du jour. Une autre Europe - une Europe qui servira les travailleurs, les peuples et leurs besoins - peut naître d’un changement radical des fondements sur lesquels l’Union européenne a été construite. Un changement radical conçu et décidé par les travailleurs et les peuples d’Europe.

L’histoire du continent européen est riche d’héritages militants et révolutionnaires. Cela prouve que les peuples - avec les travailleurs et les jeunes comme force pionnière - peuvent, avec leurs luttes, mettre un terme aux attaques et aux mesures barbares actuelles ; barrer la route à l’extrême droite et au fascisme ; ouvrir la voie à des transformations sociales majeures de caractère anti-impérialiste et anti-monopoliste : apporter une alternative au capitalisme et à ses impasses ; de projeter une fois de plus la vision de la construction de nouvelles sociétés, du progrès, de la paix et de la justice sociale.

Nous unissons les forces Nous renforçons les luttes

Les forces communistes, progressistes, anticapitalistes, anti-néolibérales, de gauche et écologistes qui ont co-signé cet appel considèrent que les prochaines élections au Parlement européen en mai prochain représentent une occasion importante d’exprimer notre lutte pour le présent et l’avenir de nos pays et du continent.

Nous savons que le danger de l’extrême droite représente aujourd’hui une menace majeure pour notre continent et ses peuples, également encouragée par l’administration Trump aux États-Unis. Les forces au pouvoir et les intérêts de l’Union européenne ne peuvent enrayer cette menace, car ce sont leurs politiques qui cultivent le terrain qui la génère, alors que certains collaborent même ouvertement avec l’extrême droite. Seules les forces du progrès, les forces qui luttent pour les droits du travail et les droits sociaux, ainsi que pour la souveraineté des peuples, peuvent être le rempart de la résistance à l’extrême droite et au fascisme. C’est pourquoi leur renforcement doit être l’option pour chaque citoyen démocrate et progressiste de chacun de nos pays.

Nous appelons les travailleurs, les jeunes, les femmes et, en général, les peuples des États membres de l’UE à exprimer leurs revendications, leurs aspirations, leurs luttes et leurs visions lors du vote aux élections au Parlement européen, en renforçant les forces qui - comme nous, les partis signataires du présent appel - sont à l’avant-garde des luttes sociales et syndicales et s’engagent à poursuivre la lutte :

Pour une Europe des droits sociaux

Qui soit utile à ceux qui produisent la richesse et font vivre l’économie, à savoir les travailleurs ; qui assure des emplois permanents, stables, à plein temps et dignes pour tous ; qui rétablit et favorise les acquis et les droits sociaux ; qui défend et promeut les services publics ; qui garantisse le droit à l’éducation et au travail de la jeune génération et un niveau de vie digne des personnes âgées et des groupes sociaux vulnérables ; qui reconstruit et élargit les infrastructures sociales offrant un soutien aux familles, aux enfants et aux personnes handicapées ;

Pour une Europe de progrès économique, social et écologique durable

Pour une voie de développement social et économique pour notre continent qui favorise une convergence réelle et de plus en plus croissante entre les différents pays ; cela devrait être basé sur des programmes d’investissements publics pour les politiques sociales, l’utilisation durable des ressources naturelles et la protection de l’environnement ; qui prenne des mesures radicales contre le changement climatique, tout en assurant la justice sociale ; qui favorise le potentiel productif de chaque pays, dans le respect du droit au développement et d’un modèle de développement durable ; qui assure la souveraineté et la sécurité alimentaires ; qui défende le caractère public des secteurs stratégiques de chaque pays et soutient les petites et moyennes entreprises ; qui met fin aux paradis fiscaux, aux mouvements de capitaux libres et déréglementés et qui combat et taxe les activités spéculatives du capital.

Pour une Europe de paix et de coopération avec tous les peuples du monde

Une Europe qui respecte la Charte des Nations Unies et le droit international, y compris les principes à l’autodétermination des peuples, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté des États ; qui rejette la course aux armements et la militarisation des relations internationales ; qui agit pour la fin des interférences agressives externes et des agressions extérieures ; qui mette fin aux alliances militaires agressives telles que l’OTAN et à l’existence de bases étrangères et lutte pour le désarmement, y compris le retrait de toutes les armes nucléaires du territoire des États membres et l’abolition totale des armes nucléaires. Pour une Europe qui promeuve la coopération et l’amitié entre les peuples du monde entier - coopération politique, économique, sociale et culturelle, égale et mutuellement bénéfique.

Pour une Europe de la démocratie, de la coopération entre États souverains égaux en droits

Pour une Europe qui respecte la démocratie et la participation démocratique, la souveraineté et l’égalité des droits de ses États, la diversité culturelle et l’identité de chaque peuple, les droits des minorités ; une Europe qui ne sera pas gouvernée par des directoires, des lobbies et les États les plus puissants, mais par les peuples.

Pour une Europe de la liberté, des droits et de la solidarité

Pour une Europe qui défende les libertés démocratiques, comme les droits syndicaux, civils et sociaux - y compris les droits numériques des citoyens, la vie privée, la protection des données à caractère personnel et la neutralité d’Internet ; qui rejette les mécanismes répressifs, de classement et de surveillance ; qui garantisse dans la pratique l’égalité de toutes les personnes sans distinction de sexe, d’appartenance ethnique, de couleur, de religion, de handicap ou d’identité sexuelle ; qui combatte toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et consolider leurs droits, y compris leurs droits sexuels et reproductifs.

Nous travaillons ensemble et renforçons le groupe de gauche au Parlement européen

À cette fin, nous développerons davantage notre coopération et nous nous engageons à poursuivre les travaux du groupe de la Gauche unitaire/Gauche verte nordique (GUE/NGL) au Parlement européen sur la base de l’égalité et du respect mutuel de nos différences, chemins, expériences et particularités ; nous poursuivons notre action commune à travers le groupe GUE/NGL en tant que lieu de coopération centré sur les nombreuses choses qui nous unissent dans la lutte pour une autre Europe.

Nous réaffirmons le caractère et l’identité de ce groupe parlementaire en tant qu’espace confédéral de coopération entre forces communistes, ouvrières, progressistes, de gauche et écologiques, dont l’objectif commun est de donner voix au sein du Parlement européen aux luttes des travailleurs et des peuples ; d’affirmer, proposer et défendre des politiques progressistes et nettement différentes de celles que la droite et la social-démocratie ont poursuivies et continuent de poursuivre ; de donner expression et contenu à la lutte pour une autre voie pour l’Europe.

En signant cet appel, nous nous engageons à défendre ces objectifs et ces lignes directrices. Plus nous avons de force, plus les luttes pour une Europe de la coopération, du progrès social et de la paix seront intenses.

Partis signataires de l’appel conjoint en vue de l’élection de 2019 au Parlement européen :

1. Parti progressiste des travailleurs – AKEL
2. Parti communiste du Portugal – PCP
3. Parti communiste d’Allemagne – DKP
4. Die Linke (Allemagne)
5. Parti communiste d’Autriche – KPÖ
6. Parti du travail de Belgique – PTB-PVDA
7. Parti communiste de Bohème Moravie – KSČM
8. Parti communiste du Danemark – DKP
9. Parti communiste au Danemark – KpiD
10. Parti communiste d’Espagne – PCE
11. Izquierda Unida – IU
12. Esquerra Unida i Alternativa (EuiA)
13. Anova Irmandade Nacionalista – anova
14. Communistes de Catalogne
15. Parti communiste de Finlande – SKP
16. Parti communiste français – PCF
17. Parti communiste italien – PCI
18. Parti de la refondation communiste – PRC (Italie)
19. Convergence socialiste (Italie)
20. Parti communiste du Luxembourg – KPL
21. Parti communiste de Malte – PKM
22. Parti communiste britannique – CPB
23. Sinn Fein (Irlande)
24. Parti communiste danois

L’appel commun reste ouvert aux nouveaux signataires.

Voir en ligne : Sur le site du PCF

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).