Espagne

Le gouvernement soumis à la direction du Capital Résolution du Comité exécutif du Parti Communiste des Peuples d’Espagne

, par  communistes , popularité : 1%

Le comité exécutif du PCPE appelle à la mobilisation et à la grève générale.

Résolution du Comité exécutif du PCPE (Parti Communiste des peuples d’Espagne)

Traduit par Danielle Bleitrach pour "Changement de société".

Tous les efforts des structures de domination du capitalisme espagnol ont été entièrement consacrés, tout au long des deux dernières années, à des tentatives pour étayer le système et lui éviter la banqueroute totale.

Les événements de ces dernières semaines ont montré la vanité de ces efforts. Ainsi, la voracité même du système s’est avérée être son problème principal. Dans la situation de naufrage des stratégies diverses mises en place pour essayer de renverser la situation, les mêmes requins financiers se précipitent à nouveau pour utiliser les difficultés de l’économie espagnole pour essayer d’obtenir pour eux de nouveaux avantages, une action suicidaire qui conduit à la faillite de leurs propres intérêts.

En temps utile, les chefs de file de l’impérialisme – l’UE d’une part et le président Obama de l’autre – ont voulu imposer, sans plus d’attente, les diktats du capital. Et le gouvernement chaotique du PSOE docilement obéit, sachant qu’il n’y a plus de délais et qu’il n’y a plus d’échappatoire, comme il a fait jusqu’ici. Si vous gouvernez dans ce système vous devez obéir à ses maîtres.
Les mesures annoncées par Zapatero sont une attaque directe contre la grande majorité des travailleurs ouvriers et un soutien aux intérêts de l’oligarchie, du capital financier et du grand patronat. Et personne dans le Parlement ne s’est clairement opposé à cette stratégie. Le PP, tout en critiquant, applaudit cette politique parce que c’est sa propre politique qui avance. Une fois de plus dans ce parlement on n’a pas entendu la voix du peuple des travailleurs.

Maintenant, les attaques sur les salaires des fonctionnaires et les diminutions de retraites sont un prélude à l’annonce et à la contre-réforme imminente du travail afin de réduire les droits de la grande majorité de la classe ouvrière.

Ces mesures gouvernementales ne touchent pas le secteur financier, ou les grandes fortunes, ou les profits des grandes entreprise. C’est un plan façonné par l’oligarchie, pour poursuivre son pillage sur tout le pays et son peuple. Le CEOE est de nouveau le grand gagnant.

Les pressions pour réaliser “un Pacte Social” sont intensifiées et
la monarchie elle-même, il y a quelques jours, est intervenue pour lancer des appels à la soumission, comme toujours.

Au milieu de l’aiguisement de la crise, l’UE dévoile avec plus d’ostentation son caractère impérialiste et la domination de l’axe Berlin-Paris. La souveraineté nationale est une pièce de musée pour le capitalisme. Les conditions imposées à la Grèce pour “aider” son économie, sont une attaque frontale contre les travailleurs grecs, la classe, à qui, comme toujours, ils veulent faire payer en exclusivité la situation de faillite économique.

Alors qu’il n’est imposé aucune condition au capital financier, la réponse de la classe ouvrière grecque –le PAME et le KKE– est la résistance à cette stratégie : il se joue une première grande lutte ouvrière et des masses contre le projet impérialiste de l’UE.

Aujourd’hui il est nécessaire de répondre à ces politiques avec une mobilisation puissante avec la large union des forces populaires et révolutionnaires, pour arriver à une grève générale qui conduise à une issue différente à la crise.

Le Comité Exécutif du PCPE appelle la classe ouvrière, et l’ensemble des secteurs populaires, à n’accepter aucune des mesures que l’oligarchie veut imposer pour essayer de maintenir son hégémonie ; toutes vont dans la direction contraire à nos intérêts : leur but n’est rien d’autre que la tentative de nous faire payer la crise alors que nous n’y avons aucune responsabilité.

Le capitalisme n’a rien eu de positif à offrir à la grande majorité depuis longtemps et il offre seulement aux oligarchies parasites de chaque pays.

Aujourd’hui, l’attitude la plus raisonnable pour le peuple est dans la recherche d’un résultat orienté vers la construction de la société socialiste. C’est de ce côté que se dessine un avenir de liberté et de justice sociale.

Le Comité exécutif du PCPE appelle, d’abord, tous les militants du parti à donner sens à leur engagement révolutionnaire et à mobiliser toutes leurs ressources pour organiser les secteurs ouvriers et populaires contre les politiques de l’oligarchie. Le combat est dans la rue, le combat est près de la classe ouvrière la plus militante et le combat est avec le peuple pour jouer notre rôle d’avant-garde dans le combat de chaque jour.

Le Comité exécutif du PCPE appelle les secteurs ouvriers et populaires, des secteurs indépendants et professionnels, à prendre position dans cette situation. Face à la soumission qu’exige le système il faut que se lève la révolte, la défense de nos droits et l’exigence que la sortie de la crise se fasse pour la majorité des travailleurs.

Le Comité Exécutif du PCPE appelle les organisations syndicales, spécialement celles qui ont les plus grandes possibilités, à travailler d’urgence pour la convocation d’une grève générale qui exige une issue à la crise avec d’autres propositions politiques et économiques.

Le Comité Exécutif du PCPE appelle à la coordination des organisations révolutionnaires dans tout le pays, pour que la lutte anticapitaliste dirige l’action des masses, et offre une issue à cette situation en deçà des limites imposées, et en créant un nouveau rassemblement favorable aux forces populaires et aux travailleurs et aux travailleuses.

Le Comité Exécutif du PCPE appelle toutes les forces révolutionnaires et populaires à construire un grand Front de gauche qui, sur une proposition programmatique minimale, appelle au développement de la mobilisation et à l’union de toutes les luttes que la classe ouvrière mène dans tout l’état espagnol. Pour cette unité ample, le CE du PCPE propose les points basiques suivants :
- nationalisation des banques,
- gel des dettes des familles au chômage,
- sécurité du chômage indéfini,
- arrêt des privatisations et retour de celles qui ont été réalisées sur les services stratégiques,
- progressivité fiscale,
- pour la sortie de l’UE,
- retour de toutes les troupes de l’étranger,
- réduction des gaspillages militaires et autres frais parasitaires,
- droit pour les immigrants, personne ne doit être illégal,
- processus constituant républicain.

Le Comité Exécutif du PCPE manifeste sa disposition totale à se joindre à n’importe quel appel sur une orientation similaire à celle exposée dans cette Résolution.

Le Comité Exécutif du PCPE prend l’initiative de convoquer une réunion de coordination à Madrid pour le 7 juin, destinée à toutes les forces politiques, syndicales et sociales intéressées par cette proposition, pour coordonner les mécanismes concrets qui feront grandir un ample processus de mobilisation et de lutte qui se donnerait la grève générale politique comme consigne.

Comité central,
Madrid, le 12 mai 2010.

Commentaire de Danielle :

A côté du parti communiste espagnol, il existe le parti communiste des peuples d’Espagne, qui est né du refus de suivre la politique de Santiago Carillo depuis passé au PSOE, d’approuver la transition monarchique, et de la politique de compromis du PCE en particulier sur l’Europe, mais aussi sur Cuba et l’Amérique latine. Le PCPE est également opposé à la gauche unie, un front dans lequel le PCE s’était confondu. Le PCPE a des relations étroites avec le KKE, alors que le PCE est intégré à la gauche européenne comme le PCF. Cela dit sur bien des points, le PCE est bien plus à gauche que le PCF. En particulier sur l’attitude envers Cuba.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).