Utopie… ? D’une construction révolutionnaire de l’alternative !

, par  Serge Bastide , popularité : 2%

Le Front de Gauche n’a pas réussi ce qu’il était censé réaliser : un rassemblement de
forces "de gauche" aussi diverses que des partis, des syndicats, des associations, des individus, mobilisant l’électorat. Plusieurs raisons à cela :
- Un tel rassemblement n’est pas concevable car, chacun "pèse" différemment. Un individu ne peut pas être considéré comme l’égal d’une organisation ou de son représentant.
- Le Front de Gauche s’est comporté comme une "formation politique" ce qui exclut de fait, par leurs statuts, des syndicats, des associations, voire des personnalités, des individus.
- S’en est suivie, une "cartellisation" des partis, essentiellement tournée vers les échéances électorales, avec des tractations, des alliances à géométrie variable, selon les élections.
- Le "Front de Gauche", un concept, qui ne peut pas, en tant que tel, répondre ou se
substituer au besoin d’un mouvement populaire et citoyen

Par contre, le "Front de Gauche", ses composantes, éventuellement d’autres formations, se doivent d’être à l’initiative pour fonder ce mouvement populaire et citoyen.

Le rassemblement majoritaire à construire, ne peut se concevoir que dans un
mouvement. Il pourrait se nommer : "Mouvement d’Insurrection Citoyenne", (plus que des "Indignés", des "Insurgés"), au sein duquel chacun compte pour un.

Des collectifs citoyens, autonomes, indépendants des partis, constitués à partir des
préoccupations des gens, dans des espaces recouvrant des entités économiques, sociales, à "taille humaine".

Ces collectifs rassemblent des personnes, individus, personnalités, membres de partis, de syndicats, d’associations… qui y participent, sans représenter leur organisation, mais comme simple citoyen.

Ces collectifs décident, en leur sein, de leur mode de vie, élaborent des propositions, des projets, des initiatives pour les faire aboutir. Ils inventent, des moyens de coordinations, avec d’autres collectifs, pour des "mises en commun". Ils contribuent à faire vivre, à différents niveaux, ce "Mouvement d’Insurrection Citoyenne".

Indépendants, les partis, par leurs expressions et actions, "nourrissent" le mouvement.

Projets du peuple soutenus par les partis politiques et non projet d’un parti politique soutenu par le peuple.

Ce mouvement permet de construire de nouveaux rapports de forces, seuls susceptibles de changer les rapports économiques et sociaux, de s’approprier des pouvoirs, de modifier les institutions. Le "fait" a souvent précédé le "droit" avant qu’il ne devienne la "loi".

Une construction permanente d’un peuple qui gagne, par l’action, sa souveraineté, au fur et à mesure de ses propres avancées.

Est-ce à dire que les partis, n’ont plus leur raison d’être ?

Bien au contraire, mais c’est d’une autre conception de leur rôle, qu’il s’agît et qui nous amène à nous poser une question fondamentale : des partis politiques pour quoi faire ?
Pour eux-mêmes, pour prendre le pouvoir, des partis de Gouvernement ?

Ou bien des partis, au service du peuple pour construire et gagner avec lui sa souveraineté ?
Cela confère aux formations politiques de plus grandes responsabilités : celle de la vie de leur parti pour son utilité au peuple ; celle de leurs adhérents, acteurs au sein du mouvement.
Cette stratégie de construction populaire, prend le contre-pied de la délégation de pouvoir en instaurant une démocratie participative, attractive pour tous.

Ce mouvement, permet de dépasser le clivage, "droite/gauche", politiquement réducteur et sclérosant, qui est, en soi, un obstacle au rassemblement le plus large.
Peuple de gauche ? Peuple de droite ? Ou, plus simplement, large majorité du peuple
confronté à l’antagonisme de classe dans un rapport exploiteur/exploité encore plus prégnant aujourd’hui, en fait un rapport capitalisme/communisme !

« … le communisme n’est pas pour nous un état de choses à créer, ni un idéal auquel la réalité devra se conforter. Nous appelons communisme le mouvement réel qui dépasse l’état actuel des choses » "L’idéologie allemande" de Marx et Engels.

Que pourrait-être une réalisation de cette stratégie pour la présidentielle ?

Nous sommes contre la présidentialisation, qui confère au chef de l’Etat plus de pouvoir que l’Assemblée Nationale. Cette présidentialisation a été confortée par l’élection du Président de la République, au suffrage universel ; puis par la programmation de la présidentielle avant les législatives.

L’occasion nous est donnée de faire vivre la conception d’une Assemblée Nationale
souveraine, élisant son représentant, le Président de la République, en proposant :
- l’organisation de "primaires", comme de véritables législatives, pour élire des
représentants par circonscription.
- Ces "élus" se comporteraient, comme en Assemblée Nationale, pour élire, en son sein, le candidat à la présidentielle, qui deviendrait alors le candidat du "Mouvement
d’Insurrection Citoyenne", soutenu par des partis politiques, des comités, des personnalités.

Ainsi serait évité le "piège" qui nous est tendu d’une primaire "à gauche" pour la
présidentielle ; car dans cette compétition personnalisée, le risque serait grand de voir des divisions, voire des déchirements, plus préjudiciables que profitables, au nécessaire rassemblement majoritaire.

Contribution du 20 février 2016 au 37ème Congrès du Parti Communiste Français
de Serge Bastide (Pyrénées Orientales)

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).