La direction nationale veut-elle une liste alternative au congrès ?

, par  communistes , popularité : 1%

On peut se le demander. Le compte-rendu de la commission des candidatures du 18 mai envisage comme un fait entendu qu’il y aura une ou des listes alternatives. Cela n’est pas notre choix. Mais force est de constater aujourd’hui que la direction nationale ne fait aucun geste envers ceux qui ont initié et signé les textes alternatifs, ne créant pas les conditions de la prise en compte de la diversité des opinions dans la constitution du Conseil national, bien qu’elle soit explicitement mentionnée dans les statuts.
Au contraire, des camarades initiateurs du texte et sortants du Conseil National, responsables de sections, présents régulièrement au Conseil National, se voient exclus des propositions de leur fédération. Ce n’est plus le centralisme, ce n’est plus la démocratie, ce n’est pas le centralisme démocratique, c’est la réaction de défense d’un appareil largement affaibli dans sa légitimité politique qui croit ainsi se redonner de l’autorité ! Une fausse bonne idée de plus qui continuerait de diviser le PCF.
Nous espérons ne pas être obligés d’en venir là, mais nous n’accepterons pas que ceux qui ont produit le texte "Unir les communistes", soient méprisés par une direction sourde et nous nous battrons pour que soit reconnue notre apport au travail du PCF.


Plus que jamais Unir les communistes

Pour la première fois depuis que des textes alternatifs sont présentés lors d’un congrès du PCF, le texte proposé par la direction nationale dépasse à peine les 50%. A l’issue du vote, le collège exécutif national avait évoqué la nécessité d’une discussion avec les initiateurs des quatre textes alternatifs. Cette discussion n’a toujours pas eu lieu, la direction nationale reste sourde et continue sur sa lancée.

La stratégie mortifère de la « primaire à gauche », pourtant rejetée par la majorité des communistes, n’est pas remise en cause. Au contraire, elle est explicitée et élargie par Pierre Laurent dans l’Humanité avec l’annonce d’un socle commun et de candidatures communes pour la présidentielle et les législatives jusqu’au PS et Verts hors gouvernement actuel. Ce serait un nouvel effacement puisque nous ne présenterions plus de candidats du PCF hors socle commun aux législatives.

Notre direction est-elle encore capable d’entendre et de comprendre ce qui se passe dans le mouvement social contre la Loi El Khomri ? Nous en doutons avec cette proposition qui ressemble à la vieille lune de la gauche plurielle et du programme commun et ne prend pas en compte le profond rejet envers tous ceux qui sont mêlés à la trahison des aspirations populaires. L’heure n’est plus à se contenter de réponses électoralistes auxquelles plus personne ne croît.

La loi El Khomry n’est pas née de rien. Elle est la transposition à la France des directives européennes visant à détruire les acquis sociaux et à tirer les rémunérations salariales vers le bas, au nom de la concurrence libre et non faussée.

Allons nous continuer une stratégie qui perd et nous coupe du monde du travail ? A preuve nos résultats électoraux en recul depuis des décennies et notre manque de crédibilité dans un pays où la lutte de classe n’a jamais été aussi exacerbée. L’électorat populaire, celui qui souffre depuis des années de la précarité et de la casse des acquis, se réfugie dans l’abstention ou dans le vote de droite et d’extrême droite. Comment s’en étonner ? Mais surtout, comment redresser une situation très préoccupante ? C’est de cela dont les communistes doivent discuter au lieu de se perdre dans des discussions internes sur une primaire dont ils n’ont jamais voulu. La survie même du parti communiste est en cause aujourd’hui.

Nous ne pouvons pas ne pas aborder au congrès des questions aussi importantes que :

  • le recul de notre implantation dans les milieux populaires
  • notre rapport au Parti socialiste et notre conception du rassemblement
  • l’Union européenne
  • la reconstruction de notre organisation

Puisque la direction nationale ne souhaite pas aborder ces sujets, nous avons décidé de tout faire pour être délégués dans les conférences fédérales et au congrès. Nous devons porter la voix des communistes qui veulent rester communistes, et engager une véritable discussion avec tous ceux qui veulent préserver le Parti communiste.

C’est dans cette perspective que nous sollicitons d’ores et déjà des camarades pour constituer une liste alternative au congrès.

Nous demandons à tous ceux qui le souhaitent de remplir l’engagement ci-joint afin de pouvoir présenter une liste dont les candidatures ne puissent pas être contestées.

Caroline Andréani (93), Paul Barbazange (34), Luc Basin (26), Floriane Benoit (38), Jean Baus (54), Pascal Brula (69), Robert Brun (26), Marie-Christine Burricand (69), Michel Dechamps (59), Guy Jacquin (01), Jean-Jacques Karman (93), Armand Lecoq (34), Jean-Pierre Meyer (83), Pierre-Alain Millet (69), Sandrine Minerva (34), Gilbert Remond (69), Laurent Santoire (93), Bernard Trannoy (33), Danielle Trannoy (33), Serge Truscello (69), avec l’aide de Danielle Bleitrach (13), Hervé Poly (62) et Hervé Fuyet (92).


Congrès du PCF

Liste alternative « Unir les communistes »

Je, soussigné(e) ………………………………………………………………., adhérent(e) au Parti communiste français dans la section de ………………………………………………….., fédération de ……………………………………………………………………………….

déclare me présenter sur la liste alternative initiée par le texte « Unir les communistes ».

J’atteste être à jour de mes cotisations.

Fait à ….….……………………………………..

Le ……………………………………………….

Signature

Extrait du compte-rendu de la commission des candidatures qui n’aborde pas la représentation de la diversité : "...en cas de présence d’une liste alternative, se pose la question -non tranchée- de maintenir le nombre de 150 membres sur la liste proposée par la commission (et donc d’avoir un Conseil National élu avec plus de 150 membres) ou bien d’en réduire la taille afin d’aboutir à un nombre de membres proches de l’objectif de 150.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).