Unité et Fraternité pour le combat communiste

, par  Serge Truscello , popularité : 2%

Point de vue de Serge Truscello, secétaire de la section de Vénissieux, responsable syndical CGT BOSCH France.

L’unité des communistes est incompatible avec la défense de chapelle et de rapport de force dans notre parti.

A quelques semaines du 37ème congrès du PCF, la question du texte sur lequel les communistes auront à débattre est au cœur de la réflexion.

La Conseil National a adopté une base commune lors de sa dernière réunion.

Nous sommes un certain nombre sur la section de Vénissieux à participer à la présentation d’un texte alternatif avec la volonté de mettre en avant des points sur lesquels nous voudrions que le débat s’engage véritablement lors de la préparation de ce congrès et lors du congrès lui même.

Faisons le bilan des stratégies et positions prises, sans remonter trop haut dans le temps, depuis le congrès de Martigues, et qui ont toutes amenées à un affaiblissement du PCF, un affaiblissement de la perspective de changement de société, un affaiblissement de la gauche en général, nous rendant incapables d’empêcher la dégradation des conditions de vie d’une grande partie de la population.

Posons-nous la question : alors que le PS au gouvernement a créé de par sa politique un mécontentement rarement atteint dans le passé, pourquoi le Front de Gauche n’a pas su capter ce mécontentement et apparaître comme une force politique en capacité d’apporter des solutions et de mobiliser dans les entreprises, les quartiers populaires ?

Nous voulons avoir un véritable débat sur l’Union Européenne, l’Euro, dont le rôle fortement révélé depuis la crise de 2008 et encore plus avec ce qui c’est passé en Grèce en 2015, démontre que cette construction n’a d’autre objectif que de concentrer les pouvoirs entre quelques mains pour assurer la pérennité du capitalisme dans l’Union Européenne, au service des multinationales, des banques et des marchés financiers.
Cette construction est-elle amendable ou bien faut-il se poser la question, comme nous le pensons, de la sortie de l’UE et de l’Euro ?

Alors que la direction nationale du PCF a engagé notre parti dans une primaire sans avoir demandé l’avis des communistes nous proposons de pousser le débat sur les échéances électorales de 2017, présentielle et législatives. Dans quelles conditions doit-on y aller ? Quelle configuration ? Avec quels objectifs ?
Comment se servir de ces échéances pour faire connaître et progresser auprès du plus grand nombre, les idées, les propositions des communistes ?

Enfin de quelle organisation notre parti a besoin pour permettre à ses adhérents d’être pleinement acteurs, permettre un renforcement et une vie démocratique forte ? Être visible dans le vie politique.

Sur cette base, il nous semble que ce texte intitulé « Unir les communistes, le défi renouvelé du parti communiste » peut permettre de rassembler largement les communistes en interrogation sur le devenir de leur parti.

C’est pourquoi dans le même temps nous avons lancé une invitation à l’unité.

Que Corinne Bécourt, dans un texte, refuse cette invitation, sans doute au nom de ceux qui préparent un autre texte alternatif, c’est son droit. Qu’elle pense que ce sont les seuls à vouloir rassembler dans les luttes, ça l’est aussi.

Par contre, qu’il lui faille une participation à une élection législative partielle pour se rendre compte à quel point notre parti a disparu du paysage politique national, laisse interrogatif pour une militante qui n’a de cesse de vouloir rassembler dans les luttes.

Cette volonté affichée de maintenir la division dans le parti en nous accusant d’opportunisme et d’électoralisme n’est pas saine et n’est pas à même de favoriser les débats dans le cadre de la préparation du congrès.

Passons sur le « BBBKP », même s’il révèle quel respect Corinne Bécourt a pour des camarades qui depuis de nombreuses années ont un engagement militant communiste tant dans le parti que dans la population et dans les luttes.

Mais je me dois de réagir en tant que secrétaire de la section de Vénissieux. Corinne Bécourt en se servant une nouvelle fois d’une phrase sortie de son contexte et écrite il y a 10 ans, utilise les mêmes méthode que nos adversaires politique sur la ville qui en 2014 et 2015 ont mené campagne sur l’idée « 80 ans de communisme cela suffit ».

Et c’est en menant un combat communiste, en cherchant à favoriser le rassemblement tant politique que dans la population, en faisant la clarté avec le PS, que nous avons en 2014 et en 2015 remporté les élections, avec un nouveau maire, Michèle Picard.

Nous avons la faiblesse de penser à Vénissieux que la population est douée d’intelligence et que les mensonges, les fausses postures ne peuvent mener qu’au rejet. Jusqu’à ce jour, ce n’est pas ce message que la population nous a envoyé.

Je ne pense pas que cela puisse s’assimiler à de l’électoralisme, mais c’est bien au quotidien se confronter à la réalité, aux besoins et exigences des habitants. C’est, dans les réponses que l’on y apporte, tenter de faire vivre une pensée communiste même quand les réponses ne satisfont pas les habitants.

Nous sommes pour tenir tous les bouts de la politique. Pour nous, vouloir et assumer des mandats électoraux, n’est pas incompatible avec le fait d’impulser et de favoriser les luttes, y compris dans la gestion de la ville. Et le rassemblement dans les luttes n’est pas incompatible avec le rassemblement que des élus peuvent proposer dans leurs villes, leurs départements ou régions.

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).