Unir n°11 : pour que vive le manifeste jusqu’au congrès extraordinaire

, par  lepcf.fr , popularité : 4%

Le numéro 11 de la revue "Unir les communistes" a été présenté à la fête de l’humanité comme contribution au débat du congrès. Il peut être obtenu en pack de 5 ou 10 sur demande par mail... revue@lepcf.fr

Il appelait les communistes à saisir la chance de créer l’évènement pour un congrès vraiment extraordinaire... Ils s’en sont saisis en choisissant le "Manifeste" comme base commune, ouvrant en grand le chantier de la réorientation nécessaire du PCF... Ce numéro est une contribution à ce débat en cours.

Sommaire

- Edito : Une chance à saisir (Marie-Christine Burricand)
- Socialisme ou communisme ? ou les deux... p.2 (P. Brula et P.-A. Millet)
- Comment unir les communistes pour un renouveau du PCF ? p.3 (Pierre-Alain Millet)
- L’enjeu d’un vrai bilan critique : réformisme ou communisme ? p.7 (Pascal Brula)
- La mondialisation, le capitalisme, le socialisme p.9 (Danielle Bleitrach)
- Le marxisme, l’outil scientifique des communistes p.12 (Pascal Brula)
- La France dans l’Union européenne et la mondialisation capitaliste p.13 (Pierre-Alain Millet)
- Avec un 38ème congrès extraordinaire, construire le parti communiste du XXIème siècle p.14 (Paul Barbazange)

Pour un Manifeste du parti communiste du 21ème siècle", une chance à saisir !

Cela ne peut plus continuer ainsi ! Cette idée est partagée par de très nombreux communistes, inquiets de l’effacement et de l’affaiblissement du PCF jusqu’à menacer son existence. Le refus de s’enfoncer dans la spirale du déclin a conduit à la convocation d’un congrès extraordinaire. Les communistes voteront pour choisir leur base commune les 4, 5 et 6 octobre. Au delà des opinions différentes des uns et des autres, les initiateurs et soutiens du "Manifeste" ont su se rassembler autour d’un objectif : sortir de la spirale du déclin et de l’effacement.

Cela nécessite un bilan critique des 20 dernières années, un débat sans tabou sur les questions qui taraudent les communistes. Ce travail conduira à interroger les choix stratégiques suivis depuis plusieurs années et à décider, si les communistes le jugent
nécessaire, d’une réorientation stratégique. Le congrès ne pourra pas trancher toutes les questions, mais il devra les instruire et prendre des décisions urgentes quant à la visibilité de notre bataille nationale dans les luttes, les idées et les élections, la solidarité internationale et la paix, la vie du parti et de ses organisations de base, la construction d’une nouvelle direction nationale.

Le "Manifeste" n’est pas la simple expression d’un courant de pensée du PCF. Il se veut une alternative au texte produit par la direction nationale qui vise à éviter toute remise en cause de la stratégie et de la direction pour pouvoir continuer comme avant. Ses initiateurs ont en quelque sorte assumé le travail dont la direction sortante était incapable, proposer un texte ouvrant les questions qui préoccupent les communistes et cherchant à construire l’unité sur le plus haut dénominateur commun possible. Le Manifeste est donc bien une base commune à part entière.

Nous nous sommes interrogés dès le mois de janvier quant à notre attitude dans ce congrès. Nous aurions pu écrire un texte alternatif défendant l’essentiel de nos options dans la situation présente du congrès, avec l’objectif que ces idées influencent le débat et freinent ainsi les options liquidatrices représentées par le texte du "Printemps du communisme" et celle de renoncement de la direction nationale, qui conduisent les unes comme les autres dans tous les cas à l’effacement du PCF, voire à sa disparition. C’était reproduire la situation des précédents congrès qui n’ont jusqu’à maintenant pas permis d’arrêter l’affaiblissement mortifère du PCF, alors même que la situation politique comme celle du parti appellent des initiatives audacieuses.

L’état d’affaiblissement du parti, la lassitude et la colère des camarades nous ont conduit à privilégier, avant qu’il ne soit trop tard, un sursaut autour d’une idée largement partagée par les communistes : il faut sortir le PCF de l’effacement et du renoncement et ceux qui partagent cette conviction doivent se rassembler pour la faire vivre. Nous avions d’ailleurs lancé un appel à écrire ensemble une base commune. Cette volonté en a rencontré d’autres, s’est élargie... Le "Manifeste", lancé par plus de 1300 signataires, recueille chaque jour de nouveaux engagements : parlementaires, militants de base, responsables de section et de fédération, membres du Conseil National, élus et maires, secrétaires départementaux...
Le rassemblement dynamique qui s’opère autour du Manifeste témoigne de sa capacité à devenir notre base commune pour ce congrès qui s’ouvre. Ce rassemblement n’est pas circonstanciel. Il trouve ses racines dans la conférence nationale de 2007 où les communistes avaient décidé de garder son nom au PCF et de le continuer contre l’avis de la direction conduite par Marie-Georges Buffet, dans le large rassemblement qui avait porté le choix d’une candidature communiste en 2012 et 2017 et contre lequel le secrétaire national Pierre Laurent avait mis tout son poids. Et si nous savons bien que les initiateurs et signataires ont des points de vue différents sur nombre de questions, nous savons aussi qu’ils sont unis sur ce point essentiel : il ne peut pas y avoir de transformation révolutionnaire de la société sans que le PCF vive et se renforce.

Avec le "Manifeste" les communistes ont un outil pour déverrouiller une situation bloquée depuis plusieurs années. S’ils le placent en tête de la consultation des 4, 5 et 6 octobre 2018, le "Manifeste" deviendra la base commune de tous les communistes. Ce sera un évènement sans précédent, source d’une nouvelle dynamique de discussion et de construction politique dans le processus d’amendement qui suivra. Ce serait la première fois depuis longtemps qu’un texte de congrès poserait les questions de manière aussi ouverte sur les choix faits depuis Martigues, le bilan de la gauche plurielle, des collectifs antilibéraux, du Front de gauche et du renoncement au candidat communiste à la présidentielle notamment. Pour la première fois aussi, notre position quant à l’Union européenne sera mise en débat sans tabou comme l’analyse de la situation internationale et des propositions précises permettant de caractériser le processus révolutionnaire que nous voulons pour notre pays.
Nous nous battons depuis bien longtemps contre le renoncement du PCF à son histoire et son rôle révolutionnaire.

Ne laissons pas passer cette chance. Que le débat s’ouvre enfin sur les questions que nous portons courageusement depuis plus de 20 ans !

Marie-Christine Burricand

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).