Non, la question du parti communiste n’est pas réglée...

, par  pam , popularité : 1%

Un jeune camarade et ami exprime avec franchise et émotion sa décision de quitter le PCF. Il n’a pas changé d’opinion, il se considère toujours comme communiste, mais tire la conclusion du résultat de la consultation sur la candidature aux présidentielles qu’il ne peut continuer à agir contre le capitalisme dans le PCF.

Depuis 20 ans, ils sont déjà des dizaines de milliers à avoir quitté le PCF pour des raisons diverses... parce qu’il ne paraissait plus possible d’être dans un parti dont un ministre privatise sans état d’âme, dans un parti dont des ministres restent dans un gouvernement qui envoie l’armée bombarder un pays souverain, dans un parti qui rompt ses relations internationalistes pour privilégier le parti de gauche européen acceptant de fait les institutions européennes...

Et après les 59% de Mélenchon, tous les anti-communistes espèrent que la purge sera cette fois encore plus forte et qu’enfin, ce qui reste du PCF pourra se transformer définitivement et complètement en autre chose qu’un parti communiste.

Le commentaire d’un militant de la gauche unitaire exprimant sa joie de l’effacement communiste est éclairant sur l’enjeu. Après l’Italie, pourra-t-on rayer un deuxième PC européen des listes ?

Je comprends parfaitement la décision de ce jeune camarade, mais je lui propose avec force de nous donner le temps collectif de la réflexion. Car à l’évidence, une part de la direction du PCF tente d’accélérer la transformation du parti en considérant que le résultat du vote lui donne toute légitimité. Or c’est une lecture facile et très médiatique qui peut se révéler fausse. Beaucoup de communistes ont voté Mélenchon en pensant réellement que c’était le meilleur choix pour l’avenir d’un PCF qui reste communiste. Les mois qui viennent vont donc être une démonstration grandeur nature, dans un monde en plein bouleversement...

Comment être sûr de qui sera candidat en 2012 ? Si le cas DSK repose bien sûr sur un évènement particulier, il révèle que la profondeur de la crise met toutes les forces politiques à l’épreuve. Que peut décider la bourgeoisie si Sarkosy reste scotché à 19% dans les sondages ? Comme aux USA ou la finance a brutalement décider de choisir Obama devant la pression qui montait dans les couches moyennes contre les expulsions des sub-primes, il faut s’attendre à des péripéties nombreuses, et les péripéties de candidats ne sont pas finies.

Et que se passera-t-il sur le fonds politique dans l’hypothèse pas du tout improbable que l’Euro explose avant la présidentielle ? Que diront alors les candidats ? Que dirait Mélenchon et le programme partagé qui prend la défense de la monnaie unique ?

L’analyse du vote des communistes est encore à faire. S’il y a de fait une majorité de soutien à une ligne clairement réformiste, elle n’assumera pas forcément tout ce que Marie-Georges Buffet, Pierre laurent et Jean-Luc Mélenchon seront conduit à faire dans les mois qui viennent. L’accord sur les législatives n’est pas bouclé, les pressions et les insultes contre Gerin par exemple montrent que la tension monte, le financement de la campagne et l’exigence du PG d’une association de financement unique reste une source de conflit...

En toute amitié, donnes-nous un peu de temps...


le message du jeune camarade

Je tiens à vous informer qu’il ne faut plus me compter parmi les membres du parti communiste français. Je ne payerai pas mon timbre du mois de juillet.

Sans donner trop d’importance à ma décision, je veux donner simplement quelques explications de ce geste pour celles et ceux que cela intéresse peut-être.

D’abord je ne quitte pas le parti sur un coup de tête, c’est une décision murement réfléchie. J’entends certains dire que je pars en mauvais perdant. A ceux-là je voudrais dire que tel n’est pas mon état d’esprit.

Le week-end dernier, plus que le choix d’un homme pour une élection, il nous était donné de choisir entre deux conceptions opposées d’existence du PCF. Il était important pour moi d’attendre le verdict de mes camarades pour savoir si je partageais le même idéal qu’eux et si je me battais pour le faire devenir réalité. Vous êtes une majorité localement et sur le plan national a avoir une conception du parti communiste opposée à la conception qui est la mienne. Soit ! J’en tire toutes les conséquences me concernant en quittant le parti.

Sachez que si je quitte le parti communiste français, c’est la mort dans l’âme et pas autrement. Aujourd’hui j’avoue me sentir un peu "politiquement orphelin". Je réfléchi à mon engagement politique futur. Si je quitte le PCF, ce ne sera jamais pour rejoindre le parti socialiste, une organisation trotskiste ou la Fase. Bien qu’en dehors du parti, je me considère plus que jamais auparavant communiste, marxiste et léniniste.

Je n’oublierai pas que c’est dans les rangs du parti communiste français que j’ai rencontré des militant-e-s d’exceptions, des gens qui luttent, des gens la tête haute, des exemples pour ma propre vie.

Aujourd’hui, j’en veux plus. Je ressens le besoin de Révolutions, je veux me battre de toutes mes forces contre ce système nécessairement et profondément injuste, système qui se nomme "capitaliste" et qui brise des vies tous les jours.

C’est précisément cela que je ne sais plus faire à l’intérieur de ce parti.

Bon vent à vous qui restez dans ce parti et vive la révolution, vive le communisme et que nous puissions voir un jour l’émergence d’un monde meilleur.

Cordialement

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).