Rencontre communiste de Marseille

Communistes, du neuf possible pour le rassemblement.

, par  Paul Barbazange , popularité : 3%

J’étais parmi les 90 (environ) militants communistes qui ont participé aux trois jours de formations communistes organisés à Marseille par « Rouge Vifs 13 ».
J’en reviens, comme tous les participants, mieux informé des analyses des uns et des autres, de leurs forces organisées aux quatre coins de la France où leur travail porte des perspectives dépassant le cercle étroit des plus militants.
Conforté dans notre détermination à rassembler tous les communistes comme condition nécessaire si ce n’est suffisante aux futures victoires des exploités.
Depuis 15 - 20 ans des dizaines de milliers de communistes ont fait le choix, en ordre dispersé…les uns après les autres, de quitter le PCF auquel ils étaient pourtant très attachés.

Certains ont purement et simplement été exclus. Depuis ils cherchent, souvent avec des anciens, maintenant de plus en plus avec de jeunes n’ayant pas vécu cette histoire à reconstituer une force communiste nationale. Trop de militants sont isolés sur le bord de la route. Aucune tentative n’a réussi ! Les participants ont été en mesure de dresser ensemble ce bilan et de constater que le parti communiste est toujours là, force communiste principale. En dépit d’une direction dont la majorité poursuit ses tentatives de dilution – disparition bloquée parfois par une résistance interne qui réussit comme lors du dernier congrès en juin 2010 lorsqu’a été refusé la perspective de l’adhésion directe de citoyens au « Front de Gauche ».

L’élargissement du « Front de gauche » dans plusieurs régions, dans une grande diversité, à des forces révolutionnaires localement organisées ouvre des perspectives aux communistes militant dans le PCF et ceux de l’extérieur pour en faire un front social et politique. Dans la filiation de la stratégie de fronts mise en œuvre avec succès par le PCF au long du XXème siècle. Ce qui ne peut se substituer à la construction d’un grand parti communiste français à nouveau rassembleur sur les positions de la classe ouvrière. Le débat a d’ailleurs longuement porté sur les réalités de actuelles de la classe ouvrière, sa composition, ses limites, les couches sociales qui sans en faire strictement partie sont exploitées et vivent de façon proche de celles des ouvriers au sens strict. Si des différences d’appréciations sont apparues, la volonté de progresser dans les analyses permettant le rassemblement a été réaffirmée par tous. Rappel a été fait de l’analyse de Marx sur le risque de « solo funèbre » pour une classe ouvrière isolée. La construction de l’organisation communiste de demain est en mesure d’intégrer toutes ces dimensions. La crise et l’échec de toutes les opérations de social démocratisation créent une situation nouvelle : le besoin d’analyse et d’actions communiste.

Au-delà des militants eux même, la masse des citoyens engagés face au capitalisme se rend compte qu’il n’y a pas d’alternative : Ou l’on choisit de s’inscrire dans une forme ou l’autre de réformisme ou l’on choisit de construire et utiliser une force communiste révolutionnaire rassemblée dans le cadre national.

L’état du capitalisme, l’accentuation de l’exploitation l’imposent et le permettent.
Les communistes qui n’ont pas renoncé, dans ou hors du parti communiste français, en sont tous plus à l’aise. La construction d’une force unifiée communiste parvenant à l’analyse de l’histoire des dernières décennies, affinant l’étude marxiste de la société, organisant la participation aux luttes gagne en crédibilité.

Ce constat d’expériences théorisées a ouvert ce week-end de nouvelles portes à l’action.

Des objectifs pour les mois à venir ont été retenus à l’unanimité :
- participer à diverses rencontres à la fête de l’Huma, y apparaître pour ce qu’est chacun de nos groupes et notre mise en commun ;
- travailler ensemble à un projet pour la formation théorique des militants,
- riposter à l’Otan (manif en octobre à Lisbonne),
- organiser une action nationale avec les travailleurs de la chimie,
- travailler ensemble à la commémoration du 90 ème anniversaire du PCF….

Travailler sur chacun de ces objectifs avec toutes les organisations du PCF ou militants qui le souhaiteront…Rester ouvert à la collaboration, à l’apport de tout militant se réclamant du communisme. Se revoir dans quelques mois pour faire un bilan et si possible choisir de nouveaux objectifs.

La période de tendance à l’émiettement est peut être sur sa fin.

Travaillons au rassemblement dans et dehors du PCF.

Paul Barbazange, secrétaire de section de Béziers.
( Ceci est une réaction personnelle rapide, en rien un compte rendu exhaustif, encore moins une analyse formalisée, rédigée collectivement ; ce travail viendra à son heure).

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).