Pour un vrai rassemblement populaire

, par  Gilbert Remond , popularité : 3%

Réponse à une connaissance qui transmet ce message de Haute-Loire. Visiblement, certains n’aiment les communistes que dans la mesure où ils s’effacent....

Je connais ta franchise mais je ne sais pas si elle distingue toujours bien entre le général et le particulier ce qui peut appartenir aux postures alignées ou au contraire, partir d’une observation singulière et avertie par les effets de la pratique et de l’expérience.

Hélas l’histoire a tendance a se répéter et Marx parle de farce dans ces occurrences là. Non le monde quand au fond n’a pas changé. L’exploitation de l’homme par l’homme seule s’est accélérée, multipliée, bénéficiant d’écran plus subtils dans les pays riches mais conservant plus que jamais toute sa brutalité dans les pays pauvres.

A l’heure où l’impérialisme se fait menaçant sur des secteurs toujours plus vastes du monde, où le colonialisme reprend ses positions, je ne crois pas qu’il faille mettre la tête sous terre a la façon des autruches alors que le combat de classe avec son corollaire répressif va s’amplifier. Certes il va falloir s’unifier mais autrement que dans des clubs de discussion ou en donnant des leçon de lutte de classe par communiqués interposés.

Je pense que ma pratique témoigne de ce que j’avance. Il ne suffit pas d’unir de petites organisations prétentieuses (j’entends qui prétendent avoir l’écoute du peuple) pour y parvenir. Il faut être sur le terrain, là où ce n’est pas le plus gratifiant, là où les coups tombent, là ou le capital mène son offensive, mais aussi sur le terrain de l’idéologie.

Or je constate que dans plusieurs domaines où je me suis trouvé ces derniers temps, qu’en dehors de mettre des signatures au bas d’appels, ceux qui se donnent comme exemple du renouveau ne sont pas présents ; le mouvement de masse n’a pas besoin de fantôme. Je sais bien qu’il n’est pas possible d’être partout. Je connais cet argument. Cependant si cette coupure entre ceux qui courent les réunions unitaires et ceux qui restent sur le terrain perdure nous pouvons être sûr de la catastrophe. Tu ne peux pas me dire que nous avons mené des luttes comme dans le cas de l’UHSA qui sont importantes et exemplaires et ne pas chercher a mieux comprendre les positionnements politiques et théoriques qui les structurent.

Le comité contre l’UHSA que nous avons cherché a construire était vraiment très large et pouvait procéder d’une conception de type front populaire. Contrairement à ce qui est affirmé dans l’analyse que tu a proposé a ma lecture, Chassaigne recherche une véritable construction de rassemblements de type unitaires. Tu le sais, j’ai su prendre mes responsabilité vis à vis du parti à une époque où ce parti ne plaisantait pas avec ceux qui ne s’alignaient pas sur sa doctrine. Ce n’est donc pas par facilité ou par sectarisme que je me positionne. Je pensais que tu étais plus lucide sur ce que des Mélenchon trainent dans leurs valises de compromis et de combines politiques.

Mélenchon est un homme du passé. Ses références Jauréssiennes et Mitterrandistes devraient suffire a ouvrir les yeux, son compagnonnage avec des dirigeants communiste anciens ministres de la gauche plurielle devrait aussi relativiser l’engagement qui structure les orientations programmatiques du front de gauche actuel.

Je ne suis pas sectaire, je ne suis pas identitaire, je laisse cela aux fascistes, je ne suis pas non plus dans l’invective et l’insulte avec ceux qui devraient être mes compagnons de lutte sur la base d’analyses objective des contradictions, mais j’ai déjà connu deux expériences de la gauche rassemblée au pouvoir, et je crains qu’une troisième ne nous soit fatale pour longtemps. Indépendamment de la débâcle électorale qui se profile, c’est je crains ce qui se prépare.

Regarde la Grèce et l’Espagne où ce sont les socialistes, la gauche, qui tapent sur le peuple et taillent lourdement dans ses conditions de vie aux profit des banques et des multinationales. Rien ne se fera sans un développement des luttes et du mouvement populaire, c’est ce que disait mon intervention.

Alors oui je suis à côté de la plaque, je suis à côté de la plaque où le système cherche à nous parquer : celui de l’électoralisme qui aujourd’hui reste le meilleurs agent de sa reproduction parce que les masses en sont exclues. Telle est ma franchise, je me souviens aussi que nous avions milité dans le passé pour un vrai rassemblement et que nous n’étions pas exactement en accord avec ceux qui aujourd’hui y prétendent.

Gilbert


Mon intervention à l’assemblée des communistes de Vaulx qui a provoqué cet échange...

Je suis d’accord avec Pierre Laurent lorsqu’il constate que la "colère est énorme et l’insatisfaction profonde a l’égard de la politique". Je partage cette idée que la France prolongera le mouvement de défense des retraites sur d’autres fronts en entrant à son tour dans la contestation d’un ordre social injuste et que ces secousses politiques à venir ne sont pas écrites, qu’elles peuvent "relever du meilleur comme du pire". Je pense qu’en effet il faut sortir du présidentialisme en donnant la parole aux syndicalistes et autres acteurs des mouvements sociaux, mais je ne sais pas ce que veut dire "campagne citoyenne" sauf à croire que tous se valent dans les rapports sociaux, quand je pense qu’au contraire, il faut réinvestir les clivages de classe et mener les luttes qu’ils sous-tendent.

Aussi le temps électoral ne peut être qu’un moment de ces luttes mis à leurs service et de ce point de vue, il ne suffit pas pour y parvenir d’avoir un combattant médiatique quand il faut regagner la confiance de ceux qui s’éloignent toujours un peu plus des urnes. Les dernières élections nous le montrent, les abstentionnistes, qui sont loin d’être des débiles politiques, comme certaines analyses cherchent à nous le faire accroire, ne sont pas convaincus par le scénario de rassemblement offert par le front de gauche tel qu’il se présente aujourd’hui, entaché qu’il est par une pratique où la personnalisation et la place occupée dans les médias tiennent lieu de profession de foi. Ils ne sont pas d’avantage convaincus par des accords de candidature soumis aux marchandages politiciens. Des accords qui, quoiqu’il s’en dise, sont loin d’être finalisés, certains faisant l’objet de différents sérieux (un courrier du 15 juin, signé par Marie Georges Buffet et deux autres camarades, fait état de 42 circonscriptions en litige).

Une réorientation s’impose. Elle doit s’appuyer sur l’expérience qui, ici et là, contribue a de réelles perspectives de rassemblement, comme dans le Limousin ou le Puy de Dôme. Elle implique que les militants puissent mettre leur grain de sel dans cette structuration, qu’ils en deviennent l’ossature.

Aller à la reconquête des quartiers populaires implique de telles démarches et donc de savoir entendre ce que disent effectivement les gens tout en sachant s’affronter avec eux sur les questions de fond comme le racisme et les moyens politiques du changement (nationalisations, pouvoir de contrôle etc). La conscience de classe doit être réinstallée dans nos débats en lieux et place des mièvreries citoyennes qui effacent les enjeux de classe, les contradictions qui les organisent et les nouent. Nous avons besoin pour cela d’un parti communiste non dilué dans une forme dite plus large.

La grande majorité de ceux qui forment les classes populaires, rejette avec force la personnalisation du débat public. D’un peu partout l’indignation monte, qui dit le raz le bol et le dégout de ces pratiques. André Chassaigne est un homme neuf sur le plan médiatique. Il n’est pas identifié comme dirigeant d’un parti politique où d’un clan. Il représente autre chose qu’une image de comm et sa personne n’est pas à prendre ou à laisser. Elle n’est pas un programme, mais bien plutôt une médiation qui permettrait que s’organise entre élection et mouvements sociaux, une dynamique de lutte.

De "changer de paradigme" comme cela a été dit, en sortant d’un électoralisme qui vide les débats, pour créer une dynamique qui s’appuie sur les luttes et les masses en mouvement, seules véritables conditions du changement. C’est ce qu’il réaffirme dans son appel au communistes quand il dit avoir deux priorités qui forment le cœur de sa démarche :

- 1) "Le besoin pour le front de gauche, comme outil de rassemblement à gauche, de faire monter dans l’ensemble du peuple de France, l’exigence de mesures indispensables pour un changement réel dans notre pays, et pour améliorer la vie du plus grand nombre ; je pense plus particulièrement à la maitrise financière et au carcan européen,

- 2) La nécessité pour le Front de gauche d’être le moyen d’implication populaire dans le débat politique, le lieu d’élaboration collective des contenus de la transformation sociale et écologique. Cet enjeu essentiel exige de rompre avec le formatage des pratiques politiques actuelles, qui jouent sur la personnalisation et la médiatisation artificielle au détriment d’une démarche novatrice d’implication du plus grand nombre."

C’est pourquoi je voterai et appelle à voter André Chassaigne.

Gilbert Rémond

RÉSULTAT DU VOTE DES COMMUNISTES D’ AUVERGNE

Département adhérents votes nuls exprimés J L Mélenchon A Chassaigne E Dang Tran
ALLIER 1413 827 58,53 13 1,57% 814 98,43% 184 22,60% 622 76,41% 8 0,98%
CANTAL 140 94 67,14% 0 0,00% 94 100,00% 23 24,47% 68 72,34% 3 3,19%
PUY DE DOME 634 558 88,01% 6 1,08% 552 98,92% 102 18,48% 444 80,43% 6 1,09%
HAUTE LOIRE 112 78 69,64% 3 3,85% 75 96,15% 44 58,67% 30 40,00% 1 1,33%
AUVERGNE TOTAL 1545 353 22,84% 1164 75,33%

Je remercie les communistes de mon département, de la Haute Loire d’avoir donné par leur vote le feu vert au développement du front de gauche, à son élargissement, à une dynamique citoyenne préalable à la dynamique populaire que nous souhaitons ensemble de tout cœur.

Seule cette voie sera possiblement féconde d’une alternative décidée démocratiquement et ouvrira la porte à la transformation sociale et écologique non seulement nécessaire mais désormais urgente au regard des souffrances aujourd’hui endurées par des millions de personnes !

Je dis ici simplement mais fermement, que si ce vote avait entrainé le choix au niveau de notre région l’Auvergne, alors le Front de Gauche serait aujourd’hui mort et enterré, et la responsabilité de cette catastrophe est celle de André Chassaigne, un responsable communiste irresponsable.

En effet en embrouillant le sens du vote par un positionnement ambigu, André Chassaigne a réuni sur son nom 3 positionnements très distincts :

a) les anti front de gauche par volonté identitaire et sectaire stricte ;
il suffit de lire le blog d’André Gérin pour s’en rendre compte ;
Gérin anti front de gauche depuis le début appelait à voter pour Chassaigne pour casser notre mécanique ;

b) les anti front de gauche partisans du renouvellement d’une gauche plurielle, partisans d’une alliance ouverte avec le P S, ayant fait le calcul qu’ils pouvaient ainsi continuer à gagner des strapontins ministériels ou autres en s’accommodant de la politique sociale libérale poursuivie par le PS et ses partis frères dans toute l’Europe assignée aujourd’hui à l’austérité à perpétuité ;
certains responsables PCF de l’Allier sont sur cette position ;

c) les "pro Front de Gauche" pour autant que les non PCF leur servent de faire valoir.

L’enracinement de cette conception est la responsabilité de la campagne menée par André Chassaigne ;

Je dis ici aux camarades du PCF qui sont plus ou moins ouvertement dans cette conception qu’ils se trompent d’époque :

Camarades, dans l’Auvergne toute entière vous êtes 1164 à reprendre cette position du "parti guide et de ses compagnons de route".

Croyez vous que vous êtes assez nombreux pour susciter dans cet équipage une dynamique populaire suffisamment forte pour faire barrage aux "réformes" libérales, pour empêcher la victoire politique totale de Sarkosy et des fidèles de la doctrine de l’école de Chicago ?

En reprenant aujourd’hui cette vieille conception qui date du temps où le PCF fortement implanté au cœur de la classe ouvrière pouvait prodiguer ce genre d’illusions pour recouvrir de brouillard des erreurs, d’une part vous avez la mémoire courte, d’autre part vous vous trompez d’époque.

Aujourd’hui, après entre autres la disparition de l’URSS et la victoire de la mondialisation ultra libérale, nous sommes dans un rapport de force faible, très faible et l’heure est au rassemblement d’urgence, c’est à dire à l’unité dans le respect des diversités !

Je suis depuis depuis 3 ans un partenaire loyal et militant des camarades du PCF de la Haute Loire, je ne serai jamais le compagnon de route tel qu’André Chassaigne voudrait que nous le soyons !

Camarades, André Chassaigne est un homme du passé !

Rappelez vous cette affiche où il est campé en contre plongée sur fond de ciel bleu tel un messie, le messie de l’ère "union de la gauche" qui comme chacun doit le savoir s’est enlisée dans les privatisations et s’est immolée par la signature du traité de Lisbonne, 20 ans après… on se croirait dans un roman d’Alexandre Dumas.

A l’époque j’avais opposé l’affiche que tous les camarades du Front de Gauche 43 avaient accepté, une affiche représentant un groupe de militant-e-s et de citoyen-ne-s engagé-e-s, de personnes s’étant rassemblées au delà des intérêts de boutique pour un combat commun, de personnes désirant ouvrir "les portes et les fenêtres" pour que "partis 50 nous soyons des millions" en arrivant aux échéances décisives…

Heureusement, A Chassaigne a été désavoué par la majorité des adhérents du PCF au plan national ; heureusement, une deuxième fois, bousculant les égos (un peu forts) de certains "cadres intermédiaires", de certains élus, les adhérents du PCF, parce qu’eux sont proches des couches populaires ont choisi de soutenir la proposition de la direction du PCF.

Une direction du PCF qui est sage, qui sait que pour défendre le mieux possible les intérêts de son parti, le mieux c’est bien de chercher à déclencher une dynamique populaire en commençant par une dynamique citoyenne, l’élargissement du front de gauche à toutes celles et ceux qui au delà des méfiances qui subsistent font le choix de contribuer au combat commun contre la dictature des marchés et leurs fidèles valets les politiciens bourgeois libéraux.

une dynamique populaire qui bien sûr aura aussi sa traduction au plan électoral …

Cet espoir là qui aujourd’hui rebondit du fait du résultat national du vote des communistes relativise la claque que le vote des communistes auvergnats m’a donné ;

Encore une fois merci aux copains du PCF 43 qui bien que tous admirateurs de André Chassaigne ont fait passer le développement possible du Front de Gauche avant l’élan de leur cœur ;

Mais je dois aussi ici, rationnellement, faire le constat que le résultat du vote national a désavoué André Chassaigne, qui je l’espère et je l’attends fera un bilan critique de son positionnement ; à suivre donc…

Très cordialement chèr-e-s camarades du PCF, Claude Ganne, F2G 43, Gauche Unitaire 43

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).