Congrès du MJCF : objectif socialisme

, par  MJCF , popularité : 6%

A l’occasion de son congrès récent, le Mouvement des Jeunes Communistes de France a renoué avec des positions révolutionnaires... en adoptant comme objectif de rupture avec le capitalisme, le socialisme, "l’échelle" qui permet de monter vers le communisme ! Exit le flou théorique qui a permis à certains de nous faire croire que d’occuper des strapontins dans un gouvernement PS en instaurant le suivi longitudinal des athlètes était une grande avancée vers le communisme. Qui plus est, les jeunes ont rejeté la vision réformiste et illusoire de donner une teinture sociale à l’Union Européenne, instrument de dictature du Capital. Cela laisse augurer beaucoup d’espoir pour le mouvement communiste français. Un seul bémol, les jeunes réformistes ont bien appris de leurs ainés de la direction du PCF, ils ont réussi à être encore aux commandes de l’appareil malgré ces prises de position...
Ci-joint des textes de membres du MJCF qui nous expliquent tout cela à leur manière.

Pascal Brula


Historique : le socialisme du XXIème siècle adopté par le congrès du MJCF

Compte-rendu de Nicolas Maury

Le 19 avril 2009

Le Mouvement des Jeunes Communistes de France a tenu son congrès à Gennevilliers du 15 au 18 avril 2010. Par une majorité forte les délégués du MJCF ont adopté le SOCIALISME du XXIème siècle comme objectif, un beau cadeau pour les 90 ans du MJCF.

« Nous voulons ouvrir une phase transitoire nous permettant de dépasser le système d’exploitation de l’Homme par l’Homme et de construire les bases économiques, sociales et politiques d’une société d’émancipation individuelle et collective. Pour cela, le monde du travail doit devenir la classe dominante, c’est ce que nous nommons le socialisme du 21ème siècle ». Cet amendement, porté par la fédération de Paris, soutenue par celle des Bouches du Rhône, de la Loire, des Alpes-Maritimes, du Rhône, du Pas de Calais, des Hauts-de-Seine, etc. et par 175 délégués, marque un moment historique pour le MJCF.

Depuis le congrès d’Ivry (2006) la discussion du socialisme était lancé, rude et difficile a porter dans les débats tant les blocages furent nombreux. Il aura fallut 4 ans pour convaincre. Un fort débat lors du congrès de Gennevilliers a permis de montrer que les JC voulaient être à l’avant garde. Au final 175 délégués adoptèrent le SOCIALISME, 45 contre et 12 abstentions.

Le voyage de solidarité pour les 50 ans de la révolution cubaine est aussi pour quelque chose dans le triomphe du SOCIALISME.

Pour les Jeunes Communistes, la notion de Socialisme du XXIème siècle est clair, il s’agit bien du concept marxiste passant par la socialisation des moyens de productions et d’échanges et par l’abolition des rapports de classe, d’exploitation et d’aliénation (le terme "dictature du prolétariat" commence a revenir dans les discours). Il s’agit bien de cette étape transitoire vers le communisme, ce communisme qui n’est pas ce mouvement réel qui abolit l’ordre établi, mais bien cette société nouvelle débarrassée des rapports de classe, des aliénations, qui répond à l’adage "de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins".

Ce congrès reste historique car pour le MJCF c’est le marxisme qui revient en force, ce sont les notions de classe, de lutte, qui s’impose dans le débat. Tout ceci ne cachera pas le manque de démocratie interne au sein de la direction nationale, qui par tout les moyens a tenté de bloquer et diviser les jeunes communistes, et exclure certain du Conseil National (comme Tennessee Garcia des Côtes-d’Or).
Pour ce congrès 30 fédérations étaient représentés (mais le Vaucluse, le Var, le Gard, les PO étaient absents), 50 ont participé à l’élaboration des amendements et depuis 2006 le mouvement compte 18 nouvelles fédérations.

Samedi soir, une soirée en soutien au peuple palestinien et "à la lutte pour la libération des prisonniers palestiniens" a été organisée avec Hind Khouri, délégué général de l’autorité palestinienne en France, et Patrick Le Hyaric, député européen et directeur de L’Humanité. Un moment fort avec la lecture de la lettre de Salah Hammouri pour les délégués du MJCF.

Vendredi soir, les anciens, les vétérans du MJCF étaient à l’honneur afin de raconter les moments fort du MJCF depuis 1945 : luttes anti-coloniales, mai 68, indépendance du Vietnam, libération de Nelson Mandela, d’Angela Davis...

A l’issue du congrès Pierrick Annoot a été réélu Secrétaire Général du MJCF.

Nicolas Maury

http://www.editoweb.eu/nicolas_maury/Historique-le-socialisme-du-XXIeme-siecle-adopte-par-le-congres-du-MJCF_a3656.html


Position de la fédération de Paris du Mouvement des Jeunes Communistes de France

Près de 500 jeunes communistes étaient réunis ce week-end à Gennevilliers pour un congrès historique : celui des 90 ans du MJCF. Les débats ont été riches et ce, sur différents points : analyse de la société, projet et visée révolutionnaire, structuration et organisation du MJCF pour faire de celui-ci un outil incontournable pour changer la société.

Rappelons que ce congrès s’est tenu dans une situation de crise systémique du capitalisme sans précédent pour notre génération. Celle-ci a fortement influencée la teneur des différents débats. En effet, la situation actuelle montre à la fois les contradictions grandissantes du système et son incapacité à répondre aux enjeux d’émancipation humaine, de développement économique, social et environnemental des peuples.

C’est dans ce contexte que le vieil adage « le communisme est la jeunesse du monde » est plus que jamais d’actualité que nous, jeunes communistes, avons voulus clarifier et enrichir notre projet de société.

Loin de faire de ce congrès historique une simple commémoration de 90 ans de luttes, nous avons voulu nous tourner résolument vers l’avenir. Il ne s’agit pas pour nous aujourd’hui de lutter uniquement pour conserver nos acquis sociaux mais de nous battre pour de nouveaux droits pour les jeunes. À travers nos batailles pour l’emploi et la formation, l’accès à la culture, aux transports, au logement, à la santé, à l’éducation…nous voulons dès aujourd’hui construire une société libérée de l’exploitation de l’Homme par l’Homme, une société d’émancipation individuelle et collective. C’est par notre action quotidienne, par des victoires, aussi petites ou locales soient elles, par l’instauration du rapport de forces dans la société actuelle, que nous avançons vers notre visée : le communisme.

Pour cela, les travailleurs, les chômeurs, les étudiants, les lycéens, tous ceux qui voient aujourd’hui leurs droits soumis aux lois du marché, ceux que nous appelons les exploités, doivent s’unir pour renverser la donne et dire très fort que cette crise n’est pas la nôtre, que nous refusons de la payer !

C’est dans ce contexte, en nous appuyant sur nos acquis actuels et ceux à venir que nous voulons ouvrir une nouvelle phase : celle du socialisme du 21ème siècle. Celui-ci, loin de se calquer sur les schémas des socialismes européens du 20ème siècle, se doit d’être résolument novateur et émancipateur pour l’Homme. Il n’est pour nous ni une idée figée, ni une étape, ni une fin en soi mais bel et bien le processus historique conduisant le monde du travail à réellement prendre son destin en mains en devenant la classe dominante.

Ce projet, construit autour de grands axes économique et sociaux permettant de sortir des logiques de l’économie de marché, ainsi que de la création de nouvelles institutions, nous permettra de construire une société sans classe ni État qui est ce que nous nommons la société communiste. Cette société sera enfin véritablement une société humaine, de partage des pouvoirs, des savoirs et des richesses !

Ainsi cette bataille commence dès aujourd’hui, et avec nos partenaires au niveau local, national, européen et mondial, nous voulons à la sortie de ce congrès faire du MJCF une organisation qui permettra que l’avenir soit réellement celui que les jeunes inventent aujourd’hui.


Position de la fédération de la Loire du Mouvement des Jeunes Communistes de France.

Du 16 au 18 avril dernier s’est tenu le congrès national du MJCF pour déterminer nos lignes idéologiques pour les années à venir. Les débats furent houleux mais toujours respectueux. Ils ont principalement tournés autour des conceptions différentes voire opposées que les camarades délégués par leurs fédérations respectives ont défendues. Ce qui ressort principalement de ce congrès c’est une adoption à la très large majorité de conceptions que certains appellent "communistes orthodoxes". Personnellement nous préférons parler de communisme tout court, voir de marxisme. L’un des amendements adoptés a en particulier fait beaucoup de bruit, c’est celui qui défini le "Socialisme du XXIème siècle" comme notre objectif. Nous vous livrons ici notre analyse vue depuis notre fédération : la Loire, qui a participé en envoyant un grand volume d’amendements ainsi qu’avec ses 20 délégués.
D’abord il faut replacer les choses dans leur contexte. Il ne s’agit ni d’un concept théorique éloigné de la réalité pratique, ni d’un désaveu de la ligne politique du PCF, ni d’un retour de la dictature stalinienne. Le congrès est le moment où notre mouvement se dote d’une ligne théorique claire pour préparer le travail de terrain. Sans cette théorie, l’action militante efficace est impossible de même que la théorie sans l’action militante est inutile.

Ensuite ce congrès est celui du MJCF et pas celui du Parti Communiste. Certes ce dernier a rejeté la notion de socialisme comme étape vers le communisme pour lui préférer celle de "visée communiste" mais il ne nous appartient pas de juger cela en tant que Jeunes Communistes. Le Parti Communiste reste à nos yeux et pour tous les Jeunes Communistes qui en sont adhérents le Parti de la lutte des classes et de la révolution au service du peuple. Pour autant, ce changement fait écho à des débats qui agitent également notre jeune partenaire (le Mouvement des Jeunes Communistes étant de quelques mois plus ancien que le Parti Communiste Français) et il constitue un signal fort de la jeunesse envers l’ensemble du mouvement communiste, partis et organisations confondus.

Mais alors qu’est-ce que ça veut dire "Socialisme du XXIème siècle" ? Ce n’est pas le socialisme du parti socialiste, évidemment, ni celui de la social-démocratie qui voudrait faire du social dans le cadre du capitalisme. Ce n’est pas non plus le socialisme réalisé de Staline et la dictature qui va avec. C’est tout simplement de dire que nous voulons une vraie rupture avec le système en cours. Nous ne voulons plus du capitalisme injuste, criminel, inefficace et dépassé. Nous voulons nous tourner vers un nouvel avenir, une société moderne, résolument solidaire et humaniste. Et ce changement devra intervenir dès que possible, nous travaillerons à le provoquer et à le préparer, par tous les moyens possibles, notre secrétaire national l’a redit en conclusion des débats.

Enfin cette nouvelle société que nous voulons construire, elle sera construite par les travailleurs eux-mêmes. D’abord parce que ce sont eux qui sont les premières victimes du capitalisme en étant placés dans leur travail au cœur des logiques d’exploitation mais surtout parce que ce sont eux qui produisent la richesse, ajoutent de la valeur à la matière et créent les produits nécessaire au développement économique. Cette société socialiste sera donc une société des travailleurs, où les prolétaires seront non plus prisonniers des processus d’exploitation mais à la tête des affaires économiques et politiques. Ce n’est pas une société sans état (bien que la disparition de l’état soit aussi un de nos objectifs à plus long terme) car c’est la société des travailleurs organisés dans un état totalement démocratique et économiquement efficace au service de tous.

Notons ensuite que d’autres avancées énormes ont été gagnées lors de ce congrès. Le congrès a jugé que les institutions européennes étaient "irréformables". Sans remettre nécessairement en cause la participation des JC aux campagnes électorales européennes du PCF cet acte permet néanmoins de faire le deuil de l’illusion d’une Europe sociale entretenue par la droite. L’Europe est une construction bourgeoise qui ne sert que les intérêts capitalistes de ceux qui l’ont construite sur le champ de ruine qu’étaient les pays d’Europe après que ces mêmes industriels de toute nationalité aient préféré opter pour "Hitler plutôt que les communistes".

La notion de mise en commun des moyens de production a également été introduite dans nos textes. Elle précise élégamment celle de socialisme du XXIème siècle tout en lui donnant un versant plus pratique. Elle ne doit pas être nécessairement vue comme la "nationalisation de toute l’économie" mais elle insiste plutôt sur la nécessité de placer toujours les travailleurs au pouvoir en faisant d’eux les propriétaires de leur outil de travail. C’est ainsi que de moyen d’aliénation le travail devient méthode d’émancipation pour le prolétaire qui détient enfin le pouvoir sur sa production.

Globalement lors de ce congrès les Jeunes Communistes ont tiré un trait sur plusieurs années d’autophobie qui nous ont coûté la plupart de notre base militante. Il ne faut pas pour autant se réjouir trop vite. Les bases sont posées pour un retour en force de notre mouvement mais la route est longue jusqu’à la révolution socialiste. Bien des fédérations sont naissantes et ont besoin de reconstituer leur base militante, d’autres se sont renforcées très rapidement mais vont traverser une difficile phase de stabilisation, d’autres enfin ne se sont toujours pas débarrassées des méthodes dépassées et anciennes qui étaient les notre du temps de la "mutation". Pas à pas, humblement, nous allons tous ensemble, Jeunes Communistes de toute la France reconstruire notre mouvement, réinventer les espoirs qui animaient d’autres jeunes communistes, avant que le beau mot de communiste ne soit sali par le sang des victimes innocentes de la terreur Stalinienne. Entre ces excès meurtriers et ceux, moins violents mais tout aussi dévastateurs pour notre mouvement du reniement et de l’auto-flagellation c’est à notre génération qu’il convient de construire une nouvelle voie vers le communisme.

Dans le respect de toutes les générations précédentes de communistes mais en prise avec les réalités du temps présent, la JC de la Loire se réjouit de cette ère nouvelle qui s’ouvre pour le MJCF mais surtout, pour les prolétaires de tous les pays, qu’elle appelle bien sûr à s’unir.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).