Réunion nationale du réseau du 23 mars

La France doit prendre la tête de la lutte contre cette Europe ! Intervention de Guy Jacquin

, par  Guy Jacquin , popularité : 3%

Par rapport au débat sur l’existence et l’aura du réseau, pour ce que je connais, il y a de grandes inégalités dans les départements, là où nous avons des sections, des cellules et des forces politiques qui sont sensibles à cette lutte, parfois avec de bons résultats dans les votes, là où il n’y a pas beaucoup de forces comme chez nous, c’est plus compliqué et l’on fait comme on peut. Dans l’Ain on a une quinzaine de camarades qui sont d’accord avec le réseau, une dizaine qui participent aux réunions, mais aussi un certain nombre sont pour le maintien du parti mais sont piégés par l’exclusivité de l’activité politique sous l’égide du Front de gauche.

Je me suis investi pour faire vivre cette bataille politique et faire progresser cette démarche.

La direction fédérale est complètement impliquée dans le Front de gauche, le peu de camarades engagés nous oblige à travailler avec la messagerie internet pour faire connaître l’activité du réseau et nos positions. Nous avons une centaine d’adresses, il n’y a pratiquement plus de réunions communistes mais que des rencontres citoyennes avec le Front de gauche.

Par expérience, je pense qu’il faut être attentif à la pensée communiste ; contrairement à ce qui se dit les communistes ne sont pas soumis à cette situation, mais plutôt, après de nombreux échecs de rassemblement, gauche plurielle et autres, ils sont satisfaits de cette activité "Front de gauche", y compris dans un département où, aux régionales, le parti de gauche a refusé de participer à la liste du Front de gauche et a parachuté deux candidat du PG de l’Isère pour participer à la liste de l’Ain.

Attention aussi, car depuis le congrès, la situation politique a changé : la situation sociale, la pression de la finance sur la vie politique est scandaleuse, elle écœure les peuples, la France, la Grèce, l’Espagne, aujourd’hui Chypre. Les municipales et la bataille dominatrice du PG promet. Dans l’Ain, sous prétexte qu’il ne faudra pas faire de liste avec le PS, on va condamner les élus communistes sortants, les adjoints communistes et le bon travail qu’ils ont fait au service de la population. On va condamner les camarades qui refusent cette situation d’exclusivité du Fdg et ceux qui refusent la disparition des outils pour dire "ce sont ceux qui veulent travailler avec les socialistes".

Je pense qu’il faut être très attentif à ce qui va se passer dans les débats à venir ; chaque communiste n’est pas obligatoirement soumis à la direction, mais il a sa propre culture politique et sociale, il vit et réfléchit.

Le texte "Des communistes s’adressent aux travailleurs en lutte" frappe là où ça fait mal. C’est pour cela qu’elle va trouver une très large écoute et soutien. L’argument pour ne pas signer ce texte, c’est la question de l’Europe et de l’euro. Il faut être clair et ferme et le dire haut et fort, il n’y aura pas de progrès social, humain, démocratique et politique, avec l’Europe qu’ils construisent et l’euro, il n’y aura pas d’augmentation des salaires, des retraites et d’amélioration de la vie. On avance l’idée que l’on ne peut pas faire autrement, qu’il faut être solidaire des peuples d’Europe.

La plus belle solidarité, c’est que la France doit prendre la tête de la lutte contre cette Europe.

Imposer en France l’exigence d’une Europe démocratique et populaire. Dans notre histoire nous avons déjà plusieurs fois montré l’exemple. Dans l’argumentation, j’en prends deux : au moment de la Commune de Paris les communards ont pris le pouvoir, en 1939-1940 nous avons organisé la Résistance et débouché en 45 sur le Programme du CNR. Aujourd’hui avec un parti communiste à l’offensive, nous pourrions montrer aux peuples d’Europe le chemin à suivre, c’est la plus belle solidarité à mettre en place. Comme je l’ai déjà dit à certains, la France a une belle histoire révolutionnaire et de lutte anticapitaliste, suffisamment riche pour ne pas la laisser se détruire au moment où le capitalisme est vomi par les peuples du monde. Le 23/3/2013 à Vénissieux, on a bien travaillé, je suis pleinement satisfait des décisions que l’on a prises. A nous tous de les faire connaître et les construire dans la vie.

Guy Jacquin, fédération de l’Ain

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).