Un Parti Communiste qui défende véritablement les intérêts de la classe ouvrière et des classes populaires Contribution au 37ème congrès du PCF (Juin 2016)

, par  communistes , popularité : 1%

Comme un peu partout en France des communistes se saisissent de l’opportunité que leur donne la préparation du congrès pour prendre leur plume et donner leur avis sur la politique du parti, leurs espérances de le voir se renforcer sur le plan théorique, le plan programmatique et sur celui de ses effectifs. Comme cette nouvelle adhérente qui désire rester anonyme, ils disent leurs attentes et leur détermination devant une situation qui devient catastrophique pour les classes populaires et les plus faibles. Ils disent leur impatience d’agir dans l’unité pour des réformes radicales. Ils représentent une immense richesse militante, le vif argent de la raison militante, mais la direction du parti est-elle prête à répondre a leur attente, est-elle à la hauteur de ce qu’elle a pourtant suscité ? A-t-elle seulement compris la réalité de la colère qui monte. Toute entreprise doit savoir faire ses comptes, tirer la leçon de ses campagnes et de son activité sous peine de disparaitre. L’audit de ses activité se fait en direct mais elle n’entend rien. Il arrive un moment où il faut poser le bilan et se demander pour le compte de qui elle travaille, de quel repreneur ! Je vous propose de lire son texte. Il est symptomatique d’une demande qui monte, celle des communistes qui veulent pouvoir retrouver leur souveraineté dans un parti où les décisions se prennent par une minorité coupée des masses sans consultation des adhérents.

Gilbert


- Le projet « La France en commun » est pour moi décevant car les intérêts de la classe ouvrière n’y sont pas véritablement représentés. A la lecture de ce projet, seuls les intérêts de la classe moyenne sont mis en valeur. Soucieuse de sauvegarder sa situation, la classe moyenne se croit encore à l’abri mais bientôt la loi capitaliste du plus fort s’imposera aussi à elle... On ne sent pas dans ce projet la prise en compte de la colère des salariés, des ouvriers en lutte, précarisés, des chômeurs, des sans-abris, des jeunes et des personnes âgées dans la galère, des syndicalistes persécutés. Comment la classe laborieuse, celle des plus pauvres, peut-elle se sentir compris par un PCF qui propose un tel projet ? N’est-il pas alors légitime que cette colère liée à une exploitation sans précédent ne se tourne vers des démagogues d’extrême droite qui font mine de la prendre en considération ? N’est-il pas alors légitime que cette colère non entendue se détourne des élections en s’abstenant ?

- Je ne souhaite pas la participation du PCF à la mascarade que constitue « la primaire à gauche ». Je ne souhaite pas que le Parti s’associe à cette initiative dont l’orientation clairement social-démocrate vise à rabattre les voix communistes autour d’un candidat qui se pliera in fine au dogme du capital et de l’idéologie du « social-libéralisme ».

- Je pense que nous avons besoin de vrais communistes dans le PCF. Nous avons besoin que le PCF rompe avec l’orientation réformiste prise dès les années 80 qui le dilue dans la « social-démocratie ».

- Je pense qu’il faut reconstruire un Parti Communiste qui défende véritablement les intérêts de la classe ouvrière et des classes populaires. Le PCF ne doit plus compter parmi les partis qui accompagnent le capitalisme en nous faisant croire que ce dernier peut être « moralisé » et plus « humain ». Pour se faire il doit renouer avec ses fondements théoriques révolutionnaires ceux de Marx, Engels et Lénine dont nous constatons sans cesse la pertinence actuellement. Car l’exploitation capitaliste, si elle se met au goût du jour via les nouvelles technologies ou la « révolution » numérique, est toujours la même dans ses principes de base. Nous avons besoin d’un PCF qui prenne en compte les ravages écologiques causés par l’exploitation effrénée des ressources naturelles. L’écologie est incompatible avec le capitalisme. L’écologie politique est une imposture quand elle roule pour la « social-démocratie ».

- Il s’agit pour nous d’abattre le capitalisme pour aller vers une société Socialiste et de se doter des moyens politiques pour cela. Nous devons donc :

  1. Sortir du carcan antidémocratique des institutions européennes pour retrouver notre
    souveraineté nationale et populaire : sans cela rien ne sera possible !!! L’Europe sociale est un leurre pour nous faire accepter une idée qui depuis ses origines n’a toujours eu qu’un seul but : élargir à l’Europe un marché capitaliste qui sert avant tout les intérêts capitalistes (étatsuniens surtout !).
  2. Sortir de l’OTAN et de notre asservissement aux intérêts géostratégiques états-uniens pour en finir avec les guerres impérialistes qui ruinent les peuples, obligent les victimes à fuir les guerres en devenant des migrants qui seront à leur tour exploités. L’OTAN est la principale responsable du terrorisme et des attentats. Rompre avec l’ingérence envers les pays souverains, favoriser la coopération pacifique, oeuvrer pour la paix entre les peuples.
  3. Remettre à l’honneur et améliorer les conquis sociaux pour lesquels nos aînés se sont battus qui ont fait de notre modèle social une référence de par le monde (programme du CNR entre autres). Exiger l’appropriation collective des grands moyens de production, d’échange et des secteurs clé de l’économie (banques, assurances, santé, éducation, sciences, agriculture, transport, énergie, défense, médias, internet...)

Une nouvelle adhérente PCF de 2015, section de Lyon

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).