Primaires : « non ». Mais primaires « citoyennes » quand même !!! Pour aller où ?

, par  Danielle Trannoy , popularité : 2%

Quand la direction du PCF a engagé le débat sur les primaires au conseil national, elle n’a pas réussi à le faire valider... aucune décision n’avait été prise. Pierre Laurent a quand même décidé de s’y engager, et d’engager le PCF avec lui...

Depuis janvier, c’est un rejet massif mettant les communistes en colère ; ils refusent de se voir appeler à voter socialiste au premier tour des présidentielles, fut-ce pour un socialiste dit "de gauche". Cette fois, avec la résolution, votée avec une très faible majorité des membres du conseil national, ce 15 avril, On continue ! En accolant au mot « citoyennes » au mot « primaire ».

Avant le Conseil National, accordant une interview dans « Valeurs Actuelles ». Pierre Laurent continue et va encore plus loin. Et c’est dans ce journal issu de "l’information boursière" qu’il annonce qu’il est inutile d’avoir un candidat du PCF !

Donc le CN ne fait pas référence au rejet des primaires, mais propose d’en adapter sa dénomination.

A quelques semaines de leur congrès, les communistes seront-ils être amenés à valider cette démarche pour les élections de 2017 ?

Pour l’instant, la place prise par les élections évacue une préparation sérieuse et sereine du Congrès. Les communistes doivent surmonter les obstacles : rejet des primaires, texte de la base commune jugée très insuffisant, absence de bilan des stratégies passées depuis Martigues …. Occultant tout débat sur le projet et les perspectives politiques….

Alors que les communistes ont besoin de temps et de réflexions, de respect, sans être sous cette pression, d’autant que l’évolution de la situation sociale, l’exigence du retrait de la Loi El Khomry nécessite un soutien actif. L’actuel réveil du mouvement social doit impérativement conduire à la victoire sous peine de reproduire le découragement et le repli comme après les grandes manifestations de 2010 à l’occasion de la contre-réforme des retraites.

Il faut noter que c’est la première fois depuis de nombreuses années que les salariés s’opposent à un gouvernement socialiste, et à un patronat qui n’a pas de limites. Cela doit interpeller les communistes sur la mise en mouvement de pistes de réflexion sur les prolongements politiques, pas seulement électoraux, mais sur des perspectives de rupture avec le capitalisme. C’est le rôle et la place d’une organisation communiste.

Particulièrement inquiets pour l’avenir de leur Parti, mais n’ayant pas renoncé et ne baissant pas les bras, puisque nous avons relevé le défi du parti communiste, à nouveau pour ce 37e congrès, les communistes perçoivent plusieurs dangers :
On ne cesse de leur répéter qu’il faudra passer par « la transformation du Parti » : est-ce une demande des communistes ou bien celle des membres de la Direction. Celle-ci a déjà engagé des transformations au détriment de l’identité, des fondements théoriques et de l’organisation et réduisant l’autonomie des communistes, dans les cellules de quartier et d’entreprises. Transformation ou mutation ?

Une question est venue de la part de Pierre Laurent pour dire que le Congrès aura à trancher sur la question européenne. Mais il ne s’est pas étendu plus sur le sujet. Il a désapprouvé le fait que Mélenchon lance le débat sur la sortie des traités. Il semble aussi que cette question de l’UE divise les groupes qui discutent sur les primaires.

A nouveau, malgré ses échecs, sans analyse collective, la relance du FDG est annoncé. Pierre Laurent partagé entre union de la gauche et FDG affirme que sa relance est un objectif et que la démarche de rassemblement, l’ambition majoritaire et la dynamique citoyenne du FDG a permis de gagner des élus notamment aux législatives, de renforcer le PCF. Mais est-ce la réalité ? Sans bilan c’est à nouveau une démarche de sommet. Ou une nouvelle fuite en avant ?

A noter : Vouloir relancer le FDG c’est aussi l’objectif du 2e texte de la Direction « Ambition communiste… ». Ce qui n’est pas dit dans cette résolution, c’est l’adhésion directe au FDG et l’engagement à soutenir Mélenchon dans son projet de construction d’une nouvelle organisation politique (type Syriza ou Podemos).

Des incertitudes ont été évoquées lors de ce CN, sur les possibilités d’aboutissement des primaires (refus et manœuvres du PS et d’autres groupes (au moins deux) avec un risque aussi d’échec d’une primaire de la gauche « alternative »). La solution « relais » serait selon certains, la candidature de Mélenchon en s’appuyant sur ce qui reste du FDG. Au CN, certains ont évoqué la nécessité d’annoncer tout de suite ce possible « plan B ».

La résolution n’est-elle pas déjà un compromis entre les deux tendances de la Direction. ? Que l’on retrouve dans « La base commune » et dans « Ambition communiste… FDG… » : (dont Patrice Cohen-Séat). Ce texte est adroit, car il ne dit pas directement aux adhérents qu’il faut en finir avec le PCF ! Mais il le laisse sous-entendre, comme par exemple avec cette formulation : « Pour cela, nous devons poursuivre la transformation de notre vie interne... »… Nous avons évidemment énormément changé, notamment en abandonnant la dictature du prolétariat en 1976 et le "centralisme démocratique" en 1994, puis en adoptant en 2001 le "pluralisme de droit". Mais il nous faut aller plus loin. ».

Ce dernier paragraphe que l’on retrouve aussi dans la base commune de la Direction, nous fait craindre la reconduction des méthodes de type « collectifs anti-libéraux », négociations « au consensus », votation citoyenne, ouvrant la voie à toutes les manœuvres permettant à des dirigeants autoproclamés de manœuvre à leur guise et à certains de rêver de se fondre dans le PGE, avec une nouvelle version Syriza ou Podemos.

Il y a donc bien la nécessité de faire un bilan des pratiques et stratégies passées qui ont toutes conduites à l’effacement du PCF et la faiblesse des rassemblements.
Nous avons interpellé Pierre Laurent pour qu’il se retire de ce jeu des primaires et lui dire que nous devons mener une bataille communiste.

C’est donc dans le contexte d’une Direction politique apparemment désunie, dans un climat politicien détestable, qu’il faut replacer le Congrès, de juin, la conférence nationale, les élections législatives et présidentielles.

Il faut en sortir par le haut, avec des candidats communistes porteurs de propositions travaillées avec la population, le monde du travail.

Avec de nombreux camarades, nous avons fait le choix de rester dans le PCF et d’y apporter notre détermination à refuser sa liquidation depuis le congrès de Martigues.

A quelques jours du vote sur les textes, le nôtre, « Unir les communistes, le défi renouvelé du parti communiste  », qui a reçu un large soutien, nos propositions portent l’espoir profond de très nombreux communistes de continuer son existence, enracinée dans l’histoire de notre pays et du monde. Regagnons son influence, point par point, quartiers par quartiers, entreprises par entreprises, avec les réseaux communistes, pour faire face au capitalisme, chacun à notre manière. Mais aussi avec nos valeurs, pour refuser les guerres et construire une force pour la Paix et la solidarité internationale.

L’objectif est donc bien de reconstruire un parti révolutionnaire aujourd’hui en France. C’est tout l’enjeu de ce congrès et des années à venir.
C’est aux communistes de s’en emparer. Nous savons où aller, nous !!!
.

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).