6,7,8 Juillet : 3ème rencontres communistes de Marseille

Pour un PCF prenant en compte les attentes populaires

, par  Bernard Trannoy , popularité : 1%

Intervention de Bernard Trannoy à la tribune de discussion des rencontres 2012 de Marseille.

PCF, répondons-nous aux attentes populaires ? J’aurais tendance à considérer que c’est très loin d’être le cas. En effet une majorité d’ouvriers et d’employés sont dans une attitude de rejet vis-à-vis de l’Europe et de l’Euro. Prenons-nous en compte cette attente ? Non. Non seulement nous n’y répondons pas, mais nous pouvons même affirmer que nous sommes plutôt dans une attitude de refus de répondre à cette attente.

La nation reste et restera pour longtemps le cadre référent de l’exercice démocratique. L’espace que les femmes et les hommes connaissent, appréhendent, où ils plongent leurs racines, leur être le plus profond. Ignorer cela, c’est se condamner aux pires déboires. La nation reste l’enjeu politique de l’affrontement de classe, là où se pose la question de la direction de l’état, là où le peuple organisé doit construire son hégémonie contre la dictature de la bourgeoisie. La question de la reconquête de la souveraineté nationale et populaire dans toutes ses dimensions est un élément central du combat de classe.

Devons-nous faire comme si ce rejet n’existait pas ?

Que répondons-nous aux salariés qui voient leur entreprise se délocaliser sous d’autres cieux, dans des pays à bas coût, fussent-ils en Europe, comme les FRALIB avec la Pologne. JLM malgré sa visite n’a absolument pas répondu à leurs attentes (De ce point de vue JLM avec sa proposition de protection aux frontières de l’Europe est à côté de la plaque. L’essentiel des problèmes que nous avons à affronter n’ont pas pour source nos échanges avec la Chine, extra communautaire, mais viennent des déséquilibres des échanges INTRA EUROPEENS et des excédents allemands, basé sur le dumping social).

Proposer une politique de coopération internationale comme alternative à la concurrence libre et non faussée et à ses diverses tentatives de régulation, suppose une nation qui puisse coopérer en connaissant ses intérêts pour décider politiquement de ce qui est mutuellement avantageux !

Dans un monde soumis aux tempêtes de la crise d’un système, est-il responsable de continuer de naviguer tous hublots ouverts, au risque de couler ?

Et pourquoi glisser sous le tapis ce qui dérange. Dénoncer le traité de Lisbonne, œuvre de N. Sarkozy certes. Mais en faisant l’impasse sur le traité de Maastricht œuvre de Mitterrand (idole de JLM) mais qui porte lui, création de l’Euro et de la BCE. On peut toujours regretter de l’avoir voté, mais que valent ces regrets ? Rien. Si l’on ne remet pas en cause le traité de Maastricht et ce qui va avec, c’est à dire l’Euro et la BCE.

Dans les débats qui nous traversent, sur les questions de l’Europe, de l’Euro et de la BCE, tous les coups sont-ils permis ?

Ne faut-il pas sortir de la confusion entretenue entre monnaie commune et monnaie unique, n’avons-nous pas besoin de clarté ? Chaque fois que la question est posée, c’est « escape ».

Premier argument qui nous est opposé : Lorsque l’un d’entre nous (économiste, il se reconnaitra), mais pas que lui, met en avant l’existence de la monnaie "Sucre" pour justifier l’Euro, joue-t-il franc jeu, j’en doute. Décidément l’économie est une chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls économistes.

En effet le "Sucre" et l’Euro sont de nature totalement différente. Le "Sucre" est une monnaie commune, réglant les échanges au sein de l’ALBA, sur la base de projets économiques communs et qui gère collectivement une partie des réserves de change des différents pays. Les différentes monnaies nationales continuant leur existence. L’Euro est une monnaie unique s’imposant à tous. De fait, l’Euro n’est rien d’autre que le Mark, c’est-à-dire une monnaie faite sur mesure adaptée aux réalités de l’économie allemande, mais en fait inadaptée aux réalités des autres économies européennes.

Si l’Euro était une monnaie commune, le débat changerait de nature et mériterait qu’on s’y arrête.

Donc l’argument "Sucre" est irrecevable, il faudra trouver autres choses.

Deuxième argument qui nous est opposé : l’Euro, c’est bien, voyez la Chine le défend !!

A une époque, des politiques des USA déclaraient « Ce qui est bon pour la Général Motors, est bon pour l’Amérique ». Ce qui donne aujourd’hui, « Ce qui est bon pour la Chine est bon pour l’Euro, donc pour la France !!! ».

L’attitude de la Chine est tout à fait compréhensible, aux regards de ses intérêts nationaux. Effrayée qu’elle est d’avoir dans ses réserves plus de 4.000 milliards de $. D’où la recherche d’autres réserves de change, mais aussi l’achat massif d’or. En effet ces 4.000 milliards de $ peuvent se transformer rapidement en monnaie de singe.

Ce qui est bon pour la Chine ne l’est pas forcément pour nous.

Troisième argument qui nous est opposé : Marine Le Pen est contre l’Euro, donc nous devons être pour !!! Avec un tel postulat absurde, nous aurions dû nous aussi voter OUI au traité européen en 2005 sous prétexte que le FN était pour le NON !!!

Ce que ressent le monde du travail, le peuple dans le rejet de l’Union Européenne et de l’Euro, c’est non seulement le constat que l’Euro est l’outil d’une guerre sociale contre les peuples, mais aussi que la bataille pour les salaires et l’emploi, pour les services publics, suppose des processus de rupture avec le capitalisme que ne permettent pas les règles européennes. Si Marine Le Pen a une telle place, c’est bien pour détourner la colère contre l’Euro de la colère contre le capitalisme !

Ne sommes-nous pas les premiers responsables de la montée du FN ?

Nous avons abandonné le terrain de la défense de la Nation, de l’action pour la souveraineté (monétaire, mais pas seulement), la nature ayant horreur du vide, nous avons offert au FN un espace inespéré. Lutter contre le FN exige de NOTRE part de réoccuper l’espace que NOUS avons laissé ainsi à découvert. OUI nous sommes les premiers responsables de cette montée du FN !

Quatrième argument qui nous est opposé : la démarche conduit certains, et la direction du PCF, dans une défense acharnée de l’Euro, de la BCE et de l’Europe, en verrouillant tous débats organisés sur ces questions dans nos rangs. Ils doivent considérer que ce sont des affaires trop sérieuses pour être soumises aux débats, à l’appréciation des adhérents.

Ne sommes-nous pas nous aussi dans la république des « experts » ?

J’ai tendance à considérer ces attitudes, comme autant de postulats technocratiques, très loin de toutes réflexions politiques. Devons-nous laisser sur le bord de la route, ceux qui ne veulent pas de cette Europe, instrument de domination des « marchés financiers » autrement dit du « Capital », en les abandonnant aux mains du FN ? Pourquoi cet acharnement à vouloir défendre à tout prix, et même à n’importe quel prix l’Euro et la BCE ?

N’est-il pas, pour une part, le reflet d’un renoncement à changer les désordres sociaux existants ?

En fait le positionnement sur ces questions, n’est-il pas la ligne de partage qui sépare ceux qui pensent le système capitaliste indépassable de ceux qui ne renoncent pas à son dépassement vers le socialisme ?

Si certains pensent le système capitaliste indépassable, qu’ils le disent et l’assument. C’est une opinion respectable et qui doit être respectée.

Cinquième argument : l’Europe est-elle une réalité économique homogène autorisant une « camisole de force » unique ? Evidemment, NON.

L’Allemagne à des excédents commerciaux supérieurs à 6% de son PIB sur ses « partenaires » européens. La Chine avec 4% d’excédent soulève immédiatement une levée de bouclier pour fustiger le taux de change du yuan. Mais là, pour l’Allemagne, c’est silence radio. Oubliant au passage que les excédents des UNS ne sont que le reflet des déficits des AUTRES. La maitrise de monnaies nationales permettait de procéder aux ajustements nécessaires, prenant en compte l’hétérogénéité des différentes économies. Faute de quoi, nous sommes condamnés à mettre en œuvre les remèdes préconisés par Paul Krugman :

« Les variations du cours des devises induites par les déséquilibres des balances des paiements et les mouvements de capitaux, permettent en temps normal de rééquilibrer les échanges internationaux. L’Europe, en créant l’euro, s’est privée d’un tel mécanisme. Faute de pouvoir dévaluer, la "solution" préconisée aujourd’hui par l’Europe et le FMI consiste à baisser le coût des exportations en réduisant les salaires, les dépenses sociales, les services publics ». C’est ce qui s’applique aujourd’hui en Grèce, avec le succès que l’on sait par les camarades de F. Hollande.

Est-ce cela que nous voulons ? Et c’est ce que Hollande nous applique aujourd’hui. Sommes-nous assez naïf pour croire que F. Hollande et le PS reviendrons sur les démolitions entreprises par SARKO ???

Salaires, retraites réduits de plus de 40%, services publics démantelés, mères de famille abandonnant leurs enfants, incapables qu’elles sont de les assumer. Les grecs qui parcourent les forêts pour abattre du bois pour se chauffer. En fait une Grèce qui replonge dans le moyen-âge. Un prof d’université qui doit se contenter de 450 € par mois. Et pendant ce temps les milliards d’Euros des privilégiés quittent la Grèce pour d’autres cieux qui leur seront plus clément (Oui ceux qui ne veulent pas partager).

Est-ce cela que nous voulons ?

Qu’est-ce que cette absurdité « un meilleur partage des richesses », le degré zéro de l’intelligence ?

Alors que précisément l’adversaire de classe nous signifie depuis plus de 10 ans que le partage des richesses, « C’EST TERMINE ». Il faut être sourd pour ne pas l’entendre.

L’issue étant à rechercher dans l’appropriation des richesses créées par la communauté des salariés.

Jamais le capital n’a accepté d’autre partage que ce qui lui est arraché par l’organisation (syndicale et politique) et par l’action des victimes de ses prédations.

Depuis 12 ans le mouvement social se bat en reculant. Les syndicats ne discutent plus des revendications des salariés, de leur défense. En Espagne, en Grèce, au Portugal, mais aussi chez nous, les syndicats en sont réduits à négocier la réduction des salaires, des congés, de la couverture sociale, etc... (C’est comme cela que le capital conçoit le partage). Sous la menace continuelle de délocalisation, nouvelle forme de la violence de classe.

La CES, mais aussi le PGE sont devenus autant de vecteurs de soumission du monde du travail aux impératifs du capital par leur intégration à l’ensemble des dispositifs de domination du capital.

S’accrocher à la BCE et à l’Euro, pour qui ? Pour quoi ?

Faut-il encore s’accrocher coûte que coûte au mythe sans cesse remis au lendemain d’une possible Europe sociale ???

Sortir, avant d’être broyés, comme les grecs, telle est la question ?

S’accrocher à l’€uro, et refuser la sortie de cette monstruosité, c’est être tenu pour responsable de la catastrophe qui s’annonce. S’accrocher à l’€uro, c’est pratiquer qu’on le veuille ou non, la fuite en avant vers une Europe fédérale liquidatrice des états nations, et des droits des travailleurs.

S’accrocher à l’€uro, c’est accepter que la seule variable d’ajustement possible soit à chercher dans la diminution des salaires, prestations, pensions et le démantèlement des services publics.

S’accrocher à l’€uro, c’est refuser les ruptures nécessaires avec le capitalisme. C’est s’accommoder du désordre social actuel, c’est le gérer. A ce jeu le PS est meilleur que nous, nous ne servons donc plus à rien. C’est préparer un congrès de Tours à l’envers. C’est se dérober à nos responsabilités d’outil de la transformation sociale. C’est en dernière analyse être complice des politiques d’austérité en cours et à venir. C’est accepter qu’Athènes brûle.

Nous sommes face à la nécessité d’une rupture avec ces outils non réformables, la nation comme terrain essentiel de la lutte des classes et la question de la reconquête de la souveraineté nationale et populaire.

La sortie de la crise suppose, exige que la nation retrouve tous les attributs de sa souveraineté. Le sort du peuple français, c’est à Paris qu’il doit se décider, et NON à Bruxelles. Que le PCF substitue à la lutte des places actuelles, une analyse de la société retrouvant ses fondements de classe. La forme parti est-elle dépassée ? Dans tous les cas celle en cours est obsolète, elle n’est faite que de verticalité, avec des ascenseurs qui ne fonctionnent que dans le sens de la descente. Basée sur une conception sommitale du rassemblement où nous sommes invités à faire acte l’allégeance autour du tribun. L’adhérent est simplement invité à jouer la claque, à mettre en œuvre des Kits prêt à l’emploi.

Ce positionnement du PCF obéit-il à une démarche de principe fondée sur un projet, une éthique ? Ou est-il simplement destiné à ne pas froisser le partenaire potentiel (le PS).

Sommes-nous obligés de suivre dans ses dérives un PS, qui a fait une croix sur les classes populaires ? Et qui sans hésitation réserve aux classes populaires le sort des grecs.

A rester sans arrêt le nez fixé sur le seul horizon électoral, on finit par perdre de vue l’essentiel, à savoir, à quoi, à qui sommes-nous utiles ? Front de gauche, Izquierda (Espagne), Bloc de gauche (Portugal), Die Linke (RFA), Syriza (Grèce), PGE autant de déclinaisons d’une même démarche de soumission et de refus de remettre en cause les dogmes européens. Autant d’outils d’intégration à la stratégie du capital, des « marchés financiers », rejoignant en cela la social-démocratie. Qui de ce fait ne peuvent jouer de rôle, faute de ne pas être en état d’indépendance.

Les « couches moyennes » prochaines victimes ne continueront pas très longtemps à bénéficier des produits technologiques à bas coût venant de Chine ou d’ailleurs. Elles sont prisonnières du faux sentiment d’être les heureuses bénéficiaires de cette Europe-là, insensibles qu’elles sont aux souffrances des autres, enfermées dans leurs égoïsmes étroits. Est-il possible d’avoir très longtemps, d’un côté des sociétés qui seraient vouées à la production et penser qu’ici nous allons simplement consommer ce qui est produit ailleurs ? Ne voient-elle pas qu’elles sont les prochaines victimes toutes désignées ? Ne sont-elles pas dans ce que Pierre Bourdieu appelait « La servitude volontaire » ?

Deux citations :

Henri Lefèbvre : « Ceux qui pensent arrêter leur regard sur l’horizon et se bornent à regarder ce qu’on voit, ceux qui revendiquent le pragmatisme et de faire seulement avec ce qu’on a, n’ont aucune chance de changer le monde... L’utopie, c’est ce qu’il y a au-delà de l’horizon ».

Lucien Sève (dialogue avec les auteurs du livre « Les vérités du matin », regard croisé sur un engagement.) : « … Mais franchement, franchement, comment concevoir que ceux et celles qui siègent à Fabien soient à ce point au-dessous de la tâche cardinale que nous impose la véhémence de l’histoire ? J’en suis malade. Si vous y pouvez quelque chose… ».

Bernard Trannoy, section PCF d’Arcachon.

Le 28 juin 2012

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).