Le numéro 3 en téléchargement La parole au monde du travail

, par  pam , popularité : 5%

Comme annoncé, après la diffusion papier d’un numéro, celui-ci devient disponible en téléchargement. Le tirage exceptionnel du numéro 3 n’est pas épuisé, mais le numéro 4 est sorti depuis 2 mois, donc voici le numéro 3 en téléchargement... avec ses 10 entretiens de militants d’entreprise autour du questionnement : quels sont les obstacles politiques à l’unité et la mobilisation des travailleurs ?

Les numéros sont disponibles auprès du réseau "Faire vivre et Renforcer le PCF" et en écrivant à Pascal Brula, 5, rue des Farges, 69005 Lyon.

Editorial : La parole au monde du travail

Une question urgente pour tous les syndicalistes, militants ouvriers communistes : quels sont les obstacles à l’unité des travailleurs freinant la reconstruction d’un rapport de forces plus favorable au plan des luttes sociales, politiques et idéologiques ?

Les événements d’Ukraine, la résistance inattendue du peuple ouvrier de l’Est (manifeste du Front populaire de Libération de l’Ukraine) le retour de la question soviétique dans les débats politiques à l’Est (appel des 17 partis communistes de l’ex-URSS), et la violence exacerbée de l’impérialisme imposant en Europe même des restructurations économiques, politiques et même institutionnelles et étatiques qui sont historiques, tout devrait conduire à un renouveau du mouvement social dans un monde du travail durement frappé, et tout devrait conduire à reposer en grand la question communiste.
Pourtant, ce qui semble dominer l’expérience militante, c’est le désarroi devant les difficultés des mobilisations, l’incertitude devant des débats qui traversent toutes les organisations syndicales et politiques et qui divisent les communistes : luttes de classe, citoyenneté, patriotisme, union européenne, internationalisme, démocratie électorale, laïcité… Et la dernière stratégie du PCF issue de la mutation, le Front de Gauche, s’enlise dans ses contradictions et les états d’âme de son porte-drapeau présidentiel.

Découvrir de nouvelles consciences de classe

En 1848, Le Manifeste du Parti Communiste soulignait « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes ». Dans le fatras médiatique qui nous parle de « terroristes », « nationalistes », « islamistes », il semble que les luttes de classe soient absentes, et de quelles classes sociales en 2014 pouvons-nous parler à l’heure des révolutions par les réseaux sociaux ?
Les communistes français héritent de longs débats qui les ont opposés : nouvelle classe ouvrière, révolution informationnelle, crise systémique, parti et rassemblement... sur lesquels la direction du PCF a fait un choix systématique de rupture avec l’héritage marxiste-léniniste du parti pour reprendre à son compte des terminologies « modernes », plus sociétales, plus adaptées de fait aux préoccupations des couches moyennes aisées urbaines qui semblent devenues la cible première des experts électoraux.

Mais si ces débats restent d’actualité, tant il apparaît de plus en plus clairement que le PCF n’apporte plus d’outil théorique et politique à la hauteur de la violence du capitalisme, personne ne peut penser qu’un débat « en chambre », un débat d’universitaires, pourra résoudre dans l’urgence sociale les impasses dont nous héritons depuis des décennies.

Si les luttes de classes sociales d’aujourd’hui restent les moteurs de l’histoire, alors il faut découvrir dans le chaudron de ces luttes, les nouvelles consciences qui se construisent dans les difficultés issues d’une longue période de recul historique du monde du travail, de plus grande ampleur sans doute que celui qui a suivi la commune de Paris.

Donner la parole aux travailleurs

C’est ce à quoi nous voulons contribuer avec le travail engagé par ce n°3 de la revue pour donner la parole à des militant(e)s d’entreprises confrontés à la nécessité d’unir dans l’adversité, de rassembler et de faire grandir cette classe sociale « pour soi », celle qui, à partir de son expérience des luttes locales, prend la parole pour faire grandir des revendications qui unissent toujours plus largement, jusqu’à devenir des enjeux politiques de classe sur lesquels peut se construire l’organisation politique propre de cette classe.

Nous publions donc une première série d’articles, parfois sous forme d’interview, qui cherchent à identifier les questions qui traversent le mouvement ouvrier, ses contradictions. Comment peut-il faire face aux divisions dans lesquelles il a été enfermé toutes ces années ? Comment lutter contre la concurrence organisée entres travailleurs à partir de l’Europe et de la mondialisation (travail illégal, immigration, délocalisations) ?

Faut-il continuer à supporter l’euro, perdre notre souveraineté monétaire ou faut-il en sortir ? Faut-il refuser ou accepter le protectionnisme ? Y recourir serait-il se fermer au monde et à l’internationalisme ? Comment utiliser le progrès technique ? Utilisé pour améliorer la productivité, est-il voué à jouer contre l’emploi, l’écologie, la santé ?

Des questions fondamentales

Nous avons plus précisément proposé aux militants rencontrés la liste de questions suivantes qui explicite la démarche engagée.
- Quels sont les obstacles à l’unité des travailleurs de toutes origines ? Est-ce que la religion, le racisme, la ségrégation géographique... pèsent sur l’unité ?
- Quels sont les effets du discours économique et social du FN (anti-finance et protectionniste) ?
- Avez-vous des difficultés à vous faire entendre des forces politiques et des institutions ?
- Quel est le principal obstacle « politique » au développement de luttes victorieuses ? Ce qui bloque dans les têtes et freine l’action ?
- Penses-tu, comme le disaient les communistes au début du siècle dernier, que le monde du travail, la classe ouvrière, a besoin d’une force politique qui soit la sienne, qui le représente spécifiquement ?
- Que penses-tu du PCF aujourd’hui ? de sa place dans le monde du travail, de son utilité pour les luttes ?
- Est-ce qu’il te semble possible et comment, de résister à la mondialisation capitaliste, à la mise en concurrence généralisée ? Dans quel cadre, national ? européen ? mondial ?

Chaque article ne traite pas toutes ces questions, mais nous voulons contribuer à faire grandir un travail collectif de réappropriation de « notre » débat politique, le seul qui soit utile aux communistes, loin des médias et des questions à la mode, le travail de l’intellectuel collectif du monde du travail qui cherche à penser le monde pour le transformer.

Rappel du sommairedu numéro 3...

- Édito : Pierre-Alain Millet, La parole au monde du travail - p. 2

- Politique Française : Marie-Christine Burricand, PCF : changer de stratégie ou disparaître ! - p. 3 et 4
- Politique Française : Marie-Christine Eigeldinger, « des luttes pour aujourd’hui... et pour demain » - p. 5

- Luttes : Serge Truscello (CGT Bosch Vénissieux) « rendre crédible une véritable alternative » - p. 6
- Luttes : Anna Persichini (CGT IBM) : « le syndicalisme doit se réapproprier le politique » - p. 7
- Luttes : Jérôme Beau (CGT chômeurs) : « le PCF manque de lisibilité » - p. 8
- Luttes : Laurent Santoire (Alstom) : « le PCF devrait se réapproprier son héritage fondamental » - p. 9 et 10
- Luttes : Deniz (Bonduelle) : « l’euro, c’est le truc qui nous a fait le plus de mal » - p. 11
- Luttes : Thierry Ferront (CGT, SPIE Batignolles) : « avant, il y avait une conscience politique » - p. 12 et 13
- Luttes : Michel Lavastrou (CGT Total Raffinage)
- Luttes : Valérie Talbi (CGT Delatour) : « la lutte est à mener jusqu’aux portes des maisons » - p. 18
- Luttes : Gérard Cazorla (CGT Fralib) : « il faut populariser les luttes » - p. 17 à 21

- International : Danielle Bleitrach, De nouvelles conditions de lutte se dessinent, mais les dangers de fascisation s’accroissent - p. 21 et 23

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).