Amplifier le soutien au texte « Unir les communistes - Relever le défi du parti communiste ». Témoignage de ces dernières semaines.

, par  Danielle Trannoy , popularité : 3%

Il semble que nous allons pouvoir déposer notre texte au vu du nombre de signatures. Mais le plus intéressant c’est ce qui se dégage. C’est sûrement difficile de résumer ici ces nombreuses heures d’échanges et leur intensité. Mais il ne faut pas beaucoup de temps pour que la colère émerge, pour que l’ensemble de la situation soit posée très clairement.

Si… c’est la colère qui domine. Décidément, c’est « NON pour les primaires » dont la logique aboutira à cautionner un candidat social-démocrate qui leur sera imposé. C’est aussi NON à toute forme de manipulation qui aboutirait à cautionner un tel candidat d’où qu’il vienne.

Le Congrès ne devrait pas traiter que des alliances dans la perspective de l’élection présidentielle, car la Gauche n’est rien sans un parti communiste déterminé à défendre les intérêts de ceux qui travaillent et qui rejettent toutes formes d’exploitation. L’affaiblissement du PCF conduit à l’affaiblissement de toute la Gauche. Mais aujourd’hui la Gauche ???

C’est un appel clair et net, pour rompre avec la social-démocratie et toutes les stratégies qui nous conduisent d’échecs en échecs, sans remettent en cause le capitalisme. La question des alliances dans la perspective des élections est évoquée seulement si les candidats sont communistes, notamment à commencer par les députés sur les choix prioritaires des communistes, décidés en congrès.

Le refus d’un débat sur les questions de l’Union Européenne est très clairement vécu comme un verrou entravant aussi tout processus démocratique et toute souveraineté populaire.

Il nous semble qu’il y a un potentiel de forces qui résistent, mais qui en l’absence d’un collectif intellectuel et d’une direction qui écoutent les communistes, les silences et l’abstention dans le pays, ne trouvent pas leur chemin. Des forces existent et de nombreux camarades se contactent et s’informent entre eux.

« La situation est trop grave » disent-il pour se laisser déposséder. Les camarades s’engagent facilement autour du texte "Unir les communistes…". Avec le souci de poursuivre et donc de rassembler les communistes : « comment faire pour rassembler les communistes eux-mêmes ? ». On perçoit combien les communistes détestent les divisions (ce n’est pas leur culture). Nous avons tous besoin de cette organisation qui permettait de réfléchir et d’agir collectivement pour défendre nos intérêts. C’est donc bien ce manque qui apparaît.

Le danger de la disparition du parti communiste français se pose de façon plus insidieuse qu’en 2007. Aussi elle est évidemment perçue et est source d’inquiétudes. Mais, les camarades qui en conscience de classe, sont restés, y paient leurs timbres, militent comme ils peuvent, malgré la situation qui ne leur convient pas. Tous ces communistes méritent le respect de leur souveraineté. Les décisions dans les sections qui vivent sont très compliquées dans cette période historique.

Il nous donc faut à nouveau relever le défi du parti communiste, comme nous avons pu le faire depuis le congrès de Martigues,

La situation est certainement plus grave qu’en 2007 où les communistes dans leurs sections jusqu’à la Conférence Nationale, ont su dire que leur Parti leur appartenait, totalement. Mais en tout état de cause, même si de nombreux communistes ne sont pas ou plus organisés, se maintenant dans le silence et l’abstention, même si la situation est critique et difficile, nous n’avons pas d’autres choix que de remettre en route pied-à-pied, l’organisation des cellules, des lieux de vie et de travail permettant un large débat pour ouvrir une voie de sortie du capitalisme, vers le socialisme, l’appropriation sociale des moyens de production dans le respect des hommes et de leurs environnements.

L’exigence des communistes doit être avec la même détermination que celle portée lors de la Conférence Nationale, en 2007, pour ou contre un parti communiste. A ce jour, la question est de fait reposée aux communistes. C’est le sens de notre texte.

Danielle Trannoy
Réseau "Faire Vivre et Renforcer le PCF"
Le 20 03 2016

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).