Du rififi à la section d’Amiens

mardi 7 décembre 2010

Cela n’en finit pas. Une fois la grande majorité des communistes d’Amiens mise dehors avec Maxime Gremetz il y a quelques années, ce qui reste de la section d’Amiens est toujours le jouet de la direction. Certains partisans du Front de gauche, tous fiers d’avoir joué la division aux régionales contre Maxime Gremetz, ont toutefois été jugés encore trop contestataires par le maire PS, G. Demailly. Ce dernier avait averti que certains ne seraient pas reproposés pour la direction de section (le PS de Picardie a d’étonnants droits de regard sur le fonctionnement du PCF !). Or tout récemment, comme par hasard, une réunion de section a été concoctée à la dernière minute par les partisans de l’union avec le PS dès le 1er tour, renforcés par de nouveaux adhérents venus des sections alentours, pour réélire une direction à la botte. Ainsi, une dizaine de membres du comité de section ont été blackboulés, dont 3 conseillers municipaux. Le tout a été avalisé par un spécialiste de la PS-dépendance en Rhône-Alpes, membre de la direction nationale, François Auguste. Il faut dire que les exclus voulaient rallier le NPA au Front de Gauche. Doit-on comprendre ce coup de force comme une manière de dire que le Front de gauche, outre qu’il permet la liquidation du PCF, est prévu comme rabatteur de voix pour le PS ?

Pascal Brula

http://cedric.maisse.over-blog.fr/