Assises du communisme

Dans nos échanges, une opinion pour réussir

, par  Paul Barbazange , popularité : 2%

Le débat, naturel, sur ce que doivent être, ce qui doit sortir des assises, prend de l’ampleur, c’est normal. Militant du PCF, je participerai ce dimanche également à la rencontre parisienne initiée par le PCF, assises pour un autre cap à gauche.

J’ai besoin d’entendre très directement tout ce qui s’y dira. comme j’ai besoin de participer aux échanges et décisions qui auront lieu à Marseille. Position inconfortable, "le cul entre deux chaises" ? Non. Souci de comprendre le mieux possible les mouvements divers qui travaillent la gauche, après un an d’abandons sociaux-libéraux, et l’Europe capitaliste sur la voix de l’effondrement.

Avec le souci majeur de définir collectivement des objectifs et perspectives politiques immédiatement compréhensibles par un grand nombre d’exploités.

Dimanche 9 et lundi 10 juin 2013

Mon opinion pour réussir les assises du communisme 2013.

Retenu par ma vie familiale, et par le quotidien des responsabilités dans le PCF : préparation de l’annonce d’une liste Front de gauche menée par un communiste face à R. Ménard du FN et au sénateur maire UMP ; organisation dans le rassemblement le plus large de la riposte à l’assassinat fasciste ; à l’initiative de la section du PCF, venue à Béziers pour une journée, des syndicalistes de FRALIB, suivie de la fête départementale du PCF ; préparation des Assises nationales pour changer de cap organisées par le PCF le 16 juin, avec une trentaine d’organisations ; je n’ai donc pas pu participer jusqu’à maintenant au débat d’actualité sur la convocation, le contenu, les objectifs des "Assises du communisme des 28, 29 et 30 juin".

Voici mes réflexions, beaucoup trop rapides, je sais !

3 réunions préparatoires ont eu lieu : Vénissieux, Marseille, Paris, dans cet ordre chronologique. Les échanges y ont été importants. J’ai pu participer aux trois.

J’en retire :

D’ores et déjà une préparation bien plus importante, plus collective que pour les trois rencontres précédentes. Des questions se sont décantées, d’autres se posent avec plus de force, lieu, contenus et objectifs. Ce caractère plus collectif est essentiel. Nous aurions tort quelles que soient nos sensibilités, nos engagements à passer au profits et pertes ce travail.

Le premier résultat est un vrai élargissement des sensibilités attendues, collectives où individuelles. Tout dépend maintenant des trois dernières semaines d’effort. Cette diversité loin de mettre en péril notre travail et nos objectifs le renforce. Ce à quoi nous travaillons depuis plus de 3 ans est bien de rassembler toutes les sensibilités se réclamant du communisme et de son histoire internationale. L’intégration des nouvelles forces doit susciter de notre part beaucoup d’attention.

Le deuxième résultat de cette préparation est notre capacité à prendre en compte les évolutions depuis les rencontres de 2012. Un an de gouvernement Hollande-Ayrault, leur feuille de route écrite par le MEDEF. Les grandes difficultés du mouvement social, syndical en particulier, à réaliser les convergences nécessaires à l’efficacité de notre riposte communiste. Manifestation antifasciste partout en France, marche des quartiers nord, manifestation du 5 mai pour la 6ème République et ses répliques ratées en province, luttes, FRALIB en particulier -il y en a d’autres longues et courageuses-, n’assurent pas aujourd’hui les conditions de cette convergence. Les assises peuvent nous permettre réflexions et propositions d’action. Sur une base idéologique communiste, dans une démarche politique communiste, bien choisir ce qui peut favoriser les convergences, par exemple des actions à mener sur l’appropriation collective des grands moyens de production et d’échange, ou la question de la relocalisation de productions industrielles, les questions écologiques vues en communiste...

La situation de l’Union Européenne, son poids dans la vie politique française droite et gauche réunies est en évolution rapide. Les abandons renouvelés de Hollande cette dernière année en ajoutent une couche plus que suffisante. Il se pourrait qu’assez vite les positions eurocompatibles des dirigeants du PGE deviennent inaudibles (c’est en cours !) et immédiatement après intenables. Ce mouvement doit retenir toute notre attention, d’autant que le juste positionnement communiste face aux européennes de juin 2014 est loin d’être évident. L’abstention ne me va pas (je développerai si nécessaire), le vote PGE actuel est impossible, une liste sur une autre base (la nôtre), avons nous les muscles et surtout l’intelligence dans un pays de 60 millions d’habitants ?

Communiste, animateur du réseau "Faire vivre et renforcer le PCF", j’estime nécessaire de rappeler l’intérêt qu’a rencontré lors du 35ème congrès notre contribution. Dedans et dehors, bien au delà de ceux qui, adhérents, se sont prononcés par un vote. Pour l’interne il a rassemblé 12% des voix (3800 exprimés). Cela montre son impact, forces et limites. Je pense que la mise à disposition de ce document aux participants sera une expression de la diversité.
Il reste que nous allons devoir affronter quelques nouvelles échéances de luttes et élections : nouveaux coups portés par le CNPF et le gouvernement aux régime des retraites par répartition ; poursuite des licenciements massifs (Michelin) ; super austérité et autoritarisme centralisateur imposé aux collectivités locales (Eurométropoles, baisse de 4,5 milliards d’Euros des financements d’états au budget 2014)...

Comment les assises du communisme 2013 vont elles répondre à ces questions que nous posent le mouvement et à celles qui surgiront (tout est loin d’être prévisible : mauvais coups, comme mouvements de résistances)  ?

J’entends fort l’exigence de "faire vite" face à l’urgence sociale de la misère. Elle remonte de partout, de tous les quartiers, dans les plus pauvres, c’est simplement plus marqué... de toutes les positions sociales. Les retraités, les commerçants chargent aussi. Personne n’est à l’abri de la récession... L’exploitation capitaliste atteint un niveau inconnu depuis ma naissance.

Pour cela existe-il un ou des raccourcis ?

Le "communisme à la française" se fera avec les citoyens, tous les citoyens et si nous sommes demain trop devant, nous allons nous enfermer sur nos mots. Nous isoler. Je ne participerai à aucun solo funèbre.

Les 100, 150, pourquoi pas plus, que nous rassemblerons deux jours et demi à Marseille ne sont qu’une des pointes du mouvement possible, quels que soient leurs engagement collectifs ou individuels par ailleurs, mettons-les en position le 30 à midi, d’affirmer en revenant vers les leurs (communistes, militants, famille, voisin, proches...) :

Nous sommes quelques-uns parmi les plus décidés des artisans de demain, d’un rassemblement durable et structuré nationalement des communistes, "porteurs de notre passé et passeurs d’avenir" et de quelques réflexions plus précises :
- notre apport politique à la convergence des luttes,
- notre apport pour battre la droite, la droite extrême et l’extrême droite à chaque échéance,
- notre volonté de créer les conditions d’un courant de pensée communiste national et international totalement autonome de la social-démocratie, soucieux d’intégrer les leçons de l’histoire,
- de proposer des pistes de réflexion à ceux qui ont conscience que "L’interminable agonie du concept européen" (la formule est d’O.Todd) ouvre de nouvelles portes d’un autre niveau que l’abstention en juin 2014,
- De l’engagement de continuer dans l’avenir sur le sillon des "Assises".

Paul.

En demandant à chacun l’indulgence nécessaire face à cette prise de position trop rapide dans un débat complexe.

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).