Un communisme « de nouvelle génération » en opposition avec celui du 20ème siècle.

, par  Serge Truscello , popularité : 3%

Avant le congrès, pendant celui-ci, la volonté de la direction du PCF a été de donner l’image d’un parti rassemblé, unifié. Jusqu’à considérer que 100% des congressistes avaient voté pour la liste, faisant l’impasse sur les 92 bulletins nuls (donc comportant des ratures) et exprimant de fait un désaccord.

Laissant les conférences de sections, départementales, débattre des points qui posent question et font divergence, tant sur le texte que sur les nouveaux statuts, le congrès lui-même n’a pas permis un véritable débat, un approfondissement.

Le fait qu’il n’y ait qu’une seule liste au CN, présenté comme le respect de la diversité dans le parti, ne suffit pas pour autant à gommer les divergences, les désaccords.

En présentant le travail de la commission du texte, Pierre Darrhéville a, en préambule, renvoyé à plus tard la réflexion sur ce qu’est le communisme « de nouvelle génération » ainsi que sur le socialisme.

Des intervenants demandant qu’un débat et qu’un vote ait lieu sur cette question n’ont pas été entendus.

Même chose en ce qui concerne le bilan du Front de Gauche. FG dont les congressistes auront pris connaissance de la « Feuille de route » ainsi que des « structures » dont il entend se doter, dans les pochettes, sans qu’un débat n’ait lieu et la encore malgré des interventions dans la salle sur cette question.
On pourrait prendre d’autres points, comme par exemple l’UE et l’Euro, dont le rôle est pourtant au cœur des outils mis en place par le capitalisme pour assurer sa domination et pour lesquels la direction continue de penser qu’une issue pour les peuples pourrait avoir lieu dans ce cadre là. D’ailleurs un paragraphe a été ajouté pour préciser les conditions dans lesquelles nous allons mener la bataille électorale des européennes en 2014. Tous derrière le PGE.

En ce qui concerne les statuts, la direction n’a accepté aucune des modifications importantes demandées, comme celle concernant la répartition de la cotisation, de la place de la cellule, ou encore pour les villes de plus 20.000 habitants, le contrôle par le national du choix des candidat pour les élections, dans le cadre de la cohérence nationale (derrière il y a entre autre la question de la répartition entre les différentes forces politique composant le FG).

Des petites phrases ajoutées ça et là transforment même de manière importante certains points, sans que le débat n’ait pu avoir lieu dans les sections, fédérations. C’est le cas par exemple du calcul de la représentation pour les congrès, conférences, basé non plus sur les adhérents, mais sur les adhérents à jour de cotisation à l’ADF.

Dans tout congrès, l’espace pour faire entendre une voix différente est restreint, dans celui-ci il était quasiment inexistant. Une seule séance de débat général, le jeudi après-midi, tout le reste des débats c’est fait autour des amendements sur les textes.

Dans son discours de clôture, en revendiquant la suppression du marteau et de la faucille, rappelant au passage qu’il était directeur de l’Humanité quand la décision a été prise de les enlever de la Une, Pierre Laurent a clairement fait le choix de construire le communisme de « nouvelle génération » en opposition avec celui du 20ème siècle.

Puisque les présidents de séance, les rapporteurs des différentes commissions, ont souvent pris comme prétexte, pour ne pas prendre en compte une modification, que l’idée en traversait le texte, je terminerais en disant que ce qui a traversé ce congrès, c’est la volonté de la direction de continuer, sans tenir compte de la diversité qui s’est exprimée dans le parti, à transformer le PCF en le vidant de sa substance marxiste, révolutionnaire.

Tout n’est pas joué, les communistes sont nombreux en France à être opposés à une telle orientation. Tout n’est pas joué parce que devant les coups du capitalisme, l’existence d’un PCF en capacité d’être porteur d’une alternative, de ruptures avec les choix faits par la droite et la sociale-démocratie est indispensable.

Serge Truscello, secrétaire de la section de Vénissieux

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).