Présidentielles : ne pas attendre ! Compte-rendu d’assemblée générale de section PCF d’Arcachon

, par  Danielle Trannoy , popularité : 1%

Le débat a porté sur la situation politique où le Parti Communiste a une responsabilité particulière : recentrer le débat sur les perspectives politiques à partir des luttes qui se déroulent en France. Pour cela, il faut se dégager du débat politicien de la présidentielle et se mettre dans une position offensive afin de gagner et de regagner des députés à l’Assemblée Nationale. Notre priorité, ce sont les législatives.

JPEG - 7.6 ko

La complexité et la gravité de la période actuelle commande que nous engagions une analyse précise de l’état réel de l’organisation des communistes, pour avancer des propositions cohérentes visant la sortie du capitalisme et pour regagner une souveraineté politique, économique, financière et monétaire. Le développement et le renforcement idéologique du PCF ne peut se faire que sur la base d’un projet politique anti capitalisme.

Notre priorité doit être de répondre aux attentes du monde du travail et des quartiers populaires. Mais il faut le dire, la recherche d’une « candidature unique de la gauche », ne permet pas aux classes populaires de se sentir concernées. Il y a un force risque d’abstention, faute de perspectives crédibles.

Cette abstention touche aussi les communistes car sans candidat communiste, sans démarche ou positionnement clair, avec des décisions toujours repoussées dans le temps, ils se sentent en décalage avec le mouvement social et les urgences du moment.

Ne pas attendre … a été le souhait exprimé lors de cette AG car il faut se rendre à l’évidence. La démarche des primaires a été rejetée par les communistes. De plus, après les échecs répétés dse constructions d’alliances au sommet, malgré la volonté de Pierre Laurent de persévérer dans la démarche de recomposition de la gauche, il apparaît que le piège se referme au détriment de nos intérêts. En effet, toutes les forces sollicitées se sont rapprochées de leur parti respectif (PS, EELV, Mélenchon…). A ce jour, les primaires de la gauche sont fixées à une date au-delà de janvier. Les communistes sont divisés, dans l’attente.

Plusieurs camarades s’interrogent sur la signification du rassemblement. D’une part, celui-ci ne peut se limiter au plus petit dénominateur commun pour battre la Droite et l’Extrême Droite et amener les électeurs à cautionner au 2e tour la social-démocratie, en perdition. Ce serait un risque majeur pour le PCF, qui serait à nouveau identifié au PS. Le concept de « rassemblement » est usé, car cela s’est traduit par des catastrophes pour le monde du travail. Le concept est inopérant. Nous avons insisté pour préciser que la classe ouvrière n’est pas rassemblée car elle ne peut s’identifier aux discours actuels.

Pourtant, lors de nos initiatives publiques, les militants communistes sont relativement bien accueillis, notamment sur la loi Travail, et dernièrement pour la Paix et l’accueil des réfugiés.

Pour l’élection présidentielle, seule la possibilité d’avoir un candidat communiste, de rassemblement, est apparue majoritaire dans notre Section. Un candidat, avec un programme comportant des lignes de ruptures, débattues avec la population. Un appel à candidatures doit être lancé statutairement dans le PCF.

Rappel des trois propositions du CN du 24 septembre :

  • Prendre de nouvelles initiatives de rassemblement sans faire de choix de candidat au 5 novembre. (ce qui est la position depuis janvier)
  • Un appel à voter Jean-Luc Mélenchon, en affirmant l’autonomie du PCF, sa démarche de rassemblement.(mais il y aura la question cruciale des législatives à partager et entrer dans le cadre imposé « France insoumise »).
  • Engager une candidature issue du PCF, porteuse de ses idées et de sa démarche de rassemblement (mais aussi porteur des luttes).
    Les deux premières propositions ont été rejetées lors de cette AG.

Engager les législatives pour que le monde du travail soit représenté

Si les décisions de congrès avaient été appliquées depuis le mois de juin, l’énergie des camarades aurait été débloquée et, nous serions déjà en campagne. Là où nous nous exprimons, nous sommes écoutés.

Sans attendre un miracle, il est apparu, urgent, ainsi que nous l’avions décidé et voté au congrès de se mettre en route, de préciser notre position pour la présidentielle et, sur la circonscription, engager la bataille des législatives. A condition de ne pas s’effacer ni d’être effacés, d’être autonomes sur la désignation de nos candidats.

Il est urgent de lancer la campagne sans attendre la fin de la conférence nationale de novembre.

Lors de notre AG du 1er juillet, nous avons confié à Pierre Cléaz, la responsabilité de conduire et démarrer cette bataille des législatives, en sa qualité de communiste disponible.

« Qui fait la loi en France » : de quel député nous avons besoin ?

Les luttes, terrain premier des constructions politiques. Le mouvement social ne peut tout, mais il lui faut une perspective politique.

Pour une bataille nationale : nous pourrions nous appuyer sur les points dégagés par le CN : « Nous voulons les amplifier pour qu’elles portent des solutions qui s’imposent dans le débat présidentiel » :

  • loi travail : prendre des initiatives militantes et parlementaires POUR L’ABROGATION de cette loi, pour une alternative de sécurisation de l’emploi et de la formation et contre la criminalisation de l’action syndicale ;
  • Faire grandir une grande bataille nationale pour un renouveau de notre politique industrielle, notamment ferroviaire et énergétique, en lien avec les mobilisations à Alstom, EDF (tract)
  • Lutte contre la finance et pour une autre utilisation de l’argent : prendre appui sur le succès du livre d’Alain et Éric Bocquet, sur le rapport parlementaire sur le CICE et sur nos propositions pour un pôle public bancaire afin de porter nos solutions alternatives ; Initiative prévu en novembre dans le département.
  • Mener une bataille pour des solutions humaines d’accueil des migrant-e-s et des réfugié‑e‑s ; Notre déclaration pour l’accueil à Arès.
  • Prendre des initiatives pour construire un grand mouvement pacifiste après le succès de la Marche pour la paix du 24 septembre. En faire le fond de notre campagne. Budgets, + 1,3 M de tués (Irak, Afghanistan et Pakistan) sans compter Yémen, Somalie, Libye, Syrie.
  • Poursuivre la bataille sur la situation des communes et des services publics dans les territoires avec la préparation des Assises du 19 novembre.,
  • Organiser des mobilisations locales comme celle de la vente de fruits et légumes dans plusieurs communes du département……..
    Nous avons rappelé : UE, monnaie unique, Otan, sont des entraves à toutes les politiques nationales pour sortir du capitalisme. Toute souveraineté politique, économique, financière et monétaire dans le cadre de l’UE est impossible. Faudra-t-il poser la question d’un référendum de sortie « Frexit » ?

Questionnaire :

Il eut été préférable de s’adresser avec « un questionnaire » sur lequel nous aurions réfléchi, en donnant nos positions, nous aurions pu parler d’un programme à mettre en débat. Cet outil n’apparaît pas suffisant au regard du travail militant d’un parti communiste bien identifié. Il a dérouté et détourné de nombreux camarades.

Une réflexion est à développer.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).