Se remettre en cause, se préparer et surprendre pour rendre tangible l’alternative !

, par  Alfred Gautier , popularité : 8%

(Photo Pierre Laurent © Bertrand Guay / AFP)

On ne peut approuver les propos de notre Secrétaire national Pierre Laurent, quand il a proclamé au Sénat mercredi 16 juillet « être solidaire des choix de Syriza ». On ne peut pas non plus l’approuver quand il s’exclame « vive Alexis Tsipras » et qu’il salut son « courage et sa responsabilité ».

De telles déclarations heurtent toutes les valeurs des communistes.

En effet, un lourd choix a été fait par Tsipras, que nous devons désormais nettement condamner, sans pour autant insulter l’avenir (tout le monde peut faire des erreurs). C’est à lui d’assumer. Le constat est clair : le 3ème mémorandum va accentuer l’austérité en Grèce, sans aucune perspective de redressement. Rien n’est réglé, les souffrances du peuple grec vont perdurer et s’accentuer. Une tutelle honteuse est mise sur la Grèce.

Étrange situation qui a vu deux victoires électorales – celle des législatives en janvier, et celle au référendum du 5 juillet 2015 – se transformer en leur contraire dans ce pays. Certains diront : je vous l’avais bien dit. Mince consolation et bien triste défaite pour le peuple grec.

Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi Alexis Tsipras, qui avait promis d’en finir avec l’austérité et de respecter la souveraineté de son pays, en est-il arrivé à faire sauter toutes les lignes rouges qu’il avait lui-même fixées ? Je n’ignore rien de la difficile négociation dans laquelle étaient enfermés nos camarades grecs.

Mais comment créer précisément un rapport de force ? La leçon doit servir pour la France. Dans notre pays aussi, ce sont des "socialistes" qui n’avaient pas été élus pour ça qui pilotent, sous l’égide de Bruxelles et à l’image du projet de loi dit Macron, les contre-réformes et les mesures d’austérité renforcées.

La France est un grand pays. Mais plus personne ne peut le nier : jamais les "partenaires" européens n’accepteront de transiger sur quoi que ce soit face à un Gouvernement qui refuserait les normes austéritaires. N’est-ce pas François Hollande lui-même, tout auréolé de son élection de 2012, qui a échoué à renégocier le Traité d’austérité Sarkozy-Merkel devant l’intransigeance des Allemands ?

Pour un vrai changement, il faut d’urgence remettre en cause certains dogmes. L’Union européenne en est un. Il faut tirer les leçons des expériences pour préparer une alternative crédible et efficace en 2017, alors que seul le FN profite de nos lacunes et de la situation politique, figée, bloquée.

On ne peut plus faire l’économie d’un agenda clair des réformes et des ruptures que nous devrons prendre, agenda de gouvernement qui devra comporter des unilatérales fortes (nationalisation immédiate de toutes les banques, dénonciation de la dette ou d’une partie de celle-ci, menace ou sortie avérée de l’euro…).

Voir en ligne : Ma page Facebook

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).