Nouvel adhérent, je ne pourrai pas voter pour l’option 2...

, par  Stéphane Bailanger , popularité : 8%

Chers camarades,

J’ai adhéré au PCF la semaine dernière suite au vote de la CN qui a choisi l’option 2 à 55%, soit de mettre sur les rails une candidature communiste à l’élection présidentielle de 2017.

Je suis, comme certains de ceux que je viens de lire, un communiste de cœur (j’ai eu la chance d’avoir un grand père communiste et de naître dans un milieu ouvrier avec sa simplicité, parfois sa naïveté, mais surtout sa sincérité et son sens de la solidarité, alors ça marque...) et de raison (ma vie professionnelle, mon engagement syndical et ma vision de la société m’ont convaincu de la justesse de l’idéal communiste). Je souhaite voter et soutenir un Parti communiste et non un conglomérat de faux-révolutionnaires à la Mélenchon, candidat que je n’ai accepté en 2012 que du bout des lèvres et parce qu’il avait accepté un cadre collectif de candidature et ce alors même que je ne croyais pas du tout à sa sincérité.

Aujourd’hui que sa duplicité, son hypocrisie, son anticommunisme de moins en moins voilé lorsque les communistes ne lui servent pas, et sa grossièreté populiste éclatent au grand jour (ainsi que celle de ses fameux "Insoumis" qui n’apprécient les communistes que quand ils leur sont soumis, curieuse contradiction pour ces gens qui nous crachent dessus sur les forums et nous dénient le droit de présenter un candidat lorsqu’ils présentent le leur sans un cadre collectif partagé), je ne comprend pas que des membres du PCF puissent militer pour lui, appeler à la soutenir (même en prétendant ne lui apporter qu’un soutien critique - ce qui est d’une subtilité parfaitement illisible dans le contexte actuel de dépolitisation) et après avoir été insultés, méprisés et après avoir eux-mêmes pendant des mois tergiversé. Comment ces camarades peuvent en appeler à voter pour ce personnage et ses affidés. Parce que l’union est une combat ? Parce qu’il faut regarder plus loin que nous même ? Ben voyons !

Voilà pourquoi, j’ai rejoins tardivement, à 46 ans, le PCF en adhérant. Pourquoi une adhésion si tardive, alors que je ne suis pas un militant, un sympathisant discret jusqu’ici ? Simplement parce que je crois que nous vivons le moment le plus dangereux de l’histoire de notre PCF. Ce que Mitterrand avait commencé, Mélenchon en bon miterrandien est en train de l’achever. Avec la complicité ou la naïveté, je ne sais plus, de biens de nos camarades aujourd’hui.

Les erreurs stratégiques de ces dernières années (l’ouverture à la fameuse société civile de Hue, aux collectifs antilibéraux de Buffet ou encore le Front de gauche après 2012 et la trahison de Mélenchon) n’excusent pas que des camarades se mettent à la remorque d’un mouvement qui d’emblée les méprise, les marginalise et favorise leur effacement. Comment peut-on aimer son bourreau ? Qui peut aimer son fossoyeur ?

J’ai donc adhéré au PCF il y a quelques jours pour cela, parce que je ne veux pas le voir disparaître ni au profit du PS ni au profit de Mélenchon ni au profit de qui que ce soit. Pour pouvoir mettre un bulletin de vote en faveur de l’option 2 et pouvoir déposer un bulletin de vote au premier tour afin que mes idées soient portées par autre chose qu’un imposteur. C’est une goutte d’eau me diront les exaltés qui croient au grand jour du grand soir avec Mélenchon et ses 12% des sondeurs et qui ne se rendent pas compte que c’est du vent, de la poudre aux yeux qui ne changera pas la donne, car jamais le personnage n’a eu l’intention de rassembler toute la gauche et de gagner la présidentielle (sinon il ne commencerai pas par insulter les communistes et les socialistes frondeurs - ces derniers qui ont au moins eu le mérite de faire connaître leur désaccord avec Hollande-Valls-Macron), juste faire le buzz pour construire son pathétique Parti de gauche en une structure puissante camouflée en collectif des "Insoumis" sur la ruine des autres qu’il aura contribuer à piétiner.

Hélas, je viens d’apprendre que selon les statuts, je ne pourrai pas voter au vote interne des communistes (adhésion de moins de trois mois). Je ne pourrai donc pas voter pour l’option 2. Alors j’espère que parmi les camarades encartés depuis longtemps qui me liront peut être et qui, d’accord avec moi, hésitent encore à se déranger pour ce vote, par lassitude par exemple, il y en aura bien un qui le fera en votant pour l’option 2 pour les mêmes raisons que moi. C’est tout ce que j’aurai pu faire. Le reste ne dépend pas de moi.

Alors, camarades, que je ne connais pas, relevez la tête, et votez contre l’effacement de notre Parti, contre les menteurs et les usurpateurs. Pour la force sans laquelle la gauche n’est que l’ombre d’elle même, pour votre Pari communiste français, pour désigner un candidat communiste.

Bon courage,

Stéphane Bailanger

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).