« La comédie de la serpillière »

, par  Jacques Cros , popularité : 2%

Que d’ambiguïtés dans ce que nous vivons ! Le drapeau français, La Marseillaise, l’union sacrée… la panoplie est complète ! Ne manque que le chant du départ ! « La victoire en chantant nous ouvre la barrière… »

Pendant la guerre d’Algérie je n’avais pas le choix : les quelques fois où j’ai été confronté au lever ou à l’amener des couleurs je me tenais au garde-à-vous. Le drapeau tricolore couvrait de son symbole la guerre coloniale que nous faisions à un peuple qui luttait pour sa liberté et son indépendance. Aussi j’ai gardé de lui un souvenir qui n’est pas spécialement favorable. Je n’étais pas le seul à avoir un jugement négatif sur le lever des couleurs. C’était désigné par l’expression « La comédie de la serpillière » par les appelés du contingent.

Mon ami Pierre de Murviel m’a raconté que, chargé, en tant que maréchal des logis, de hisser le drapeau au mât de son cantonnement le lendemain d’un jour où des exactions avaient été commises sur des suspects, il avait pris le risque de le mettre en berne et qu’on lui avait demandé des comptes !

On a choisi de faire chanter lors de la cérémonie des Invalides le 27 novembre « Quand on n’a que l’amour » de Jacques Brel. Vu la position « va-t’en guerre » de la France il n’y avait aucune chance d’entendre du même compositeur « La colombe ».
Cette dernière chanson a été créée en 1959, en pleine guerre d’Algérie donc, et en opposition à ce qui se passait là-bas. Elle est marquée du sceau de l’antimilitarisme. Elle sera reprise aux USA au moment de la guerre du Vietnam.

Citons-en le premier couplet :

Pourquoi cette fanfare
Quand les soldats par quatre
Attendent les massacres
Sur le quai d’une gare
Pourquoi ce train ventru
Qui ronronne et soupire
Avant de nous conduire
Jusqu’au malentendu
Pourquoi les chants, les cris
Des foules venues fleurir
Ceux qui ont le droit de partir
Au nom de leurs conneries

Ajoutons le refrain :

Nous n’irons plus au bois, la colombe est blessée
Nous n’allons pas au bois, nous allons la tuer

Mais la paix n’est pas à l’ordre du jour chez les tenants du capitalisme, le système a trop besoin de la guerre pour prospérer ! Aussi comme les arguments fournis par les terroristes sont excellents, ils sont exploités à fond. Et tant pis pour les dégâts collatéraux. A ce sujet on nous a fait part récemment de celui provoqué par un Rafale qui a tué 28 élèves d’une école primaire de Mossoul en Irak. Aussi affreux que les attentats du 13 novembre à Paris !

Jacques Cros

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).