Européenne 2019
Intervention de Danielle Trannoy au CD de la gironde

, par  Danielle Trannoy , popularité : 2%
]

Intervention au CD / FD 33 (le 17 01 2019)

La Section PCF du Bassin d’Arcachon et du Val de l’Eyre a tenu son Assemblée Générale de Section. Après un compte-rendu sur le 38ème Congrès, la question de la prochaine élection européenne a été débattue sur plusieurs points tant sur la conduite de notre liste que sur la nécessité du débat sur les contenus de la campagne.

Tout d’abord, les points positifs :

• La satisfaction d’avoir un candidat communiste tête de liste (en la qualité de Ian Brossat) pour conjurer notre effacement de ces dernières années et la volonté de constituer une liste qui rassemble le monde du travail et soit l’écho des mouvements sociaux.

• Satisfaction également d’avoir le texte du 38e Congrès qui reconnait que le statu quo de la construction européenne n’est pas possible, de la nécessité de la mise en débat par les militants et la rupture avec les traités. La partie 4-4 « Pour une autre construction européenne » a été votée à 88 %.

• Avec le point d’appui pour les communistes d’avoir été le seul parti politique à s’être opposé à tous les traités et avoir conduit la consultation du référendum de 2005 contre le TCE et ne pas avoir voté le traité de Lisbonne.

Sachant que l’élection est une élection proportionnelle à un tour, que notre résultat dépendra du contenu et de notre démarche qui ne peut être dissociée des luttes dans la population, des consultations et débats engagés dans tout le pays. Mais aussi de l’histoire du PCF.

Les communistes disposent de très peu de temps (une centaine de jours) pour mener le débat et la campagne tout en allant sur le terrain auprès de la population. Avec une contrainte pour cette campagne électorale qui se place seulement quelques semaines après le Congrès Extraordinaire qui s’est fixé de nouvelles orientations.

Pour la mise en campagne, le débat a porté sur plusieurs interrogations :

• Comment rassembler notre base sociale : 80 % vote ou a voté massivement « CONTRE l’UE » ; 20 % peut voter « POUR ». L’abstention approche les 70 % chez les ouvriers. Rassembler cet électorat doit être notre priorité pour ne pas se couper des uns et des autres.
• Peut-on jouer sur la « peur du Brexit » et laisser planer l’impossibilité de rompre avec les traités ? Peut-on dénoncer les conséquences désastreuses pour les salariés des politiques de l’UE et ne pas les appeler à prendre la parole comme en 2005 ?
• Le Brexit est-il pire ou préférable au diktat imposé à la Grèce ?
• Le PCF veut rompre avec le capitalisme ? Alors, oui, des ruptures franches avec les politiques libérales sont nécessaires pour rompre avec les traités de l’UE qui les soutiennent.
• Pour construire des ruptures : ne faut-il pas retrouver tous les attributs de la souveraineté populaire, nationale, monétaire ?
• On ne peut avoir deux positions. Au risque de ne pas être compris.
• La « peur du Brexit » nous coupe de tout débat. Mais surtout ne construira par les résistances populaires pour construire d’autres perspectives avec le risque de précipiter l’électorat qui rejette l’UE dans l’abstention ou dans les bras de l’extrême-droite.

Notre AG de section souligne :

• La forme et les mots d’ordre de la campagne doivent se clarifier afin de permettre la mobilisation de tous les communistes ;
• Qu’il ne faut pas de tabou pour lever la chape de plomb qui pèse sur les salariés, et qui ne manifestent aucune satisfaction pour cette UE ; les traités sont à aborder dans le détail mais aussi la propriété sociale des entreprises (Energie, Transports….). Le climat, l’environnement représentent de réelles préoccupations ;
• Peut-être faut-il avoir des rencontres avec des communistes des autres pays européens, notamment le PCP, les anglais, les italiens, grecs, pour se rendre compte des divers contextes politiques et économiques ?
• La perspective de la construction de l’Europe sociale : n’est pas d’actualité il est inutile d’en parler et c’est une erreur, car seul le capitalisme est en position de force ;
• Nous avons besoin de débats sur l’économie réelle du pays, de la monnaie, sur une monnaie commune, pas pour ou contre, mais pour replacer les principes de la souveraineté populaire, économique, monétaire, culturelle…) dans le cadre national et avancer des coopérations constructives dans l’UE mais aussi dans le monde.

Concernant la place et le rôle de l’Huma dans cette nouvelle période, notamment après le congrès mais aussi pour cette campagne, l’Huma devrait jouer un rôle important permettant une réappropriation de leur journal par les communistes.

Danielle Trannoy
Intervention au Conseil départemental de la Gironde du 17 janvier 2019

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).