Dresde : la ville allemande qui s’est déclarée en état d’ ‘urgence nazie’

, par  communistes , popularité : 17%

Ce sujet sur l’urgence nazie en Allemagne qui témoigne une fois de plus de la complicité de la CDU avec le nazisme, après le vote intervenu au parlement européen contre le communisme (où la Démocratie chrétienne a bénéficié du vote des sociaux démocrates et d’une grande partie des verts français) doit être complété par ce courriel que je reçois aujourd’hui et qui m’avise de l’interdiction non seulement du drapeau rouge mais maintenant du drapeau français d’une Brigade de libération à Buchenwald.

Daniele
- après le récit de mon voyage en RPDK, puis la résolution scélérate du PE assimilant communiste et nazi, tu as réagi et utilisé ton blog, je t’en remercie encore.
- aujourd’hui je viens d’apprendre que le Mémorial de Buchenwald veut, à l’occasion des cérémonies du 75 anniversaire de la libération du camp, interdire de déployer le drapeau de l’AFBDK aux couleurs nationales et réplique du drapeau réalisé par nos anciens de la Brigade Française d’Action Libératrice. La présence de ce drapeau est constante depuis la libération. UN détail , à cette cérémonie, en avril 2020 jc Juncker sera présent ! Donc la cohérence : pas de drapeau rouge, pas de drapeau national. La révision de l’histoire se fait jusque dans les replis des lieux de souffrance !

salut communiste
DELEPINE Jacques

Oui la bête immonde est là sous diverses formes de l’anti-islamisme à l’antisémitisme et le soutien aujourd’hui des sénateurs français à l’extrême-droite narco-tranfiquante en Amérique latine, le libéralisme libertaire, le pseudo droit au n’importe quoi révèle son vrai visage celui de la tolérance au fascisme et l’interdiction du communisme (note de Danielle Bleitrach)

Le mouvement anti-islam Pegida a débuté à Dresde en 2014

Une ville de l’est de l’Allemagne s’est déclarée en état d’ « urgence nazie », affirmant qu’elle avait un grave problème avec l’extrême droite.

Dresde, capitale de la Saxe, a longtemps été considérée comme un bastion de l’extrême droite et le berceau du mouvement Pegida anti-islam.

Les conseillers municipaux – candidats au titre de Capitale européenne de la culture 2025 – ont à présent approuvé une résolution indiquant qu’il reste encore beaucoup à faire pour s’attaquer au problème.

Mais les opposants disent que ça va trop loin.

Qu’est-ce qu’une « urgence nazie » ?

« Nazinotstand » signifie – comme dans l’urgence climatique – que nous avons un grave problème. Une société démocratique ouverte est menacée « , a déclaré à la BBC le conseiller municipal Max Aschenbach, qui avait déposé la motion.

M. Aschenbach, du parti politique satirique gauchiste Die Partei, a déclaré qu’il était nécessaire d’agir, car les politiciens ne faisaient pas assez « pour se positionner clairement » contre l’extrême droite.

« Cette proclamation visait à tenter de changer cette inertie. Je voulais également savoir avec quel type de personnes je siège au conseil municipal de Dresde », a-t-il déclaré.

La résolution reconnaît que « les attitudes et les actions d’extrême droite … se produisent de plus en plus fréquemment » et appelle la ville à aider les victimes de la violence d’extrême droite, à protéger les minorités et à renforcer la démocratie.

M. Aschenbach a déclaré que l’adoption de la motion montrait l’engagement du conseil municipal à promouvoir « une société libre, libérale et démocratique qui protège les minorités et s’oppose résolument aux nazis ».

Comment l’ « urgence nazie » a-t-elle été déclarée ?

La résolution de M. Aschenbach a été soumise au vote du conseil municipal de Dresde mercredi soir et a été approuvée par 39 voix contre 29, selon les médias locaux.

Les démocrates-chrétiens (CDU) au pouvoir en Allemagne ont été parmi ceux qui ont rejeté la résolution.

« De notre point de vue, il s’agissait avant tout d’une provocation intentionnelle », a déclaré à la BBC Jan Donhauser, président du groupe du conseil municipal de la CDU.

«  » L’état d’urgence « signifie l’effondrement ou une menace sérieuse pour l’ordre public. Cela n’est pas rien. En outre, l’accent mis sur » l’extrémisme de droite « ne rend pas justice à ce dont nous avons besoin. Nous sommes les gardiens de la société libérale. Un ordre démocratique fondamental et l’absence de violence, quel que soit son côté extrémiste, sont compatibles avec cet ordre « , a-t-il déclaré.

M. Donhauser a ajouté que la « vaste majorité » des Dresdeners n’étaient « ni des extrémistes de droite ni des anti-démocrates ».

M. Aschenbach a déclaré que la ville n’était pas obligée de prendre des mesures à la suite de l’adoption de sa résolution, mais que « théoriquement, les mesures existantes devraient recevoir une priorité plus élevée et les futures décisions prises ultérieurement. »

Tout en s’opposant à la résolution, la CDU a déclaré qu’elle espérait « renforcer les institutions les mieux à même de lutter contre la violence à motivation politique ».

Kai Arzheimer, professeur de politique allemand qui a beaucoup écrit sur l’extrémisme d’extrême droite, a déclaré que l’impact principal de la résolution était symbolique, mais que cela pourrait aussi signifier que davantage d’argent serait alloué à des programmes de lutte contre l’extrémisme à l’avenir.

« Je ne pense pas qu’aucune autre ville allemande ait déclaré une » urgence nazie « . Les résolutions contre l’extrémisme de droite ne sont cependant pas si rares », a-t-il déclaré.

Quel est le lien entre Dresde et l’extrême droite ?

Dresde est connue depuis longtemps pour ses liens à l’extrême droite.

Au début des années 90, des groupes néo-nazis ont commencé à organiser des rassemblements pour rappeler ce qu’ils ont appelé « l’holocauste à la bombe », lorsque la ville a été bombardée par les forces britanniques et américaines en 1945, a déclaré M. Arzheimer. Ces groupes sont ensuite devenus actifs dans les régions environnantes et dans le sud de la Saxe.

L’État de Saxe est également depuis longtemps un bastion du parti national démocrate d’Allemagne (NPD), parti d’extrême droite, et plus tard du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD).

Lors des élections législatives de septembre, le soutien à l’aide au développement a augmenté de 17,8% par rapport à 2014 pour atteindre 27,5%.

C’est également à Dresde que le mouvement anti-islam Pegida (Européens patriotes contre l’islamisation de l’Ouest) a débuté en 2014 et qu’il continue de tenir des rassemblements.

Qu’est-ce que le mouvement Pegida ?

Les partisans de Pegida disent que les gens doivent « se réveiller » face à la menace des extrémistes islamistes. Ils veulent que l’Allemagne freine l’immigration et accusent les autorités de ne pas appliquer les lois existantes.

Le mouvement a suscité d’importants rassemblements dans la ville.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).