Créer les conditions d’un renouveau réel du Parti Communiste

, par  Paul Barbazange , popularité : 4%

Les 33 communistes de Béziers, réunis en Assemblée générale le 31 octobre 2014, après réunions de cellules, s’adressent aux communistes de France à l’occasion de leur conférence nationale.

Les communistes de Béziers s’adressent à tous les communistes pour inviter chacun à tirer les leçons des échecs successifs des stratégies suivies par le PCF depuis des années, échecs dramatiques pour le mouvement populaire. Un PCF institutionnel, adossé sur un système politique obsolète centré sur les élections a perdu peu à peu l’essentiel de son utilité pour le peuple. Quel est son avenir ? Notre seule issue est de redevenir un parti représentatif des couches sociales les plus écrasées par ce système, des travailleurs exploités dans les formes actuelles de l’organisation de la production matérielle et immatérielle. Nous sommes à un moment de vérité.

Notre parti sort gravement affaibli des dernières périodes électorales. Nous avons perdu 5 députés en 2012 (s’ajoutant aux 12 perdu depuis 2002), 56 villes de plus de 9000 habitants en 2014, 1 député européen sur les 2 restants. Certains avaient espéré un sursaut après le résultat de Jean-Luc Mélenchon aux présidentielles. D’autres avaient alerté sur un score qui ne faisait qu’absorber les voix d’extrême-gauche et révélait un nouvel affaiblissement dans les régions ouvrières historiques du PCF.

L’installation depuis mars 2014 à Béziers d’une municipalité dirigée par l’extrême droite soutenue par le Front National dans une région où le résultat de ce parti dépasse souvent les 40% de votants crée avec l’affaiblissement du PS un véritable laboratoire national préparant la jonction droite extrême droite. Nouveaux coups contre l’engagement militant dans la politique et les partis, progrès idéologiques et politiques de l’extrême droite, poursuite de l’appauvrissement du peuple imposent aux communistes une autre façon de "faire de la politique"… Il n’y aura de rassemblement efficace que par un renouvellement de l’ensemble de l’apport des communistes aux affrontements de classe bien au-delà des moments électoraux.

Nous vivons d’expérience que la rupture entre le gouvernement et le peuple, entre les partis politiques et le monde du travail, avec l’affaiblissement du parti communiste et du mouvement social, sont un terreau pour la droite et l’extrême-droite, pour les pires dérives fascisantes.

Car le capitalisme mondialisé se révèle toujours plus violemment pour ce qu’il est , un système de domination d’une classe sociale dont un représentant, le spéculateur Warren Buffet, disait il y a peu « la lutte des classes existe et c’est la mienne, celle des riches, qui est en train de la gagner », un système d’inégalités croissantes, un système toujours en crise, incapable de répondre aux besoin de l’humanité, aux défis de la planète, un système qui « porte en lui la guerre comme la nuée dormante porte l’orage ».

Depuis les années 70, le PCF cherche à construire une « voie pacifique au socialisme », devenue une une voie électorale, une recherche permanente d’alliances capables de devenir majoritaires dans les institutions. Après l’échec de l’union de la gauche, de la gauche plurielle, des collectifs anti-libéraux, les difficultés du Front de Gauche conduisent toujours une majorité de communistes à chercher encore dans la gauche du parti socialiste une nouvelle formule électorale pour 2017. Pourtant l’expérience est faite en France et dans d’autres pays comme l’Italie où la transformation du PCI en parti démocrate a conduit quelques années plus tard à la disparition totale de la gauche du parlement italien ! L’avenir du parti communiste ne dépend pas de la gauche, c’est l’inverse !

La conséquence de cette stratégie électorale a été l’éloignement, puis la coupure avec la classe ouvrière, avec le monde du travail. Cette fracture avec le peuple est dramatique.

Dans un tel contexte, continuer à expliquer qu’une nouvelle alliance électorale nationale pourrait apporter une réponse politique aux exigences sociales, c’est mentir aux communistes, mentir au peuple. Celui-ci a bien compris qu’il ne pouvait pas attendre de transformation sociale des élections dans le système actuel. L’abstention massive comme le vote FN en est le révélateur.

Face à cette vérité douloureuse, le peuple n’a devant lui que les peurs, les rancœurs, la concurrence de tous contre tous au mieux un véritable brouillard. Des luttes sociales courageuses mais isolées ne renversent pas un rapport de forces dont les grandes journées de manifestation nationale démontrent toujours plus la dégradation pour le monde du travail. La droite et son extrême sont à l’œuvre dans le débat d’idées et sur le terrain pour en tirer profit, avec toutes ses variantes selon les situations, la droite institutionnelle, la droite populiste, l’extrême-droite devenue présentable, le fascisme qui a repris forme, à Kiev qui cherche en France sa route : Maurassisme, Pétainisme, populisme, disparition de la laïcité de l’état, apologie des factieux comme à Béziers.

Aujourd’hui l’heure est au changement de société. Il faut rompre avec le système capitalisme cynique et sans pitié qui gangrène toute la société. Le PCF doit être a la pointe du combat pour la transformation sociale, vers le communisme.

Les communistes doivent ensemble mettre tout sur la table autour de quelques idées de références qui sont issues de leur histoire :
- rien ne peut se faire sans l’action collective de résistance contre les injustices, les mauvais coups. L’unité du peuple ne peut se construire dans les alliances électorales. L’action collective doit être l’objectif premier et prioritaire du travail de terrain.
- l’effort d’organisation en bas doit être prioritaire. Le premier rôle des directions est d’aider à l’organisation des cellules, à leur reconstruction, notamment en entreprises, de redonner des responsabilités réelles aux communistes (politiques, de trésorerie, de propagande, de formation...)
- rien ne peut se faire dans le compromis idéologique avec le pouvoir dominant. Se mettre au goût du jour, reprendre les mots et les rumeurs à la mode, reprendre sans critique des communiqués de presse, rompre avec l’intelligence historique du marxisme-léninisme, est mortifère pour les communistes et pour leur journal.

Nous appelons les communistes de France à reprendre en main leur parti en se dégageant de l’impasse dans laquelle les enferment les stratégies constamment mises en œuvre depuis 50 ans. Dans la fraternité et dans la vérité, le bilan de ces stratégies suivies doit être effectué avec tous les communistes, d’abord sur le terrain des cellules et sections, pour créer les conditions d’un renouveau réel du parti communiste.

Nous mènerons avec détermination la bataille contre la droite et l’extrême-droite à Béziers, en biterrois, en tenant compte de l’expérience vécue par les communistes de l’Hérault dans laquelle, échecs et succès, nous avons aussi appris. Nous avons besoin pour cela que notre parti redonne la parole aux communistes, aux sections qui organisent sur le terrain la résistance et la construction, loin des pratiques d’appareil.

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).