Vers des assises du communisme ?

Compte-rendu de la réunion préparatoire des assises du communisme

, par  pam , popularité : 2%

La réunion de préparation des assises du 16 Février a réuni 18 communistes dans et hors du PCF, de l’Ain, la Drôme, le Rhône, l’Isère, les Bouches du Rhône, l’Hérault, Paris, Seine-Saint-Denis, du Nord, sans compter les excusés (Arcachon, Commun commune, Canempechepasnicolas, Germinal, Réveil communiste...)...

Pendant plus de 4 heures, une discussion approfondie sur la situation politique a porté sur l’état des luttes, du rassemblement populaire, du fascisme, la politique du gouvernement, le rôle de l’Union Européenne, les guerres, les suites du congrès du PCF.

L’affrontement de classe s’aiguise en France comme ailleurs, avec une situation sans précédent d’accélération par le parti socialiste d’une politique d’austérité tournée vers la réduction du salaire et des services publics, de remise en cause du cadre national et de soumissions aux institutions européennes, vers le renforcement du (re)partage du monde entre impérialismes multipliant les guerres. Pourtant, les forces communistes en opposition à la dérive confirmée du PCF, dans et hors du PCF, comme les forces anti-capitalistes sur des bases populaires restent émiettées et les efforts réalisés ces dernières années n’ont pas permis de progresser de manière significative.

Loin de toute déclaration incantatoire, la discussion a porté sur le travail nécessaire pour nous renforcer dans la bataille théorique pour comprendre le monde tel qu’il est, dans la bataille politique pour nous aider à agir, enfin dans la bataille d’organisation, pour progresser en même temps dans le rassemblement populaire et la perspective de la reconstruction d’un grand parti communiste.

Les discussions ont confirmé l’enjeu du projet des assises du communisme comme un évènement prolongeant les rencontres de Marseille, les élargissant à de nouvelles forces, depuis celles ayant lancés en 2007-2008 le projet d’assises, jusqu’aux animateurs des luttes conduites dans de nombreuses entreprises face aux restructurations. La réflexion sur les conclusions et les suites des assises reste ouverte. Certains souhaitant trouver les formes d’une plus grande visibilité nationale d’une position communiste permettant la convergence de nos efforts, évoquant la nécessité de coordination. D’autres considèrent que le rapport de forces doit nous conduire d’abord à se renforcer là où nous sommes, dans des situations historiques diverses et de considérer que les assises sont une démarche pérenne, qui peut s’exprimer à la fête de l’Humanité, dans des initiatives régionales selon les possibilités de nos forces...

L’ambition est en tout cas de franchir un cap avec les assises qui sont confirmées et qui auront lieu dans un CCAS à proximité de Marseille permettant d’héberger 150 personnes les 28, 29 et 30 Juin.

Un texte d’appel aux assises doit être rédigé rapidement puis soumis au maximum de militants représentatifs des forces que nous considérons utiles au déroulement des assises, des personnalités (Peyret, Autier...), avec des blogs (Chancogne, Canaille, Commun Commune, Réveil Communiste, ça n’empêche pas nicolas...), des mouvements politiques (PRCF, M’Pep ?), des journaux militants (Fakir ?), des militants d’entreprises (Aulnay, Goodyear, Total, Fralib...), des responsables d’organisation du PCF.

Une version signée par exemple par 100 militants et soutenue par toutes les organisations qui le souhaitent serait alors diffusée massivement.

L’hypothèse d’un site de préparation et de suivi des assises a été discuté. La conclusion est plutôt de se mettre d’accord sur une page de présentation que chaque site pourrait reprendre.

Un travail sur le programme des assises est en cours (voir ci-dessous) avec une question sur les intervenants qui peuvent être issus des différentes organisations, mais nous pouvons aussi chercher des personnalités qui pourraient, au delà de leur apport aux séances elle-même, donner une plus grande visibilité nationale aux assises et à leur compte-rendu. Une possibilité serait d’avoir sur chaque thème deux intervenants choisis pour l’intérêt de leur contribution, mais aussi pour leur différence ou complémentarité dans l’approche du sujet.

La soirée du samedi serait une soirée festive (une première proposition pour une soirée jeunesse : le rappeur ouvrier de PSA Aulnay, Kash Leone... !!)

Une nouvelle réunion de préparation élargie doit être planifiée.

Projet de programme :

1/ De la grève à la nationalisation : quelle dimension politique aux luttes ?

L’objectif est de discuter du contenu politique des luttes sociales, notamment celles qui se développement malgré le consensus dominant loin de la négociation des "indemnités" face aux dommages du capitalisme, mais sur le refus des restructurations, le maintien de l’emploi et de la production industrielle, l’ambition de décider de l’avenir de l’entreprise...

En partant des situations existantes, on peut analyser le rôle des forces politiques, du gouvernement, comment les travailleurs en lutte en tiennent compte, tentent de s’en servir, et en même temps de les pousser dans leurs contradictions. Ce thème doit permettre aussi de poser la question de l’intervention de l’état, ce qui conduit à évoquer le socialisme comme issue politique à construire dans ces luttes.

Quelques questions :
- Comment dépasser une conception des luttes sociales comme simple soutien des forces politiques ?
- Comment renforcer le contenu révolutionnaire des revendications ?
- Quels rapports entre syndicalisme et politique ?

2/ Rupture avec le capitalisme, socialisme, communisme

Il s’agit de partir de l’analyse du système capitaliste aujourd’hui, de ses contradictions, sa violence pour comprendre la "crise" à la fois dans son caractère intrinsèque au capitalisme et dans sa dimension systémique et historique, pour poser la question du changement de société, donc du projet communiste, à partir des leçons de l’histoire du socialisme passé et présent.

Quelques questions :
- Comment résister à l’idéologie dominante affirmant que le socialisme est un drame et un échec ?
- De Cuba en Chine, quelles traces le socialisme du XXième siècle a laissé dans le monde ?
- Que devient le socialisme en Amérique latine ?
- Quel processus révolutionnaire permettant de rompre avec le capitalisme, quelles formes de société ouvrant la perspective du communisme ?

3/ Luttes anti-impérialistes, OTAN, UE, euro...

Les impérialismes s’affrontent dans une situation marquée par ce que le XXième siècle nous a légué. Plus de 200 pays indépendants dont beaucoup tentent de construire leur souveraineté économique, des formes ou des éléments de socialisme persistants de Cuba au Vietnam, renouvelées en Amérique Latine, avec la situation particulière de la Chine, dirigé par un parti communiste ayant fait le choix d’un développement mixte faisant une grande place au capitalisme. La multiplication des guerres, la destruction d’états souverains, de nouvelles courses aux armements technologiques, la domination des transnationales sur des enjeux vitaux de la santé, de l’alimentation, de l’environnement, marquent le quotidien des travailleurs au Nord comme au Sud.

Quelques questions :
- Quel lien entre l’exigence de souveraineté nationale et d’internationalisme ?
- L’UE une construction impérialiste au service du capital ?
- Quel lien entre les luttes environnementales et anti-impérialistes ?
- Comment reconstruire un mouvement pour la paix permettant de dénoncer l’impérialisme Français ?

4/ Quels outils pour résister et construire la rupture avec le capitalisme ?

La révolution sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes... Mais les travailleurs sont aujourd’hui affaiblis en conscience et en organisation. Le politique est perçue comme une activité institutionnelle et électorale. Comment favoriser la prise l’autonomie réelle du monde du travail pour lui permettre d’affronter les idées dominantes, les médias et les manœuvres patronales et institutionnelles, comment construire un rassemblement large et autonome du réformisme ?

Quelques questions :
- Quels outils de formation politique pour les travailleurs, les militants, les cadres syndicaux et politiques ?
- Quel rôle des dirigeants syndicaux et politiques ?
- Quels outils pour la jeunesse ? D’une génération à l’autre comment se réapproprier nos outils théorique : Marxisme, matérialisme...

En dehors des intervenants des différentes organisations à l’initiative des assises, de nombreuses propositions d’intervenants nationalement connus ont été proposés à la discussion.

Enfin, de premières propositions ont été évoquées pour la partie festive le samedi soir... Il parait qu’on pourrait chanter les mains d’or... (si, si...).

Sites favoris Tous les sites

9 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).