Cinq Chantiers Communistes Propositions pour un programme communiste de gouvernement

, par  pam , popularité : 2%

Après des décennies d’accompagnement politique du capitalisme, de gauche et de droite, la force du NON populaire de 2005 et des luttes sociales de 2010 ne peuvent se retrouver dans les luttes et les échéances électorales sans le moyen d’objectifs de rupture clairs et réalistes, sans des propositions qui mobilisent les millions de victimes d’une société inégale et violente.

Le mouvement social n’a pas besoin d’un programme prêt à porter. L’expérience du programme commun a largement montré les limites d’un projet qui place en dehors des luttes la question du niveau des ruptures politiques nécessaires. Mais les seules revendications sociales ou sociétales ne peuvent donner au monde du travail la capacité de se penser en force dirigeante, capable d’orienter le mouvement historique vers le socialisme.

Ces cinq chantiers proposent une démarche qui relie les revendications aidant à l’élargissement des mobilisations de lutte, aux objectifs politiques de court terme pouvant être le support de batailles politiques électorales, en les inscrivant dans la perspective d’une révolution qui s’affronterait aux institutions existantes pour ouvrir la perspective du socialisme, du communisme.

Le travail et le capital, les besoins humains et sociaux, le monde et la paix, le pouvoir et l’état, l’homme et la culture... Sur cinq dimensions concrètes de la vie quotidienne, un gouvernement communiste prendrait des mesures immédiates pour provoquer une rupture en faveur du monde du travail, de la création, des quartiers populaires, pour contribuer à une mobilisation militante afin d’aller vers l’organisation d’états généraux devant préparer l’élection d’une assemblée nationale constituante. Il mettrait en débat des objectifs concrets de construction d’une nouvelle république, socialiste, autogestionnaire, internationaliste.

Pour un emploi digne et utile pour tous, conquérir la souveraineté populaire sur l’argent et décider ensemble où l’investir et pour quels besoins !

On ne peut rien changer pour l’emploi sans enlever le pouvoir de l’argent à la grande bourgeoisie et dans le même temps, trouver les formes nouvelles de l’appropriation par ceux qui travaillent du pouvoir de décision nécessaire pour orienter l’argent vers la satisfaction des besoins humains.

Dans les 6 premiers mois :
- Interdiction des licenciements
- Augmentation du SMIC et des minimums sociaux de 50%
- Imposition maximum de tous les revenus financiers et spéculatifs. Création d’un revenu maximum avec une tranche d’impôt à 100%.
- Nationalisation des groupes financiers et industriels stratégiques avec indemnisation des actionnaires individuels plafonnée au niveau du livret A sur la plus-valeur réalisée.
- Nationalisation des sociétés d’intérim et de recrutements et intégration dans un service public de l’emploi, interdiction des sociétés d’intérim.
- Création de commissions de contrôle économiques par bassin d’emplois élues lors d’élections professionnelles générales. Les décisions des tribunaux de commerce sont placées sous leur contrôle.

Objectifs d’une assemblée constituante :
- Recréation du Franc et affirmation de la souveraineté monétaire de la France, proposition de création d’une monnaie commune européenne et organisation d’une conférence avec les pays refusant les diktats de la BCE et du FMI. Soutien aux propositions de monnaie de réserve internationale basée sur les DTS de l’ONU.
- Création d’un service public de l’emploi, organisé par bassin d’emploi et géré par les salariés, à partir des ressources existantes de Pôle Emploi, des sociétés d’interim, d’insertion...
- Création d’un statut du salarié de la fin des études à la retraite, garantissant le droit a un revenu et a une formation professionnelle, ouvrant les droits sociaux, financé par l’augmentation des cotisations patronales sur le salaire.
- (Re)création de services publics nationalisés regroupant les activités existantes de réseaux (électricité, eau, gaz, téléphone, poste, internet...), et instaurant la gratuité des services de base.
- Droit de nationalisation d’une entreprise sur vote de plus 75% des salariés et création d’un nouveau statut d’entreprise autogérée nationale, régionale ou locale impliquant les salariés, fournisseurs, clients, usagers et collectivités.
- Programme pluriannuel d’investissements dans l’énergie, le transport, le logement, les services publics, l’éducation, la santé, la vie sociale et culturelle

Pour le droit au logement et à une santé de qualité pour tous, sortir de la marchandisation !

On ne peut pas répondre aux besoins sociaux sans sortir les ressources nécessaires de la marchandisation et donc sans inventer de nouveaux modes de gestion publics des besoins sociaux par les usagers eux-mêmes, fondés sur la gratuité et la péréquation tarifaire.

Dans les 6 premiers mois :
- Interdiction des expulsions sans logement préalable
- Mise en œuvre immédiate de la loi de réquisition. - Expropriation des propriétaires d’immeuble potentiellement habitable et laissé en friche.
- Création de comités locaux du logement avec les associations, collectivités et offices chargé de traiter les situations d’urgence (SDF notamment).
- Suppression des allégements de charges patronales.
- Prise en charge à 100% par la SECU des dépenses de santé.

Objectifs d’une assemblée constituante :
- Réquisition de terrains pour un espace foncier public non marchand permettant la construction d’un million de logement.
- Création d’un service public du logement avec représentation dans chaque ville, assurant la gestion des demandes de logements, regroupant les capacités locatives publiques et privées, cogéré par les locataires, les salariés, les collectivités.
- Création d’un nouveau contrat de « co-propriété d’usage » sur terrain public, sans limite de temps, transmissible aux enfants, non cessible.
- Retour à la gestion de la sécurité sociale par les salariés. Organisation d’élections d’un représentant salarié par entreprise pour constituer des assemblées de décision par caisses locales. Intégration des mutuelles dans le statut de la Sécurité Sociale.
- Création d’une industrie nationale de la pharmacie, organisée localement en circuit court non marchand s’appuyant sur le réseau de pharmacies mutualistes ou privées existantes.

Pour la paix, le développement humain et le respect de la planète, sortir du néo-colonialisme et des affrontements impérialistes.

On ne peut changer de société en France sans changer de rapport au monde, sans sortir des rapports de domination économique ou militaire. Ce sont les rapports humains, notamment issus des immigrations successives qui sont l’outil essentiel de nouvelles coopérations internationalistes.

Dans les 6 premiers mois :
- Sortie immédiate de l’OTAN et rappel des armées françaises à l’étranger négocié avec les pays concernés.
- Reconnaissance officielle des drames et crimes coloniaux. Ouverture de toutes les archives militaires. Organisation d’une conférence avec les pays colonisés par la France pour établir les conséquences de la colonisation.
- Annulation de la dette des pays pauvres
- Suspension des traités européens et retour à la souveraineté nationale dans la constitution.
- Proposition d’une conférence internationale pour la sortie du capitalisme, la création d’une devise mondiale d’échange indépendante du dollar et de l’euro.
- Remise de papiers à tous les demandeurs d’asile, et création de commissions locales des réfugiés chargées d’organiser les cours de langue et de droit leur permettant de jouer un rôle actif et citoyen en France.

Objectifs d’une assemblée constituante :
- Création d’un service public de coopération internationale, en relation avec les pays cherchant leur indépendance économique, s’appuyant sur les relations individuelles, notamment des immigrés et réfugiés, avec le support des ambassades françaises.
- Création avec l’ONU d’une agence mondiale de la connaissance non marchande, partageant les résultats de recherche, ouvrant un accès gratuit pour tous aux connaissances, notamment dans les secteurs de la santé et des technologies de l’information.
- Lancement d’un programme international d’investissement dans la réponse aux besoins humains (eau, assainissement, énergie, transports, réseaux, santé, éducation..) à partir d’un transfert massif des dépenses d’armement
- Redéfinition d’une politique de défense basée sur les droits des citoyens et leurs liens avec une armée populaire.
- Développement d’armes non létales et abandon de la stratégie de dissuasion nucléaire.

Pour une démocratie autogestionnaire, sortir du rôle répressif de l’état par une autre organisation des pouvoirs.

On ne peut changer de société sans rompre avec les traditions séculaires de domination politique, corporatiste ou policière, sans inventer une construction autogérée de pouvoirs débarrassés des intérêts privés, des pratiques répressives et de propagande.

Dans les 6 premiers mois :
- Loi de transparence obligatoire de l’état avec publicité de tous les documents non individualisés, publication de toutes les archives secrètes.
- Audit des services secrets par une commission spéciale indépendante de l’état et assermenté spécialement.
- Audit des services de police et de leur hiérarchie, et condamnation des bavures et comportements racistes ou anti-républicains des policiers.
- Création de commissions citoyennes locales de contrôles des institutions
- Droit de votes des immigrés à toutes les élections.
- Fin du financement des partis politiques par l’état.

Objectifs d’une assemblée constituante :
- Etats généraux pour la rédaction de la constitution d’une nouvelle république parlementaire non présidentielle, autogérée avec la proportionnelle à toutes les élections, le non cumul des mandats, la fin du sénat.
- Nouvelle procédure de décision publique dans toutes les assemblées pour la participation des citoyens, avec une représentation spécifique du monde du travail à travers des délégués d’entreprise, avec publicité obligatoire de tous les documents préparatoires, délibératifs ou d’exécution, enregistrement de toute question citoyenne et réponse obligatoire...
- Création d’un service civil obligatoire de 6 mois au service de la mobilisation citoyenne sur les grandes causes humaines en France et dans le monde
- Organisation démocratique de nouvelles structures assurant l’évaluation quantitative et qualitative de l’offre et de la demande pour aider aux décisions économiques sous la responsabilité politique des assemblées élues et remplaçant les activités actuelles de publicité, défense des consommateurs, chambres de commerces...

Pour le développement des individus, sortir de la violence par la culture et la démocratie

On ne peut gagner d’intervention majoritaire pour une autre société sans soigner les immenses souffrances léguées par la violence capitaliste, sans reconstruire une parole individuelle et collective libérée, sans un immense bouillonnement culturel et idéologique.

Dans les 6 premiers mois :
- Recrutement de 100 000 éducateurs avec un plan de formation en alternance dans les quartiers, les écoles et les lieux de travail.
- Recrutement de 100 000 enseignants supplémentaires et création d’une structure nationale de recherche appliquée sur la pédagogie dans les quartiers populaires
- Rétablissement du statut des intermittents du spectacle, hors grandes entreprises et institutions, et création de comité locaux d’initiatives culturelles
- Appels à la création de centres culturels locaux animés par la mobilisation de milliers d’artistes pour une véritable ébullition culturelle permettant de faire entendre les paroles écrasées pendant des décennies (musique, théâtre, poésie, danse...).
- Taxation forte de la publicité contribuant au financement public de médias indépendants.
- Nationalisation de TF1 et rupture des contrats de médias publics avec les sociétés privées de production.
- Organisation d’un forum télévisé quotidien du changement par un collectif associant les associations, syndicats et partis politiques, complété par un journal quotidien et un site internet.

Objectifs d’une assemblée constituante :
- Plan d’investissement pour la construction ou l’extension de théâtres, MJC, salles des fêtes de quartier.
- Statut du travailleur culturel assurant la liberté, la garantie de ressources aux créateurs (à l’exclusion des institutions et entreprises)
- Plan global de formation des métiers du développement de la personne, de la culture et de la connaissance.
- Droit à la formation continue professionnelle et générale pour tous.
- Nouveau statut des médias assurant leur indépendance en favorisant l’autogestion, l’intervention des lecteurs et spectateurs, la liberté des journalistes, leur libération des marchés de l’information et des financements privés

Oui, la révolution !

L’incapacité du capitalisme à répondre aux besoins humains est criante. L’aiguisement de ses contradictions internes, ses dérives militaristes rappellent les pires heures du début du 19ème siècle. La révolution est possible, elle est nécessaire !

Elle ne ressemblera ni à celle de 1789, ni à celle de 1917.

Elle peut prendre des voies électorales. Mais elle nécessite de grands mouvements sociaux, des situations subversives pour l’état et les institutions actuelles, pour déborder la capacité de répression et de manipulation que l’état donne à la bourgeoisie.

C’est le mouvement populaire qui en décidera. Il a donc besoin d’un effort de conscience et de connaissance théorique des luttes de classe. Pour prendre toute sa force, il a besoin d’un programme politique qui permette la mobilisation et le rassemblement des immenses forces sociales qui souffrent du capitalisme.

Brèves Toutes les brèves

  • CUEM : Calendrier 2017-2018

    Cercle universitaire d’études marxistes
    « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit (...)

  • Voix sans Voile

    Cher-e-s camarades,
    Je vous annonce la sortie prochaine de mon livre, intitulé "Voix sans Voile", préfacé par PIERRE (...)

  • Viols à Solférino ?

    A quand les bordels dans les couloirs de Solferino pour « les migrants » ?
    C’est une insulte d’abord pour ces (...)

  • Glucksman et Schmidt...

    André Glucksmann et Helmut Schmidt sont tous deux morts ce 10 Novembre...Aucun rapport, mais ça en fait deux de moins (...)

  • Qui était Boris Nemtsov ?

    Dans son discours devant la manifestation des communistes à Moscou le 1er mars 2015 , Sergueï Pavlovitch Oboukhov (...)

  • Un livre sur le Viet-nam

    Raymonde Dien ancienne militante, des années cinquante, pour la paix au Viet-Nam puis contre la guerre d’ Algérie, a (...)

  • Hommage à Georges Marchais…

    Hommage à Georges Marchais…
    Au nom de l’avenir, par Georges Gastaud Marchais n’est plus, ils débaptisent Le parvis (...)

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).