Appel à signer – Appel à diffuser : « Grèce-UE : ouvrir le débat entre les communistes ».

, par  Danielle Trannoy , popularité : 3%

L’exigence d’ouvrir un large débat entre les communistes se confirme au vu de la domination de la Grèce imposée par l’UE.
En signant cet appel et le faisant signer, les communistes français contribueront à relever plusieurs défis.

S’appuyant sur un vaste mouvement d’interrogations, de protestations, de témoignages, de contributions, le Réseau FVRPCF a diffusé trois déclarations :
- Le 14.07.15 : « Euro ou refus de l’austérité, il faut choisir » demandant aux parlementaires communistes de dire « Non » au plan d’austérité imposé par la Troika à la Grèce ;
- Le 28.07.15 : « Grèce-UE : premières réflexions pour ouvrir le débat » (après la note du CEN du 17.07.15 ;
- Puis cet appel : « Europe sociale ou rupture progressiste : ouvrir vraiment le débat après l’expérience grecque » du 18.08.15

Pour affronter la complexité des contradictions, les communistes ont besoin d’une information libre et critique :

Les échanges de ces dernières semaines ont permis de présenter d’autres éclairages et analyses, de faire des propositions pour sortir de la stratégie de « l’Europe sociale et de sa monnaie unique ». La direction de notre parti est confrontée comme tous les communistes à une situation nouvelle. Malgré les interrogations de nombreux militants, le maintien dans le cadre du PGE, de l’euro et des institutions européennes pourra-t-il durer ? Ne relève-t-il pas maintenant de l’obstination ? Pour se hisser à la hauteur et l’importance de l’évènement, l’Humanité se doit de donner tous les éléments du débat permettant d’éclairer les consciences.

Nous le sentons les communistes ne sont pas satisfaits par les explications qui leur sont données, ils sentent que quelque chose n’est pas adapté dans le discours de la direction, ni aux luttes qu’il serait nécessaire de conduire, ni à la réalité de ce qu’est l’Europe. Ils attendent autre chose.

Affronter le capitalisme pour en sortir :
- Le choc d’une nouvelle vague d’austérité imposée à la Grèce confirme que les crises qui frappent l’Europe sont de plus en plus violentes et ne trouveront pas de solution en interne au capitalisme.

La question de la souveraineté : la question centrale :
- Comme la Grèce, la France a, contre la volonté de son peuple, perdu la maitrise de sa monnaie, confié le crédit à la finance, livré ses entreprises à la loi du marché, abandonné ses travailleurs soumis à la concurrence avec ceux de l’Europe entière.
- Elle s’est mise sous le joug des institutions européennes. Elle a lié son armée à l’OTAN.
- La perte de souveraineté est totale : TSCG, MES, TAFTA, réformes des collectivités territoriales la somment de mettre fin à son modèle social, à déstructurer ses institutions, l’Etat-Nation, au profit d’un pouvoir supranational au service du capital.
- Les directives européennes détruisent, dénationalisent transports, énergie, santé, fonction publique, université : tous les secteurs sont confrontés à une offensive tout terrain du capital, qui vise à réduire notre peuple à un nouvel esclavage.

Le défi majeur : répondre aux attentes populaire et du monde du travail :
- Le monde du travail est loin d’être calme : les salariés sont en résistance, et les mouvements sociaux en France s’accroissent, il y a des refus contre la casse de la SNCF, des statuts, des transports, de l’EDF-GDF, de la Fonction Publique… La confrontation entre le capital et le travail se durcit. Il existe ces derniers mois, un vaste mouvement de grèves, invisible et sans traduction politique. N’a-t-on pas recensé plus de 750 conflits sur la période de juin-juillet ?

Le défi prioritaire pour les communistes est de travailler à l’unité et au rassemblement des communistes.
Ayant fait le choix de rester dans le Parti, et d’œuvrer pour que notre Parti retrouve ses bases de classe et ses traditions de luttes et d’organisation, nous pensons que l’exigence d’un débat pluraliste doit s’ouvrir :
- Sur les ruptures progressistes avec l’UE pour une reconquête de notre souveraineté nationale et populaire ;
- Sur la crédibilité de la stratégie de « l’Europe sociale » ;
- Sur les alternatives possibles à la domination des institutions non démocratiques de l’UE, à la toute-puissance du système bancaire et financier ;
- Sur l’établissement de relations de Paix, de coopérations et de solidarité entre les peuples en Europe et dans le monde.

Prenons nos responsabilités :

« Réfléchissons collectivement, nous les communistes, pour envisager la rupture avec les logiques austéritaires européennes, même si cela conduit à une sortie progressiste de la zone euro et de l’UE, et la reconquête de la souveraineté populaire, débat actuellement refusé. »

En nous emparant de ces questions centrales pour leur donner une réponse et une perspective politiques, les communistes contribueront à placer le débat au cœur des enjeux de classe, donc à faire reculer le FN dans la colère sociale et à sortir des carcans européens.

Le réseau « Faire vivre et renforcer le PCF ».

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).