Pour convaincre, affirmer nos position !

Un exemple de cette pratique de communication "positive" de la direction du PCF qui devient insupportable : la déclaration du PCF suite aux annonces de Nicolas Hulot de fermeture de 17 réacteurs nucléaires commence par une série de questions sensées ne pas heurter l’opinion avant de prendre la défense de notre industrie nucléaire. En gros, est-il possible de sortir du carbone en se privant du nucléaire...

Comme si nous n’avions pas d’opinion ni de réponse à cette question ! Mais si nous ne savons pas s’il est possible de sortir du carbone en se privant du nucléaire, comment justifier notre position de défense du nucléaire ? Car si c’était possible, et mieux encore, économiquement favorable comme l’affirment les promoteurs du scénario negawatt et Jean-Luc Mélenchon, alors il n’y aurait aucune raison de ne pas engager la sortie progressive du nucléaire... !

Or, nous connaissons parfaitement la réponse (lire sur l’exemple allemand). L’Allemagne nous démontre qu’elle a choisi de sortir du nucléaire et donc qu’elle ne sort pas des fossiles... et que la conséquence est une forte augmentation de la facture pour l’usager.

La question posée par cette question initiale du communiqué du PCF est donc en fait : « pourquoi nous ne mettons pas en avant cette simple vérité, il faut choisir entre sortie du nucléaire et sortie du carbone ? »...

Pourquoi ne pas affirmer par exemple :

« il est impossible de sortir à la fois du nucléaire et du carbone. Les chiffres de l’Allemagne sont démonstratifs. Il faut choisir ; nous choisissons la sortie la plus rapide et la plus efficace du carbone, et pour cela, nous faisons le choix de développer un nucléaire modernisé, public, sous contrôle strict d’une autorité indépendante comme l’est l’ASN. Le développement nécessaire à long terme des ENR doit sortir des mécanismes de marché qui imposent une "concurrence libre et non faussée" fatale pour notre industrie, comme le montre clairement les déboires de la production photovoltaique en France. Nous proposons un développement public des ENR, intégrant le stockage à la production, pour réduire l’impact technique et économique de l’intermittence »

Décidément, à force de regarder les sondages et de vivre avec les communicants, on n’est plus capable de parler directement et simplement à tous.

Communiqué de presse du PCF

Pour relever les défis du plan climat, on a besoin de toutes les énergies

Après avoir présenté ses objectifs du plan climat la semaine dernière, Nicolas Hulot se dit prêt à fermer un certain nombre de réacteurs nucléaires « peut être jusqu’à 17 » afin de respecter les objectifs de la loi de transition énergétique qui vise entre autre à ramener à 50 % la part de l’atome dans la production d’électricité à l’horizon 2025.

Est-il vraiment possible de répondre aux objectifs d’une France décarbonée en 2050, la fin des véhicules diesel et essence en 2040, l’éradication de la précarité énergétique dans les 10 ans, le fort développement de l’économie circulaire et du trafic ferré des passagers et des marchandises, si on se prive, dans les huit prochaines années, d’une énergie disponible et décarbonée ? Qui peut assurer que nous serons en capacité avec les seules énergies renouvelables de compenser, au même coût, dans la même quantité, de façon non aléatoire donc pilotable à tout moment, l’énergie électrique aujourd’hui produite par le nucléaire ? Il faut avant de prendre toute décision irréversible répondre à ces questions au moment où le plan climat envisage un recours plus important à l’électricité.

Les français attendent des actes concrets pour réindustrialiser le pays et faire reculer le chômage. La fermeture de 17 réacteurs serait, sur les plans industriels et sociaux, une catastrophe économique, plombant une filière d’excellence mondialement reconnue, gâchant les investissements actuels pour sa relance, fragilisant sa sûreté. Vingt mille emplois directs et cent mille indirects sont concernés, des territoires entiers et des bassins d’entreprises et d’emplois seraient rayés de la carte. Cela n’est pas envisageable !

Le nucléaire civil constitue, pour le PCF, un atout pour le pays qui doit être conforté et développé pour relever les défis d’une énergie décarbonée. La France riche de sa tradition industrielle doit engager la recherche sur le nucléaire de 4ème génération, et surtout sur l’enjeu du stockage de l’électricité qui est en fait le seul moyen d’effectuer un véritable saut technologique d’importance. Pour le PCF, l’énergie doit être 100 % publique. C’est pourquoi nous proposons la création d’un pôle public national de l’énergie, alliant la maîtrise publique au service du droit à l’énergie pour tous, l’exigence de normes internationales de sécurité et de sûreté et un prix de l’énergie abordable pour tous. C’est à toutes ces exigences que le ministère de M. Hulot est confronté pour les mois à venir.

Parti communiste français

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).

Commentaires récents