Le soldat Hollande veut partir en guerre

Le discours de François Hollande lors de l’assemblée de l’ONU le 25 septembre dernier n’a pas fait beaucoup de vagues. Pourtant, tout le monde a pu l’entendre prononcer les mots d’un véritable va-t-en guerre. Dans ce domaine aussi, le nouveau Sarkozy est arrivé. "Combien de morts devrons-nous attendre avant d’agir ? Comment admettre cette paralysie de l’ONU ?" a-t-il lancé en pointant indirectement le blocage de la Chine et de la Russie. Il a alors rappelé la position du gouvernement PS-EELV en faveur d’une reconnaissance d’un gouvernement provisoire, "représentatif de la nouvelle Syrie libre, dès lors qu’il sera formé". Le chef de l’Etat, incitant à une intervention directe, a aussi demandé aux Nations unies "que soient protégées les zones libérées et que soit assurée une aide humanitaire aux réfugiés". A quelles zones "libérées" a-t-il fait allusion ? C’est un langage de provocation vis-à-vis d’une nation souveraine, langage indigne d’un président de la république.

Quant à une éventuelle future possession de l’arme nucléaire par l’Iran, Hollande a préconisé de "nouvelles sanctions". De quoi se mêle-t-il ? Si encore il était le champion du désarmement nucléaire et un véritable combattant pour la paix, il serait légitimé à tenir de tels propos. Mais de quel droit peut-il exiger cela de l’Iran alors que les caves de l’armée française regorgent d’armes nucléaires, et que l’Iran se trouve sous la menace des bombes israéliennes et américaines ? Et toujours dans le chapitre "suivez mon panache guerrier", il s’est aussi permis d’exhorter à une réaction rapide dans le Sahel pour lequel, selon lui "il n’y a pas de temps à perdre".

Ainsi, Hollande se situe dans la continuité de la politique de Sarkozy, c’est-à-dire à l’avant-garde des ambitions impérialistes de l’OTAN.

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).

Commentaires récents