Communiste : dogmatique, non démocratique et antiécologiste ?

, par  Ericseka

Le 4 octobre 2011 à 00:42, par Ericseka En réponse à : Communiste : dogmatique, non démocratique et antiécologiste ?

@ Dautrey : n’exagérez rien. J’ai employé le terme prévarication au sens figuré de "mauvaise foi" : "Acte de mauvaise foi commis dans une gestion.". dans la gestion du discours de certains ici, qui font des procès d’intention. Je ne vise aucun personnel politique, mais les intervenants.

@PAM

Encore une fois, répondons point sur point :

"Je devrais faire comme dans la plupart des forums ou un commentaire hors-sujet est déplacé ou supprimé ! D’autant que je me contrefous de cette histoire de la vidéo de Mélenchon à la fête qui n’est qu’un épiphénomène comme d’ailleurs tout ou presque ce que les journalistes choisissent de mettre en avant."

Donc en tant que modérateur, tu trouves qu’il serait normal de me supprimer, car j’ai prononcé le nom de Melenchon. Or, je ne faisais que répondre à Mireille Popelin, qui nous ressort ici, sur un site communiste, la vision des médias du grand capital. Dans ce cas là elle aurait du être supprimée aussi. Alors il faut savoir : quand il y a débat, ne peut-on répondre que si l’on est d’accord avec la ligne idéologique défendue ici ?

"Quand au débat de fonds sur le choix stratégique des communistes pour le Front de Gauche, tu peux toujours ridiculiser le point de vue opposé au tien." Je ne vois pas en quoi j’ai cherché à te ridiculiser ! Je fais simplement une démonstration invalidant deux interventions dans ce débat. Démonstration n’est pas ridiculisation ni caricature, et mon honneur est sauf. Certes, ces démonstrations ne s’appliquent, il est vrai, moins à ton article qu’aux réactions qu’il suscite.

"Enfin, puisque tu évoques les bonnes pratiques de discussion sur un forum, restes concentré sur le sujet de l’article, la déclaration de Pierre Laurent..."
Pas de problèmes.
Je récuse formellement ton appréciation de Pierre Laurent. Si celui-ci voulait liquider la notion de communisme, il n’aurait pas intitulé son nouveau livre "Le Nouveau Pari Communiste" ! La belle affaire, me répondras-tu.
Robert Hue a été retoqué par Marchais. Fort heureusement. Je me rappelle moi aussi d’émissions télévisés, au temps où Hue avait le vent en poupe et où le P.C.F. remontait dans les scores électioraux nationaux, des émissions où on lui demandait de rayer le nom"communiste" du Parti. Il y eut même un documentaire sur son auguste personne où il se déclarait farouchement contre le changement de nom du Parti. J’étais pour ma part assez heureux de voir cette intransigeance. Puis, il y eut une dérive en totale contradiction avec le dicours : à force de vouloir donner une image novatrice du P.C.F., on pouvait désormais voir tout et n’importe quoi, dont un défilé de Prada au siège du Parti !
J’aimerais rappeler que ce sont ces dérapages qui lui ont valu d’être jeté du Parti, en plus de ses résultats calamiteux aux présidentielles, bien sur. Et c’est bien Marie-Georges Buffet qui a remis certaines choses en droite règle, comme la suppréssion immédiate du titre de "Président du parti".
Pour moi, il n’ ya donc pas continuation et filiation, comme ton article le dit, mais rupture et retour à des fondamentaux.
Notons en quoi la démarche de M.G. Buffet et Pierre Laurent, y compris via le Front de Gauche, est aux antipodes de ce qu’aurait pu devenir le Parti si les "liquidateurs" le dirigeaient.
Robert Hue a claqué la porte de la direction nationale en 2008, car il considérait que le parti, telle qu’il était désormais rétabli, n’était plus "réformable." Il crée dans la foulée son Mouvement unitaire progressiste (je saute l’étape de la NEP, faisons court).
Or le MUP a pour vocation de rassembler toutes les forces de "gauche", et de travailler en étroit acccord avec le P.S., notament avec des listes d’union (c’est ça le congrès de Tours à l’envers). Cela a été sa stratégie lors des Régionales de 2010.
Qu’ont fait M.G. Buffet et Pierre Laurent au même moment ? Tout le contraire. Ils ont refusé la tentation socialiste, et ont continué de travailler avec les forces de ce que j’appelle "la gauche de combat", le P.G., et la G.U. Comparons la progression du FDG et l’abscence de la MUP.

Maintenant sur le discours de la fête de l’Huma. Je ne me suis pas senti meutri pour les autres, pour la simple et bonne raison que les autres étaient autour de moi et avaient tous les ages, dont de vieux militants. Etant tombé dans la potion communiste dès le plus jeune age grâce à l’influence des anciens, j’ai plutôt vu dans ce discours une giffle faite aux représentants des autres forces politiques qui étaient présentes, dont le P.S., et E.E.L.V. Tu n’en as rien à faire d’eux car ils ne sont pas communistes. Faudrait-il que tout le monde doit communiste ? Au moins exigeons de ceux qui se réclament de la Gauche d’être honnête ! Voilà ce que dit le discours.
Il est toujours facile d’extraire une phrase de son contexte sans avoir lu le reste.
Que dis Laurent dès l’entrée en matière ? "L’histoire jugera sévèrement ceux qui, dans la tempête, seront restés sur le quai à regarder le bout de leurs souliers. Depuis trois ans maintenant, tout le monde parle de crise historique du capitalisme. Mais à quoi bon, si ce n’est pour prendre la mesure de ce que cela implique ?" Voilà qui règle d’entrée de jeu le compte de ceux qui prétendent gérer le capitalisme. "Nous combattrons tout pouvoir, quel qu’il soit, qui se fixerait comme but, pour servir la perpétuation de la nouvelle aristocratie financière, de faire payer la crise aux peuples, et nous soutiendrons tout gouvernement décidé, contre les puissances de l’argent et les marchés financiers, à rétablir les conditions d’une démocratie véritable, à inventer un nouveau type de développement humain, solidaire et durable." Pour toi qui t’inquiète d’une entrée possible de membres du Front de Gauche dans un gouvernement socialiste, tu remarqueras que le seul pouvoir qui sera soutenu sera celui penchera vers le communisme plutôt que vers la droite. J’appelle cela un avertissement.

"Il est impératif de retrouver la totale maîtrise publique du secteur bancaire et financier, de nationaliser ce qui doit l’être afin de réorienter radicalement tous les critères du crédit." Or, dans le programme, la renationalisation est exigée pour de nombreuses entreprises, EDF, GDF, Areva et Total, parmis d’autres. Je comprends ta réticence aux mots de "Pôle Public", mais dire qu’ils sont vagues, ce n’est pas très honnête. Les termes sont très précis y compris quant aux modalités : une tarification sociale pour le droit et l’accès de chacun. à l’eau et à l’énergie.
Je ne sais pas si tu as lu ce programme, mais si non, prends au moins le temps de le faire.

En réalité, la teneur des discours de Pierre Laurent à la fête de l’Huma tient à montrer que le FDG, donc, le Parti Communiste, ne peuvent plus être traités de haut comme de par le passé récent ou ancien, et que tout prétendant à l’accession au pouvoir devra compter avec lui.

Tu dis :" Car tout le monde sait que le parti socialiste ne va évidemment pas disparaître comme par enchantement, et que le mieux qu’on puisse espérer de la stratégie électorale du Front de Gauche en 2012, c’est de négocier un peu avec le futur gouvernement socialiste !". Toi qui te dis "meurtri", tu ne te rends pas compte que tu tes mots sont des meurtrissures pour les autres. Je ne milite pas pour que nous perdions, mais pour que nous gagnions. La victoire du FDG te parait tellement impossible ! Peut-être souhaites-tu qu’il ne gagne surtout pas ! Et pourtant tu parles de démocratie, "qui commençait (????? Moi j’ai fait mon choix dans ma cellule) dans la vie des cellules" : mais c’est démocratiquement que les communistes ont voté Melenchon pour les représenter. 20 000 ont dis "non" ? Il est quand même fou dans une élection démocratique de ne voir dans les sauveurs que les perdants ! Tous les autres seraient des imbéciles, des traitres, n’ayant que pour ambition de liquider leur Parti ? Non."Beaucoup de ceux qui l’ont choisi l’on fait en pensant défendre l’existence du PCF" : c’est vrai que tu es dans nos têtes. Quand bien même certains camarades t’auraient avancé cet argument, quelle condescendance pour tous ceux qui pensent que seul le Parti Communiste peut réunir autour de lui des formations de gauche qui refusent le libéralisme, le capitalisme, afin de mener nos idées au gouvernement !
Nous avons le programme le plus ambitieux et le plus progressiste de tout le pays. Tu peux en être insatisfait, mais de grâce, un minimum de respect.

Pour toi, "l’accord PCF PG semble indiquer qu’il n’y aura plus de comptage des voix communistes dans les élections, plus de groupe communiste, et je ne sais pas comment seront réparties les financements politiques...". L’emploi du verbe "sembler" est très honnête. Or, il me semble que tu n’entends pas que les accords disent qu’aux législatives, entre 70 % et 80 % des sièges seront donnés aux communistes, en échange de la candidature du dirigeant du P.G. à la Présidentielle. Les communistes seront donc majoritaires à l’assemblée, en cas de victoire. Quelle sera le nom de leur groupe ? Je n’en sais rien. A l’heure actuelle, dans le groupe où siègent les communistes, il n’y a pas le nom "communiste", bien qu’ils soient majoritaires.

Ces 70 à 80 %,, c’est ce qu’ a exigé Pierre Laurent au P.G., de la même manière que Pierre Laurent a mis devant ses responsabilités le P.G. qui voulait un siège au Sénat, ce à quoi le P.G. a renoncé. Il est très fort, pour un liquidateur du communisme. Certains disent : les communistes ont perdu des sièges. Que n’auraient-ils pas perdu si Laurent n’avait pas apporté de la cohésion, ce qu’il continuera à apporter en tant que coordinateur de la campagne présidentielle.

"Par contre, je suis constamment préoccupé par cette fracture politique qui laisse tant de forces populaires sur le coté du combat, et le PG ou la GU ne m’apporte strictement rien pour relever ce défi." Nous serons au moins d’acord sur cette fracture, même si pour moi les autres ont un apport. Mais nous sommes le seul Parti implanté dans les villes, les collectivités territoriales, et là le bas blesse.
Pour toi, mais peut-être que je me trompe, seul un Parti Communiste revenu à des fondamentaux qu’il aurait perdu (ce en quoi je suis en désacord) peut résoudre ce problème.
Pour moi c’est le contraire, et je note les encouragements des gens qui félicitent notre capacité à nous unir pour faire front, quand les socialistes en sont encore aux primaires.
Mais il est clair qu’il faut mouiller la chemise, et aller au-devant des gens, et pas des convaincus.

Ce programme partagé a plus de sens à mon avis que le programme commun que Marchais avait réussi à construire. J’aime Marchais. Il a été abominablement trahi et nous tous avec. Mais contrairement à ce que tu dis, nous avons appris. Nous avons appris que les socialistes sont désormais divisés, qu’ils ont renoncé à la lutte des classes, qu’ils tendent vers le social-libéralisme. Et que ceux qui ont encore des velléités de gauche observent avec intérêt ce que nous faisons, et qu’ils voteront sans doute pour nous au premier tour. C’est aussi la stratégie de Pierre Laurent, qui aimerait bien liquider une parti du P.S., autre sens véritable que l’ont peut voire dans son appel solonnelle : "soyez de gauche !"

Je concluerai sur ce que tu dis des comunistes de Vennissieux : "et puisque tu parles de Vénissieux, je te rassures ou je t’inquiètes, à toi de le dire, mais les communistes de Vénissieux, dans le débat et l’action, resteront très majoritairement unis, malgré cette situation politique si difficile."
Je ne me rassure ni ne m’inquiète, et méprise les gens menaçants (je ne dis pas que tu es menaçant, mais j’en ai connu des hargneux, très peu, mais c’est déjà trop : qu’ils sachent se contrôler...).

De la même façon qu’un élu n’est pas propriétaire de ses voix, tu n’es pas porte-parole des communistes de Venissieux. La question de savoir s’ils seront selon toi "majoritairement "uni pour que perde le Front de Gauche relève pour moi d’une analyse intéressante des prises de responsabilité de chacun, au moment où nous avons besoin de chacun. Mais comme, contrairement à toi, je ne sais pas si cette "majorité" va prendre le parti de notre victoire aux élections, j’attends de voir. Car je ne sais pas ce qu’ils feront, et si ceux qui ont déjà adhéré à la démarche du FDG en seront pour leur frais s’ils ont le droit de parler sans être stygmatisés, ou si les camarades proches du "concret" iront à la bataille en ces temps historiques, qu’ils soient au départ pour le FDG ou pas.

Cordialement.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).