Vive la banqueroute... Entretien avec Frédéric Lordon, réalisé par François Ruffin...

, par  Jean-Claude Romettino , popularité : 1%

Les éditions Fakir publient un livre collectif « Vive la banqueroute ! ». En dix brefs récits, cet ouvrage raconte comment nos grands hommes (Sully, Colbert, Talleyrand, Poincaré, etc.) furent plus radicaux dans leurs actes que ne le sont aujourd’hui ATTAC ou Jean-Luc Mélenchon dans leurs discours. Suivi de « L’irréalisme, c’est eux ! », entretien avec l’économiste Frédéric Lordon.

Cet entretien avec F. Lordon est, comme d’habitude, très instructif. Mené par JF Ruffin, directeur de Fakir (et participant au "Là-bas si j’y suis" de Mermet)
- Fakir de ce trimestre est disponible depuis le début du mois d’avril (Ubayens, je l’ai trouvé à Jausiers dès ce moment là à 3€) et comporte en pages 16 et 17 un historique, auquel il est fait référence dans l’interview, sous le titre

LE RENONCEMENT C’EST MAINTENANT !

(ET DEPUIS 30 ANS !).

En moins d’une demi-heure, F. Lordon fait un diagnostic de la situation actuelle, dont je note les phrases/moments suivants :

Il faut opérer - sur les mots/et les concepts - un immense travail de rectification :

- L’un des grands enjeux de l’actualité est de priver la chose qui est actuellement au pouvoir de son label de gauche... (Ce que d’ailleurs vient de confirmer Hollande hier dans sa conférence de presse en déclarant : « La gauche de la gauche ne fait pas partie de la majorité »).
- Et, à propos du Droit et de la Violence, comme l’a déjà dit "pépé Marx", le formalisme du droit est un manteau de Noé jeté sur la VIOLENCE REELLE de (tous) les rapports économiques.
- Les hommes politiques changent... pour conduire la même politique économique, celle du néo-libéralisme qui, depuis 30 ans a largement fait ses preuves dans les domaines du chômage, de l’endettement généralisé des ménages, des institutions financières, et de l’État du fait de la baisse des recettes fiscales. Néolibéralisme qui marque l’intrusion d’un tiers dans le contrat social comme le prouvent lumineusement les explications de Sarkozy qui refusait la réforme des retraites en 2007 et 2008, parce que non envisagée et donc non cautionnée par son élection, et qui l’accepte en 2010, "parce qu’il faut rassurer les marchés pour garder le triple A".
- Les alternances sans alternative constituent un carburant extrêmement efficace pour le FN.
- Acclimater l’idée de la banqueroute ou du "défaut".

Bonne lecture

Voir en ligne : Acheter le livre sur le site de Fakir....

Brèves Toutes les brèves

  • CUEM : Calendrier 2017-2018

    Cercle universitaire d’études marxistes
    « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit (...)

  • Voix sans Voile

    Cher-e-s camarades,
    Je vous annonce la sortie prochaine de mon livre, intitulé "Voix sans Voile", préfacé par PIERRE (...)

  • Viols à Solférino ?

    A quand les bordels dans les couloirs de Solferino pour « les migrants » ?
    C’est une insulte d’abord pour ces (...)

  • Glucksman et Schmidt...

    André Glucksmann et Helmut Schmidt sont tous deux morts ce 10 Novembre...Aucun rapport, mais ça en fait deux de moins (...)

  • Qui était Boris Nemtsov ?

    Dans son discours devant la manifestation des communistes à Moscou le 1er mars 2015 , Sergueï Pavlovitch Oboukhov (...)

  • Un livre sur le Viet-nam

    Raymonde Dien ancienne militante, des années cinquante, pour la paix au Viet-Nam puis contre la guerre d’ Algérie, a (...)

  • Hommage à Georges Marchais…

    Hommage à Georges Marchais…
    Au nom de l’avenir, par Georges Gastaud Marchais n’est plus, ils débaptisent Le parvis (...)

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).