211.800 demandeurs d’emploi… officiellement répertoriés.

, par  Maurice Lecomte , popularité : 1%

9.211.800 demandeurs d’emploi… officiellement répertoriés.

La lecture d’un article moqueur de Rianovosti sur l’histoire Depardieu m’a fait relever cette indication :

« …La triste vérité est que la France est devenue un pays… à l’économie ralentie avec plus de 9 millions de personnes ne travaillant pas à temps plein, soit 30% de la population active… »

Cela renvoie à une information du JT de Fr 3 du 30 décembre 2012, qui égrène le chiffre arrondi de 9 millions. Sachons cependant que les 211.800 arrondis font en fait un peu plus que les 2/3 de 1% en sus du taux de chômage. Et donc, nous avons :

  • Chômeurs, demandeurs d’emploi de la catégorie 1 : 3.103.000
  • Chômeurs Outre-mer + Chômeurs en activité réduite, en formation ou en contrat aidé : 2.478.800
  • Titulaires du RSA : 1.300.000
  • Temps partiels subis : 1.500.000
  • Découragés : … 830.000
  • Total : 9.211.800

Cette statistique de l’INSEE concerne les personnes relevant du régime général des salariés que l’institut a répertoriées et s’applique donc à elles.

La population française en 2011-12 est évaluée à 65 millions (http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=T12F031).

Cette statistique sur les demandeurs d’emploi correspondant à 30% des actifs relevant du régime salarié recensés, cela nous donne une population de 30.706.000, renvoyant pour cette catégorie à une population active de 47% de la population française.

Les salariés composent environ 95% des actifs lesquels comprennent également des personnes travaillant à leur propre compte et de statut social fort différents, comme les professions libérales, artisans, agriculteurs… pouvant, pour certaines comme des médecins spécialistes ou des avocats, fort bien "réussir" comme il nous est rabâché à longueur d’antennes et de colonnes, mais dont nombre d’entre elles ont leur propre galère à gérer (nous connaissons bien les énormes difficultés des petits paysans restants ainsi que celles d’artisans par exemple) et ce d’autant que nombre de jeunes y ont été conduits ces deux dernières décennies (dans moult secteurs) faute d’avoir trouvé contrat. Les concernant, leur situation générale doit ressembler à celle des salariés, sinon pire. En leur appliquant le même taux de galère qu’aux salariés, à savoir 30%, cela nous en donnerait 484.832 à la recherche de travail et porterait le nombre :

  • total d’actifs à la recherche d’emploi à 9.696.632
  • et d’actifs à 32.322.105, soit 50% de la population française, ce qui correspond je crois un peu mieux à l’existant.

Mais les salariés recensés n’épuisent pas la réalité, laquelle selon les catégories étudiées peut se révéler être du simple au double… Ainsi La Croix nous apprend courant janvier 2013 qu’un rapport du Comité national d’évaluation sur le RSA a mis en lumière qu’une personne sur deux ayant droit à ce revenu ne le demande pas [et n’est donc pas recensée comme telle] : (http://www.la-croix.com/Actualite/France/Une-personne-sur-deux-ayant-droit-au-RSA-ne-le-demande-pas-_NG_-2011-12-14-747015)

« En juin dernier, 1,9 million de foyers émargeaient au RSA, dont 1,4 million pour le RSA socle et 500.000 pour le RSA activité. Ce qui reste très inférieur au nombre de ménages qui, de fait, pourraient se faire aider. Le CNE, étude de la Dares à l’appui, rapporte en effet que 68 % des travailleurs pauvres éligibles au RSA n’en font pas la demande, ce qui représente environ 824.000 personnes. Pourtant, l’allocation, lorsqu’elle est versée, allège sensiblement la précarité : le RSA activité entraîne en moyenne une hausse de 18 % du revenu médian des bénéficiaires. Le taux de "non-recours" des personnes sans emploi s’élève quant à lui à 35 %, soit environ 390.000 personnes. »

Au final donc, malgré les recoupements possibles entre "titulaires [ou non] du RSA" et "découragés [recensés]", il est fort probable que les 9.211.800 recensés en mal d’emploi portés à 9.696.632 avec mon estimation relative aux personnes à leur compte, avoisinent en réalité plutôt 11 millions bien pesés…

Nous nous retrouvons bien dans les eaux de ce que j’indiquais dans mon papier "La fabrique à misérables", qui je le rappelle considérait un taux de 55% d’actifs pour 45% de non actifs :

« Dans la réalité, les actifs engagés ont réalisé, selon ces mêmes statistiques de l’OCDE, 1450 heures annuelles de travail en 2002. Le rapprochement de ces données avec, d’une part leur correspondance en durée hebdomadaire et d’autre part celles relatives à la population, fournit deux indications :

  • le travail réalisé en 2002, soit 1091 ( 1100) heures de travail annuel par actif existant correspond à quelque chose comme 24 heures de travail hebdomadaires pour tout actif existant (le plein emploi de tous les actifs). Ce n’est vraiment pas ce qui a été et est à l’ordre du jour… tout au contraire avec l’augmentation du temps de travail des actifs engagés dont le nombre est réduit et de l’augmentation de l’âge de départ en retraite !
  • en 2002, il se trouve déjà ¼ des actifs existant qui sont de fait abandonnés. Cette tendance n’a fait qu’être renforcée… et alimentée !
  • en 2012, le nombre des actifs abandonnés se situe donc au-delà des 25% des actifs existants. Ma projection le place quasiment au tiers d’entre eux, avec 32% ! »

 

C’est bien quelque chose comme le tiers des actifs existants qui est aujourd’hui volontairement sacrifié au profit de la classe bourgeoise.

ML

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).