« Si vous étiez 1er ministre que feriez-vous pour PSA ? »

, par  Charles Hoareau , popularité : 8%

C’est la question que François Lenglet, un des économistes bien en cour auprès de nos chaines de télé a posée à Jean Luc Mélenchon et j’avoue que je n’ai rien compris à la réponse si tant est qu’il y en ait eu une… Et c’est regrettable car ce refus de répondre clairement donnait à croire qu’il n’y avait rien à faire de concret et d’immédiat pour empêcher la fermeture de PSA ou d’autres entreprises.

Mais c’est pourtant simple et il n’y a pas besoin de tourner autour du pot ou de partir dans de grandes considérations générales comme ce fut le cas l’autre soir.

- Premièrement un gouvernement qui voudrait défendre le monde du travail, comme nous l’écrivions en juillet dernier, nationaliserait l’entreprise ou plus exactement la réquisitionnerait. Non pas pour en prendre les rênes et remplacer le patron PSA par l’état patron, mais pour la rendre aux salarié-e-s afin que les travailleurs de PSA, du cadre à l’OS, soient aux commandes de leur usine.

Ils ne pourraient pas faire plus mal que leur employeur qui obéit à des lois capitalistes qui vont contre l’emploi ! Un gouvernement qui exproprierait la famille Peugeot aurait des tas d’arguments pour le faire et sans être marxiste (ne lui en demandons pas trop !) il pourrait dire aux actuels patrons : « On vous a déjà donné trop d’argent (4 milliards d’aide publique) [1] soit l’équivalent de 106 624 emplois ou 13 ans de salaire pour les 8000 salarié-e-s de PSA aujourd’hui menacés !! ! [2]), on réquisitionne l’entreprise et on la donne en gestion aux salarié-e-s » [3]

- Deuxièmement, face à la concurrence et au dumping social que ne manquerait pas de faire une multinationale afin de faire rentrer en force les véhicules produits ailleurs à moindre coût (rappelons que le coût de la main d’œuvre à Aulnay représente moins de 15% du prix de vente des voitures produites), le gouvernement pourrait prendre des mesures de protection aux frontières un peu à l’image de ce qu’a dit Dilma Roussef, la présidente du Brésil déclarant à Foxconn, le fabricant sud-coréen de téléphonie qui voulait fermer son usine au Brésil : « Je ne peux pas vous empêcher de partir d’ici, mais si vous le faites plus aucun de vos produit ne rentrera au Brésil ». Résultat des courses, non seulement l’usine n’a pas fermé mais Foxconn en a ouvert une autre.

Ces deux choses simples Jean-Luc Mélenchon ne les a pas dites. Tout simplement parce qu’il sait que ces deux mesures sont contraires aux règles de l’UE ? Et pousseraient la France à sortir de l’euro (ce qui « serait une catastrophe a-t-il dit » on se demande bien pour qui…), voire sortir de l’alliance du capitalisme ouest européen appelée UE ?

Voilà une autre question simple à lui poser et à laquelle on attend qu’il réponde autrement que par des invectives ou des effets de manche qui sonnaient creux comme il l’a trop souvent fait l’autre soir sans parler du reste de son attitude que l’émission a révélé ce soir-là. [4]

Voir en ligne : sur le site rougemidi

[1selon RFI citant Marisol Touraine

[24 milliards divisés par 37515€ salaire annuel moyen chez PSA

[3article déjà cité

[4On peut contester le procédé de la caméra cachée mais cela ne disculpe pas l’auteur de son propos sur les communistes, ni d’ailleurs de manière générale sur les journalistes qu’il "hait" et dont il aimerait voir "leurs têtes balancer au bout d’une pique" (sic !)

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).