Quelques évidences concernant Aube dorée

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 3%

De 1924 et 1925 pendant sa détention à la prison de Landsberg, détention consécutive au putsch de la Brasserie, coup d’État manqué, Hitler tient salon et en profite pour écrire son fameux best-seller raciste "Mein Kampf" qui sera l’unique source de ses revenus durant son règne. C’est dire ce que l’on peut attendre d’un emprisonnement quand rien de ce qui lui donne de la force n’est éradiqué.

L’arrestation des chefs d’Aube dorée intervient alors que tout a été fait pour détruire la Grèce et que cela continue. Cette arrestation est intervenue parce que pour la première fois cette bande de nervis faisant le salut fasciste (pas la quenelle, le vrai celui qui peut s’exhiber) s’attaque à quelqu’un de "visible", un rappeur Pavlos Fyssas, antifasciste. Mais le meurtre en pleine rue, devant témoin, d’immigrés, de sans abris n’est pas le premier. La moitié de la police d’Athènes reconnaît voter pour ce parti et lui manifeste une totale complicité dans ses exactions y compris contre de jeunes communistes.

"Chryssi Avghi" fait ouvertement référence à des pamphlets antisémites et au "Mein Kampf" de Adolph Hitler. Son chef, Nikolaos Michaloliakos, 55 ans, a toujours milité dans des partis nationalistes radicaux, même pendant la dictature des colonels (1967-1974). C’est un des fondateurs de "Chryssi Avghi", qui est né au début des années 1980. Michaloliakos a connu la prison pour des violences politiques. Il a également été expulsé de l’armée pour détention illégale d’armes et d’explosifs. Après l’élection parlementaire du 17 juin il aurait déclaré : « l’heure de la peur a sonné pour les traîtres à la patrie ».

La virilité affichée est une forme dévoyée de dignité nationale, elle s’exerce en giflant une députée communiste à la télévision mais aussi une directrice d’école maternelle ou une directrice d’hôpital qui soigne les immigrés et ce sans la moindre réaction de la police.

Le capitalisme grec existe-t-il ? Incontestablement il y a les armateurs, l’Eglise en tant que grande propriétaire, les grands bénéficiaires du système fiscal qui prive le pays de ressources pendant que les dispositions du FMI l’étranglent. Mais la Grèce a surtout un tissu de petites entreprises qui jouent derrière Aube dorée et la rivalité avec l’informel est aussi violente que l’est l’exploitation d’une main d’œuvre clandestine. Ce tissu économique marqué par la surexploitation, la corruption, l’économie parallèle attire les prédateurs. On parle beaucoup de l’ouverture à l’immigration de ce pays, mais ce n’est pas la seule voie vers la zone euro. Ainsi, en 2013, après la création de fonds communs en France et en Italie, le Qatar a signé un accord du même type avec la Grèce, prévoyant d’investir jusqu’à un milliard d’euros dans des PME locales. Pour Athènes, en pleine récession, cette annonce est une aubaine et constitue la dernière pierre d’une série de coopérations. Le Qatar avait déjà investi plus de 750 millions de dollars dans des mines d’or, puis 500 millions d’euros dans le secteur bancaire. Ces accords interviennent deux mois après ceux signés avec l’Italie, prévoyant la création d’une joint-venture destinée à investir dans des entreprises actives dans le secteur du "made in Italy". Cette structure est dotée de 300 millions d’euros, un montant appelé à grimper jusqu’à 2 milliards d’euros d’ici 4 ans, versés à parts égales par le Qatar et la Caisse des dépôts italienne. Il y a dans ce monde en décomposition où est bradé pour des sommes modiques le service public, toutes les bases d’un appel au fascisme pour assurer la paix sociale nécessaire à la transformation capitalistique d’un pays qui reste marqué par des structures archaïques.

Même complicité de l’Eglise grecque. Le philophe grec "néo-orthodoxe" Christos Giannaras apparemment condamne fermement les néo-nazis, mais il réclame un retour à l’identité grecque orientale et en appelle à l’armée pour restaurer "un gouvernement de personnalités et une nouvelle constitution", ce qui est exactement la formule politique des colonels. On peut condamner les excès de Aube dorée, juger ses nervis infréquentables, et dans le même temps chercher aux mêmes une figure présentable, on a connu ça avec Hitler prenant Goering à la place des SA. Le métropolitain Serapium du Pirée déclare que les juifs sont à l’origine du complot international qui vise à détruire la famille, comme chez nous Dieudonné les accuse d’être les inspirateurs du mariage pour tous. Il ajoute dans le même genre qu’ils ont financé Hitler grâce à la famille Rothschild… par moment même le parti communiste grec qui se bat contre Aube dorée a des accents inquiétants en matière d’antisémitisme et pas seulement ; Théodorakis, dans une crise de sénilité, accuse les musiciens orchestraux d’être tous juifs et se confond dans des protestations d’amour et de haine. Ce parti, le KKE, qui mène un combat de classe des plus résolus est aussi dans un isolement qui sur le plan politique est mauvaise conseillère et chacune des erreurs et outrances est exploitée par l’équivalent du parti de gauche dont la stratégie, elle, est pour le moins ambigüe.

Ce qui est sûr, c’est que les confusions se multiplient dans les lieux mêmes où devraient se constituer les oppositions les plus combatives, parce que nous sommes devant l’impossible rassemblement politique des exploités, la difficulté à construire une perspective politique crédible autour de laquelle pourraient se rassembler les Grecs et que le capital en profite pour entretenir les division en faisant proliférer la haine, la peur comme il a su le faire au temps du nazisme…

Parce que si le recours au fascisme intervient ou menace d’intervenir, c’est parce que nous sommes devant un peuple qui manifeste une extraordinaire résistance (c’était aussi le cas du peuple allemand), qui refuse l’étranglement et qui le prouve par toutes les solutions de survie liée à son économie agraire et de petits propriétaires, de fonctionnaires qui inventent un nouveau tissu économique et social, un peuple qui continue à manifester dans les rues et à dire non à l’austérité toutes tendances confondues. Ainsi l’entrée au parlement d’Aube dorée a été facilitée par l’effondrement du Laos, un parti de droite qui avait accepté l’austérité. Un tel peuple pour être dompté a déjà connu la dictature des colonels et l’unanimité qui semble saluer l’arrestation des chefs d’Aube dorée ne signifie en rien un changement véritable dans ce qui génère le fascisme.

On peut donc arrêter Aube dorée et laisser croire qu’un coup d’arrêt est porté à ce phénomène néo-nazi, tant que le ventre sera fécond et il l’est plus que jamais, la bête immonde grandira.

Voir en ligne : sur le blog histoire et société de Danielle Bleitrach

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).