Elections locales en Grèce

Progression significative du parti communiste grec ! la droite le parti socialiste sanctionnés !

, par  pam , popularité : 2%

Le KKE atteint près de 11% au plan national, son meilleur score depuis la fin de la dictature ! Il est le seul parti qui progresse en pourcentage (+3.3%) et en voix (+75 000) par comparaison avec les élections parlementaires de 2009.

La première ronde des élections municipales et régionales a eu lieu ce 7 Novembre, après la réforme administrative qui a fusionné les 1300 municipalités pour en former 325 et les 52 comtés pour former 13 régions [1].

Ce fut le résultat de la fusion des collectivités locales, imposée par le plan Kallikratis" approuvé par la majorité parlementaire social-démocrate, qui, à coté de la fusion des municipalités en unités plus grandes et moins nombreuses et le remplacement des préfectures par les régions, mèneront à de nouveaux et profondément changement contre le peuple.

Le KKE a participé aux élections avec des listes de "rassemblement populaire", parce que dans la Grèce, la participation directe des partis lors des élections locales est interdite. Le "rassemblement populaire" a participé aux élections de l’ensemble des 13 régions de notre pays, et dans 260 municipalités qui recouvrent tous les grands centres urbains et la majorité du pays. Il y avait des milliers de candidats sur les listes de « Rassemblement populaire », qui étaient dirigées par des cadres connus du KKE, su front militant des travailleurs (PAME), des agriculteurs du "rassemblement militant" (PASY), le rassemblement grec anti-monopole (PASEBE), du front de lutte des étudiants (MAS), de l’organisation des femmes de Grèce (OGE), du Comité grec pour la détente et la paix internationale (EEDYE) etc

Ces élections ont eu sur un caractère politique intense, après une période de luttes de classe dures et de grande ampleur contre les mesures anti-populaires que le gouvernement social-démocratie du PASOK, en collaboration avec l’UE et le FMI, a imposé au peuple. Le KKE a été à l’avant-garde ce ces luttes qui ont été menées par le mouvement syndical de classe, le PAME.

Les principaux résultats et l’évaluation politique du KKE

Regions (arranged in order of the percentage of the KKE from the highest to the lowest) KKE (votes) KKE (%)
Northern Aegean 16,877 15.74
Ionian Islands 17,266 15.30
Attiki 202,612 14.43
Thessaly 57,831 13,10
Western Greece 43,399 11.14
Central Greece 35,909 10.87
Central Macedonia 88,631 9.08
Southern Aegean 15,401 9.04
Western Macedonia 15,851 8.22
Eastern Macedonia and Thrace 27,852 7.74
Peloponnese 25,660 6.80
Crete 22,843 6.93
Nationwide result 588,898 10.85%

Il faut tenir compte que seulement 1 an auparavant aux élections législatives, le KKE avait obtenu 517.154 votes (7,54%), et qu’il y a 4 ans aux élections locales de 2006, le résultat global de ses listes électorales dans les 52 comtés était de 479.812 voix (7,22%).

Le KKE relève en particulier que :
- il y a une augmentation de 3,3% (75 000 voix) par rapport aux élections législatives de 2009
- Il y a une augmentation de 3,6% (110 000 voix) par rapport aux élections préfectorales de 2006.

Le KKE avait 40 conseillers élus aux conseils régionaux et plus de 500 conseillers municipaux. Dans deux municipalités (Ikaria et Petroupolis) les candidats du KKE sont au deuxième tour des élections.

Dans certaines municipalités (par exemple, Ilion, Korydallos) les candidats soutenus par le KKE sont arrivés second, mais le premier candidat placé obtenu plus de 50% des voix, il n’y aura pas de second tour.

Le Comité central du KKE s’est réuni le 8 Novembre 2010 pour discuter d’une « première évaluation des résultats du premier tour des élections pour les organes de l’Etat local à un niveau régional et municipal ».

Le CC élaborera ces premières conclusions après le second tour des élections, il les donnera aux organisations du parti pour discussion, à ses amis, sympathisants, alliés et aussi largement que possible de manière à formuler ses conclusions finales.

1/ Concernant le renforcement du KKE

Comme noté dans sa déclaration, le CC du KKE mentionne que « Les résultats du premier tour des listes qui ont été soutenus à l’échelle nationale par le KKE avec le titre « Rassemblement populaire », sont apparues clairement être une force montante gagnant des milliers de voix nouvelles, et donc qu’il a été reconnu que le Parti est le seul parti qui a augmenté en voix et en pourcentage. Avec les données qui ont été recueillies à ce jour, en comparaison avec les élections législatives de 2009, il y a eu une augmentation de 75.000 votes, près de 11%, une hausse de 3,3%.

Le CC est d’avis que, indépendamment des voix, le nombre de personnes qui ont une opinion positive des positions et des analyses du KKE, qui sont intéressés à en apprendre davantage sur notre proposition de politique alternative, qui reconnaissent le rôle politique militante et la contribution du parti, a augmenté.

En même temps, le CC du KKE "remercie et salue tous ces hommes et ces femmes qui pour la première fois ont voté pour les listes qui ont été pris en charge par le KKE, qui ont résisté aux divers dilemmes intimidants, chantages provocants, et aux diverses listes indépendantes qui ont été supportés par la classe dirigeante.

Cette augmentation importante de voix nous donne de nouvelles responsabilités et fonctions.

Nous comprenons la nécessité pour nous de relever le défi d’organiser la lutte et de rassembler le peuple et les travailleurs, d’exprimer le mécontentement et la motivation pour la lutte des larges masses populaires qui apprécient notre rôle et notre contribution, tout en ayant en même temps leur propre point de vue sur diverses questions ".

Le CC du KKE estime que "l’augmentation de notre force dans les élections locales a un certain dynamisme, signale un nouveau chemin pour le rassemblement le plus large des forces populaires contre les politiques qui ont entraîné une détérioration de la vie du peuple, contribué à l’aggravation de la crise et conduit au montage du "mémorandum des barbares [2]" qui se poursuivra durant la crise, ainsi que lors de la reprise, qui sera anémique quand elle arrivera et sera suivie par une nouvelle vague de crises.

Le courant de rassemblement anti-monopoles et anti-impérialiste a renforcé la proposition alternative pour une solution qui a le pouvoir du peuple, la vie des gens comme but, a gagné du terrain.

2/ Les autres forces politiques

Le fait qu’aucune autre force politique ne progresse, en dehors du KKE est un fait politique significatif
- L’influence électorale du PASOK social-démocrate a été réduite de 43,92%, aux élections de 2009, à 34,67% (une baisse d’environ 10% et la perte de plus de 1 million de voix)
- L’opposition conservatrice ND a obtenu 32,82% (environ 1% de moins par rapport à l’an dernier et la perte d’environ un demi-million de voix).
- Le courant opportuniste (SYN/SYRIZA) connaît une crise idéologique et politique, et au cours de la période précédente a montré son manque de fiabilité, collaborant avec les sociaux-démocrates du PASOK dans diverses municipalités, et soutenant les choix du gouvernement du PASOK, a obtenu 4,5%, contre 4,6% aux dernières élections, et a perdu environ 50.000 voix.
- Le parti nationaliste et anticommuniste LAOS a obtenu 4% (environ 1,5% et 150000 voix de moins qu’en 2009). Il convient de noter que, dans trois régions où ce parti n’avait pas son propre candidat, il a soutenu la ND et le PASOK dans une région.
- Les "écologistes" ont obtenu 2,9%, une légère augmentation par rapport à 2009, mais ils perdent en voix (20.000 de moins).

Comme le CC du KKE l’a souligné dans sa déclaration « le PASOK a subi une perte significative de ses forces, tandis que la ND n’a pu convaincre le peuple grec qu’il constitue une opposition au gouvernement favorable au peuple, en dépit de ses manœuvres en vue de promouvoir un caractère prétendument anti-mémorandum. La condamnation du PASOK est claire et incontestable, en dépit du fait qu’il a utilisé dans la période pré-électorale des listes "alternatives" dans certains cas, afin de "voler" des votes, pour cacher son déclin, en utilisant dans le même temps, les vieillles calomnies concernant un front uni anti-pasok de toutes les forces politiques de l’opposition ».

En outre, le CC du KKE, "invite ceux qui voulaient exprimer leur opposition à ND et le PASOK en votant pour d’autres listes de réfléchir sérieusement parce que ces votes ne fournissent pas de solution politique, car la rhétorique d’opposition de ces partis ne s’attaque pas au coeur de la stratégie des partis gouvernementaux, mais à certains aspects et tactiques qu’ils utilisent. La contradiction réelle dans l’économie, dans la société plus généralement, est bien entre les monopoles, les intérêts du capital d’un côté et les travailleurs de l’autre" .

3/ principaux résultats significatifs

. Municipalité KKE
1. Athènes 13,73%
2. Thessalonique 9,50%
3. Piraeus 14,79%
4. Patras 16,42%
5. Irakleio 12,13%
6. Larisa 13,68%
7. Volos 15,23%
8. Peristeri 12,52%
9. Kallithea 18,40%
10. Corfou 26,90%
11. Nikaia-Renti 18,38%
12. Lesvos 13,25%
13. Keratsini-Drapetsona 19,36%
14. Aigaleo 16,90%
15. Glyfada 9,56%
16. Ilioupoli 13,33%
17. Nea Smyrni 10,63%
18. Halandri 15,00%
19. Ilion-Kamatero 20,16%
20. Zografou 12,83%

Le soutien significatif que le KKE a reçu non seulement nationalement mais particulièrement dans les grands centres urbains, où la classe ouvrière Grecque vit et travaille, est d’un grand intérêt : Quelque chose qui constitue un important élément en particulier pour le KKE, le parti de la classe ouvrière.

Le KKE a obtenu une progression significative dans les grandes municipalités où un grand nombre des travailleurs et des couches populaires résident (Voir le tableau ci-dessus). Il est d’une importance particulière de noter la progression significative de l’influence électorale du KKE dans l’Attique (14,4% par rapport à 10,2%), qui comprend la capitale Athènes, Le Pirée, ainsi que les zones industrielles autour de la capitale.

Dans la région de l’Attique, 4 millions de personnes résident et travaillent. Dans 67 municipalités en Grèce (sur les 260 où « le Rassemblement populaire » était présent), le KKE a reçu plus de 11% des voix.

Le CC du KKE note dans sa déclaration que "l’augmentation en voix et en pourcentage du KKE contient d’importants éléments qualitatifs ; la progression a été plus importante en moyenne dans les centres urbains majeurs et dans les grandes régions. L’élément de base de cette progression a été dans les quartiers populaires et du monde du travail, dans les zones où les agriculteurs et les petites entreprises ont des problèmes graves, dans les zones où il y a de meilleures conditions de cosntruire et acquérir de solides bases pour le front socio-politique de la classe ouvrière en alliance avec les travailleurs indépendants et les petites et moyennes agriculteurs.

4/Le phénomène de l’abstention

Dans les dernières décennies, la Grèce a eu un niveau élevé de participation des électeurs par rapport aux autres pays européens. Néanmoins, la participation à cette élection n’a atteint que 61% (comparativement à 71% en 2009).

Nous devons également tenir compte du fait que les listes électorales n’ont pas été mises à jour alors que certains évaluent que 15-20% des électeurs sont décédés sans être effacés des listes.

L’abstention croissante par rapport aux élections de 2009 a donné lieu à diverses interprétations et des analyses politiques.

À cet égard, le CC considère que « une grande partie de l’abstention particulièrement dans l’Attique et dans la municipalité d’Athènes reflète l’indignation et la condamnation par les habitants de la politique du PASOK et ND alors qu’elle a une un caractère politique plus important par rapport au phénomène correspondant aux élections pour le Parlement européen. Elle reflète les évolutions positives, qui sont toujours en cours, vers la libération des peuples des partis bourgeois et la logique de la gestion de la crise du système".

En outre, cette abstention reflète dans une large mesure la condamnation et l’aversion pour le chantage et l’intimidation du gouvernement au cours de la dernière période.

Le CC considère qu’une partie de l’abstention, en particulier parmi les jeunes et les masses qui n’ont pas participé aux luttes, résulte de l’impact de la propagande systématique et de la calomnie de la lutte organisée, de la lutte des classes, de la propagation aux multiples facettes de l’individualisme et la recherche de solutions individuelles aux problèmes aigus.

Le KKE fera tout en son pouvoir pour contribuer à ce que les gens comprennent que l’abstention n’exerce aucune de pression sur les politiques anti-populaires et anti-travail.

Au contraire, elle réduit les possibilités qui existent aujourd’hui, à savoir d’avancer plus rapidement vers le renversement de la convergence négative de forces principalement basée sur le pouvoir du PASOK et ND.

Le KKE appelle les travailleurs à prendre une part active dans la lutte contre les monopoles, contre l’impérialisme et la lutte avec le KKE dans un front radical du peuple qui lutte contre les politiques dominantes dans une direction de contre-attaque, de rupture et de renversement.

En outre, afin que les gens comprennent que le soutien pour les autres partis de l’opposition ne contribue pas au renforcement du front radical du peuple qui lutte contre les politiques dominantes avec fermeté et constance sans hésitation ni manoeuvres de diversion.

5/ Les nouvelles responsabilités du KKE à la lumière des développements

En outre, la déclaration du CC du KKE déclare que « le CC réaffirme que le KKE progressera pour répondre à ses responsabilités accrues, qu’il se battra de façon à remédier aux insuffisances qui ont été identifiées dans son activité. Il mettra l’accent sur la hausse de l’esprit militant du peuple, sur la participation des masses et des jeunes dans la lutte, il fera de nouveaux efforts pour rassembler le peuple et pour former l’alliance de la classe ouvrière avec les travailleurs indépendants, les agriculteurs pauvres, les jeunes et les femmes.

Les travailleurs feront face à une nouvelle vague contre le travail, de mesures anti-sociales, une nouvelle vague de mesures autoritaires alors que la crise va s’intensifier tant en Grèce que dans l’Europe. Ils devront faire face à la gestion conjointe de la mer Égée, qui a déjà été prévu, l’intensification des contradictions intra-impérialistes dans la région.

Compte tenu de ces développements, nous nous emploierons à créer un courant radical plus fort de gens susceptible d’entraver les pires mesures et d’ouvrir la voie à la proposition politique alternative qui est nécessaire pour le peuple et le pays.

Le rassemblement des forces populaires contre les politiques du PASOK et de la ND, contre la barbarie du "mémorandum", contre les choix du FMI et de l’UE qui poursuivent un mémorandum (dont les mesures ne sont pas temporaires), doit s’étendre également au deuxième tour. Pas de support pour les listes du PASOK et de la ND dans les municipalités et les régions où ils prennent part au second tour des élections.

PASOK et ND ne sont ni capables ni prêts à changer. Par conséquent, le détachement de ces deux partis est la meilleure et efficace étape pour ouvrir la voie à des évolutions positives pour la vie des gens. Le second tour des élections locales doit signaler un nouveau départ pour la réorganisation du mouvement, pour la contre-attaque.

Le CC recommande le vote blanc ou nul dans les cas où des représentants d’autres forces politiques ou soi-disant forces indépendantes qui appuient les politiques au pouvoir et entravent la radicalisation de la population, participent au second tour. Le bilan de ces forces et de leurs cadres dans les organes des préfectures et des municipalités jusqu’ici montre qu’ils ne sont pas prêts à désobéir et à résister aux choix antipopulaire de la réforme Kallikratis qu’elles apparaissent comme des indépendants ou candidats "rebelles".

6/ Manifestations le 15 Novembre

Dans le même temps le CC fait remarquer que « la prochaine étape pour le peuple doit être sa participation le 15 Novembre dans les manifestations importantes qui ont été annoncées par le KKE pour que l’opposition de la grande majorité de la population au "mémorandum" soit visible, et avec le slogan que le fardeau de la crise doit être payée par le coupable, les monopoles et la ploutocratie et non pas les gens qui travaillent.

Le CC salue les efforts inlassables des membres, sympathisants et amis du Parti ainsi que des membres et amis de la KNE (jeunesse communiste) afin que la voix, les analyses, les positions et propositions du KKE pourrait atteindre une plus grande part de la classe ouvrière et des masses populaires, de sorte le militantisme populaire, la volonté de résister et la lutte pour l’avenir puisse s’exprimer dans les urnes.

Nous devons continuer à lutter dans le même esprit militant infatigable pour la libération des masses populaires du dilemme du PASOK et ND en vue du second tour des élections locales, pour le succès des rassemblements de masse contre la troïka à Athènes et Thessalonique .

Le CC demande à des centaines de conseillers régionaux et municipaux d’être au côté du peuple qui souffre, de lutter pour les problèmes des travailleurs et du peuple avec les organisations de masse, les militants dans les lieux de travail et les quartiers.

Voir en ligne : article d’origine (traduction par pam)

[1cela nous rappelle la réforme des collectivités en France qui vient d’être adoptée au sénat après la commission mixte paritaire avec la parlement

[2Ce mémorandum est un document qui résume le plan du gouvernement grec

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).