Une question de moyens !
Que propose le Front de Gauche pour augmenter de manière générale les salaires ?

, par  Alfred Gautier , popularité : 3%
]

Le Front de Gauche se fixe l’objectif d’une augmentation générale des salaires. Mais les moyens pour y parvenir sont flous.

Avoir un bon objectif ne suffit pas, encore faut-il savoir quels moyens seront mis en œuvre pour y arriver.

Le Front de Gauche se fixe l’objectif d’une augmentation générale des salaires. C’est très bien. Sauf que les moyens pour y parvenir sont particulièrement flous.

Il n’est ainsi pas proposé de légiférer sur le partage des revenus. Ce serait pourtant possible, comme le rappelle l’expérience (limitée) de la « prime sur les dividendes ».

Certes, l’augmentation substantielle du SMIC aura un effet sur certaines grilles liées par convention au SMIC, mais c’est désormais très limité. L’augmentation du SMIC, hors augmentation générale, aboutira surtout à une smicardisation du salariat, ce dont personne ne veut.

Et l’indexation des salaires sur l’évolution du coût de la vie ne peut être un outil pour augmenter, tout de suite, de manière générale, les salaires. C’est une arme minimaliste.

Alors, quelle augmentation générale, et surtout comment ? Reprenons les seules propositions avancées :

-  « Un salaire maximum sera instauré. Comme le propose la Confédération Européenne des Syndicats, dans toutes les entreprises, l’écart entre le plus bas et le plus haut salaire ne pourra dépasser 1 à 20. Ainsi, les patrons ne pourront gagner plus sans d’abord augmenter les salariés du « bas de l’échelle » ».

Comptons-nous sur le patron pour augmenter les salaires ? Qui peut y croire à part la CES ? De toute façon, si on en reste là, le patron trouvera toujours un moyen de s’augmenter lui et lui seul, à travers des biens en nature, des avantages divers et variés, des bonus, des stock-options etc.

-  « Chaque année, nous réunirons les partenaires sociaux et les différentes collectivités publiques dans une assemblée nationale et des assemblées régionales permettant de fixer des objectifs précis pour l’emploi, les qualifications et les salaires.  »

Passons sur le terme de « partenaires sociaux », qui renvoie à la collaboration entre le capital et le travail… En quoi le fait de se réunir dans des assemblées fait avancer concrètement la question du partage primaire (dans l’entreprise) de la valeur ajoutée ? La CGT peut toujours fixer des objectifs, c’est très bien, mais comment cela se passe ensuite ? Est-ce différent du projet du PS, qui propose une conférence salariale annuelle(1) ?

-  « L’accroissement du taux et de la masse des cotisations patronales sur les salaires sera modulé tenant compte des choix de gestion de ces entreprises.  »
-  « Nous modulerons l’impôt sur les sociétés et le taux des cotisations sociales pour pénaliser les entreprises qui délocalisent, qui développent leurs placements financiers, ou qui se servent des nouvelles technologies pour supprimer des emplois et dégrader les conditions de travail afin d’inciter les entreprises à développer la valeur ajoutée, les formations, les salaires et l’emploi.  »

Notre Parti communiste pense-t-il qu’en maniant la carotte et le bâton il va changer les diktats du patron dans l’entreprise ?

Enfin, il y aurait bien "l’avis favorable des représentants du personnel ou des CE sera obligatoire pour toutes les décisions stratégiques". Mais, d’une part, on ne sait pas ce que recouvre exactement "les décisions stratégiques" et si la question des salaires y est comprise, et d’autre part, c’est une proposition bien distincte du programme, séparée de l’iconographie du chapitre "augmenter les salaires", ce qui laisser penser que pouvoirs des salariés et répartition des richesses sont séparés...

J’attends toujours d’être agréablement démenti...

Gautier WEINMANN, PCF Leforest (62).

(1) Le Parti socialiste propose d’organiser une conférence salariale annuelle où « dans un dialogue triPartite (État, organisations syndicales, organisations patronales) et à Partir d’un diagnostic de la situation économique du pays, les partenaires sociaux établiront un cadre général d’évolution des salaires ayant vocation à orienter les discussions dans les branches professionnelles et les entreprises. Cette conférence devra notamment contribuer au rééquilibrage de la part des salaires dans la valeur ajoutée »

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).