Propositions pour l’action politique.

, par  Robert Auzeby , popularité : 4%
]

Le mouvement social a exprimé et exprime toujours, sous d’autres formes, consciemment ou non, un besoin fort de rupture avec le capitalisme,système en bout de course. Système qui s’accroche pour maintenir ses privilèges de classe, irrémédiablement confronté à ses contradictions fondamentales et notamment celles du capital et du travail, il n’en est que plus dangereux. Pour maintenir son taux de profit ou de rentabilité (seul critère d’efficacité qu’il prend en considération). Il pressure, avec comme chefs d’orchestre les gouvernements qui le servent, de plus en plus les salariés actifs et retraités, programmant de façon systématique le recul social généralisé avec la volonté non cachée de faire disparaître de la réalité française les conquêtes sociales du Conseil National de la Résistance.

Difficultés quotidiennes, misère, situations dramatiques, mal -vie, souffrance, aggravation de la crise du système capitaliste dans sa globalité et dans toutes ses conséquences, telle est la réalité du plus grand nombre. Ainsi le premier janvier a été l’occasion d’un train de hausses tous azimuts pour les ménages, les salariés , les retraités sur des besoins de première nécessité (Assurances, mutuelles, gaz et électricité, déremboursement de médicaments, forfait hospitalier,...etc) fragilisant un peu plus les plus démunis. Quand au pouvoir d’achat des salaires et des pensions, c’est le gel qui est prévu si le salariés ne s’en mêlent pas. Autrement dit : nouvelle baisse programmée du pouvoir d’achat. Idem sur la réforme des régimes complémentaires qui peut être dramatique si on s’en préoccupe pas (Ils représentent 40% à 60% de la retraite selon les régimes !!) Il en est de même pour le projet de loi sur la perte d’autonomie (et non dépendance). La perte d’autonomie doit être un cinquième risque de la branche maladie de la Sécurité Sociale et non une cinquième branche comme le veut le gouvernement ouvrant ainsi toutes grandes les portes au financement privé et aux spéculateurs. Le besoin de son financement représente d’ici 2025 moins de 1 point du PIB ( 20 milliards d’euros à comparer aux 350 milliards d’euros de la Sécurité Sociale) Sécurité Sociale s’appuyant sur la solidarité, la répartition des richesses et le concept révolutionnaire “De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins” une conception de l’être humain de la naissance à la mort.

Or, dans le même temps une info n’a pas fait la une des télés et des journaux et pourtant elle est d’importance : les actionnaires du CAC 40 vont se partager pour 2010, 43 milliards d’euros , soit 13% de plus qu’en 2009 ! Ils vont se partager les fruits du travail des salariés. Pour que quelques uns aient plus, toujours plus, il faut que tous les autres aient moins et toujours moins. On en est là, au coeur de l’affrontement de classe entre le travail et le capital. C’est aussi une nouvelle démonstration que les moyens existent réellement pour changer de société.

Cette situation gravissime pour notre peuple appelle avec force l’élaboration de propositions communistes actant cette rupture avec le système capitaliste et permettant la transformation de la société dans ses fondamentaux. Des décisions fortes engageant un processus irréversible sur la maîtrise et les conditions de la création des richesses et leurs répartitions ; seule la force de travail des salariés dans le processus de production est créatrice de richesses, de valeur. Les richesses sont le fruit du travail collectif des salariés et leurs utilisations, leur répartition doivent être collective au service de l’emploi, de la protection sociale, des salaires et des pensions, de l’école...

Le capital n’est rien d’autre que du travail social accumulé et accaparé. Le moment est venu et la situation sociale, économique et politique exige que le création de richesses soient utilisée au service de tous et non de quelques uns. Ainsi les secteurs clés de la production (industrie, énergie,...) et des finances (pôle public financier) doivent être sous gestion publique (nationalisations franches) avec des droits renforcés des salariés dans les entreprises (contrôles et interventions dans la gestion). Une question centrale est celle d’un pôle financier public de financement de l’industrie. C’est la fondation du développement de toute la société, la source première de toutes les créations d’emplois.

Des propositions communistes concernant également l’ensemble des services publics avec un réel contenu de service public et non plus des montages qui sous l’appellation ”intérêt général” font la promotion d’un mic mac public/privé dont nous connaissons les conséquences (les charges de financement publics, les profits aux financements privés). Mais la question de la propriété collective des grands moyens de production et d’échange , la répartition collective des richesses créées ne résout pas toute la question du changement nécessaire. Il est, dans le même mouvement, incontournable et décisif que les salariés, les citoyens s’emparent d’espaces d’interventions dans tous les domaines, à tous les niveaux qu’ils soient en permanence acteurs du processus engagé et non pas uniquement décideurs en exprimant un choix (si important soit-il) lors des échéances électorales.

Des propositions communistes à porter dans le débat citoyen, enrichies par cette confrontation citoyenne. Des propositions communistes nourrissant la confrontation collective et contribuant à élever le niveau de conscience de ce qu’il est nécessaire de mettre en œuvre pour qu’il y ait vraiment rupture avec le système capitaliste et construction d’une autre société, et non accompagnement et gestion des intérêts du capital, au rythme que choisira notre peuple en s’appuyant sur les réalisations réellement engagées, comme point d’appui, comme leviers dans un processus, un mouvement perpétuel, où dans la résolution des contradictions, naissent des solutions de qualité supérieure au service de la collectivité. Tout comme il faut poser haut et fort dans le débat la nécessité de s’affranchir de l’Europe du capital, de la finance, des spéculateurs.

Des propositions communistes portées par un parti communiste et ses militants, s’adressant largement à la population pour un rassemblement de tous ceux qui ont intérêt et un besoin vital que change concrètement leur quotidien, cette approche, cette conception dans le rassemblement va bien au delà d’un “Front de gauche” qui n’est pas un parti politique mais un espace de rassemblement et non tout l’espace du rassemblement citoyen qu’il est indispensable de mettre en œuvre sans quoi il y aura au mieux stagnation et sans doute régression encore plus profonde.

Le rôle du parti communiste, de ses militants, des ses candidats aux élections cantonales, de son candidat à l’élection présidentielle puis aux législatives, c’est d’être utiles, efficaces (cela ne se décrète pas mais se démontre) à la concrétisation des décisions qu’il faudra mettre en application pour construire la transformation de la société que l’intérêt collectif exige même si pour une part c’est encore inconsciemment qu’il l’exprime. C’est bien là que sont les responsabilités qui sont les nôtres, celles d’un parti communiste, ouvert constructif, au cœur du mouvement social pour que le débat jaillisse, fortement ancrée sur les fondamentaux du possible et du nécessaire la mise œuvre d’une société centrée sur l’humain et non sur le vol de masse qu’est le profit privé, contribuant ainsi à mettre un terme à l’injustice première de l’exploitation capitaliste : que c’est ceux qui sont à l’origine de la création des richesses qui en sont spoliés.

Personne ne défendra nos idées, nos conceptions à notre place. C’est quand le parti communiste existe, est présent dans la vie politique, actif et de l’originalité de ses propositions communistes que l’on mesure les périodes d’avancées significatives, de progrès social pour le monde du travail et la société.
Concernant l’élection présidentielle il ne s’agit pas d’avoir une candidature communiste pour une candidature communiste mais une candidature communiste porteuse avec le parti communiste et ses militants de proposition communistes résolument anti-capitalistes et novatrices pour changer réellement et en profondeur la société, la transformer et sans lesquelles il est illusoire d’envisager un après système capitaliste. Être crédible c’est dire ce que l’on veut faire et faire ce que l’on dit.

La réalité profonde des choses et des phénomènes est très souvent contraire aux apparences. Il nous appartient collectivement de faire partager l’analyse des causes de cette réalité cachée pour transformer en moyen de changement irréversibles. C’est de tout cela, c’est ma conviction que les citoyens et les travailleurs de notre pays ont besoin. Candidats communistes et propositions communistes sont indissociables dans le rassemblement que nous devons susciter et promouvoir, à l’écoute des autres mais avec nos propositions claires sur les enjeux pour réussir le processus d’un réel changement de société

Robert Auzeby

militant syndical, membre du comité départemental de l’Hérault du PCF.

Les titres et parties soulignées sont de la rédaction

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).