Piètres fondateurs de l’Europe

, par  auteurs à lire , popularité : 1%

Qui sont réellement les fondateurs de l’Europe ? Est-ce-que leurs vies personnelles peuvent nous éclairer sur l’évolution de cette union qui nous a promis la paix et la croissance depuis 70 ans et ce pour l’éternité ? Cette association continentale a-t-elle pour but d’éviter le partage et le repartage des capitaux du continent ? Est-ce un lieu où l’on libéralise les échanges et où on facilite la concurrence, ce qui abouti à un contrôle de l’économie européenne par les grosses sociétés ? Est-ce le faux nez de l’impérialisme dominant pour se prémunir des impérialismes émergents ? Dans le livre « Le carcan européen » (édition Delga), Annie Lacroix-Riz nous apprend à cerner les principaux pères de l’Europe pour mieux comprendre ce qu’elle représente.

Robert Schuman ex-leader de l’Action catholique mosellane, valet lorrain du fascisme clérical de la dynastie Wendel :
Il avait dans l’entre-deux-guerres soutenu l’autonomisme alsacien financé par le Reich avant et sous Hitler. Après avoir voté les pleins pouvoirs à Pétain et conservé son poste de sous-secrétaire d’État aux réfugiés lors du premier gouvernement Pétain (17 juin 1940) il était rentré ensuite en Moselle annexée par le Reich où il détruisit soigneusement ses archives personnelles. Ses œuvres personnelles échappèrent à la Haute Cour de Justice mais ce fut suffisant ; il fut jugé et frappé d’une peine d’indignité nationale et d’inéligibilité pour ces seules activités de 1940 ! Rétabli peu après dans ses droits civiques, il accéda dès juin 1947 aux postes de ministre des affaires étrangères des finances puis de président du conseil, ministre de la défense. Il fut maintenu Ministre des affaires étrangères de 1948 à 1952 sur ordre de Washington.

Jean Monnet d’abord réformé en 1914, marchand d’alcool pendant la Prohibition, fondateur de la Bancamerica à San Francisco, conseiller de Tchang Kaï-Chek pour le compte des États-Unis. Puis, à Londres en 1940, Monnet refuse de s’associer à la France Libre pour, en 1943, devenir l’envoyé de Roosevelt auprès du général Giraud (homme de paille états-unien). Homme de confiance de la City et de Wallstreet, il n’a cessé de servir les intérêts de la banque Lazard.

Henri Spaak a été formé par les États-Unis et financés par la CIA. Il fut un partisan de la « politique neutraliste » dans l’entre-deux guerres. Le gouvernement dans lequel il était ministre des affaires étrangères en mai 1940 prit la funeste décision d’arrêter tous les nationaux allemands réfugiés en Belgique (juifs et résistants aux nazis) et de les déporter en France dans des conditions inhumaines, d’où ils partirent pour Auschwitz et les chambres à gaz.

En Italie dès 1945, les États-Unis érigèrent la Démocratie chrétienne à partir d’un ramassis de collaborationnistes, de monarchistes et de fascistes considérés à juste titre comme un rempart au communisme. Son dirigeant principal, Alcide De Gasperi, président du Conseil Italien et ministre des Affaires étrangères de 1946 à 1953, recevait secrètement de l’argent de la CIA.

Le maire de Cologne, Konrad Adenauer un des chefs de droite du Zentrum, partisan déclaré de la revanche et du réarmement, apôtre de l’Anchluss qu’il déguisait en projet pacifique d’européanisation de l’Europe. Une fois chancelier, après la guerre, Adenauer a mis des fidèles du régime nazi à la tête des forces armées ouest-allemandes.

À leurs décharge, le recyclage de nazis, fascistes ou collaborationnistes fut effectué par toutes les démocraties occidentales qu’ils soient ou pas précurseur de l’union européenne. Incontestablement ce genre de précision nous donne un indice fort sur l’objet de leur création. Comment, avec un passé si trouble, pourraient-ils nous offrir un futur radieux ?

Voir en ligne : Source

Brèves Toutes les brèves

  • Quelle gauche reconstruire ?

    Décidément,
    Depuis des années, l’orientation du parti communiste tourne et retourne autour d’une seule question, la (...)

  • La fin des partis ?

    Suite de "tout change pour que rien ne change"
    Les partis politiques seraient donc dépassés... Ils seraient (...)

  • Un candidat PCF ?

    Il y a une circonscription où le PCF présente un candidat, au milieu des quelques cas de candidats PCF-FI, ou des (...)

  • Pierre Laurent, la dérive...

    Pierre Laurent vient de diffuser une lettre aux salariés de l’énergie pour se différencier du programme anti-nucléaire (...)

  • Fanon, les communistes...

    Des jeunes peuvent facilement découvrir cette magnifique chanson de Ferré "les anarchistes"... Ils n’auront jamais (...)

  • JLM, la mer et l’énergie...

    Le soutien à Jean-Luc Mélenchon doit avoir les yeux grands ouverts sur les risques d’une bataille personnelle qui se (...)

  • D’ou vient Macron....

    Centriste Année Voix %inscrits %exprimés Lecanuet 1965 3 777 119 13,06 % 15,57 % Poher 1969 5 268 651 17,85 % 23,31 (...)

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).