Penser une gauche rationaliste avec Lénine

, popularité : 3%

voici un article publié par un jeune communiste dans le journal de la JC, l’avant-garde qui nous réjouit. Contrairement aux souhaits macabres de l’impayable Roubaud-Quashie qui dit dans son éditorial du numéro spécial de l’Humanité sur Lénine, "les fins connaisseurs de V. I. Oulianov se raréfient promptement au sein du PCF, au rythme des hospitalisations et des décès.", ce sont des jeunes qui prennent le relais ! Lénine est l’avenir du PCF !

Penser une gauche rationaliste avec Lénine

Cent ans après sa mort, on revient sur l’apparent « détour » philosophique de Lénine qui, en 1909, entre deux révolutions, prend le temps de développer une théorie de la connaissance. Ce moment aboutira à la sortie de Matérialisme et empiriocriticisme. Lénine ne fut pas seulement chef de parti, homme d’État et théoricien politique, il était un théoricien marxiste au sens très large.

Je crois qu’on peut retenir de son exigence théorique l’idée que la connaissance de la réalité est de première utilité pour transformer le monde.

Le rapport de la pratique humaine au savoir, et donc le rapport de la pratique politique au savoir, est pour Lénine un enjeu politique. Une pratique guidée par la connaissance permet un progrès historique, autant dans le domaine de la science que dans celui de la politique.

En bref, selon Lénine, si on connaît scientifiquement le monde, alors on peut le transformer.

Le politique n’est donc pas indifférent au débat entre philosophes et scientifiques sur l’existence d’une réalité objective indépendante de la conscience que nous en avons et, surtout, sur la possibilité de la connaître scientifiquement. Bien sûr, pour Lénine, la réalité objective, la « matière », existe et on peut la connaître, il prend clairement parti pour le « matérialisme ».

Il y a deux dimensions à cette position matérialiste et dialectique : la connaissance scientifique du monde permet la transformation sociale ; la pratique scientifique et industrielle prouve quotidiennement cette possibilité, et permet d’approfondir les connaissances. Ni la réalité objective ni les connaissances ne sont immuables.

Autrement dit, le progrès scientifique conditionne la production expérimentale et industrielle et il passe à la fois par elles. La transformation de la nature par le travail est un fait, la science est un fait, c’est tout à fait évident pour Lénine, car c’est de l’ordre de l’expérience et de la pratique quotidiennes : on réalise des composés chimiques qui produisent les effets attendus, on brise des atomes pour se fournir en énergie, on produit des alliages de métaux, etc. On fait l’expérience que des réalités imperceptibles, jusqu’alors inconnues, peuvent être appréhendées par la conscience grâce au développement des connaissances, et le fait qu’on agisse avec succès sur ces réalités imperceptibles est une preuve de la connaissance.

Lénine ne prétend pas se substituer aux scientifiques en affirmant comment la « matière » est structurée ou quelles en sont les propriétés : pour lui, la catégorie de « matière » permet d’affirmer l’existence d’une réalité indépendante de la conscience. S’il se soucie de ce débat, c’est bien parce que des idéologues font primer la foi sur la raison, parce qu’ils relativisent la valeur de la raison par rapport à la foi. Ces idéologues sont des adversaires politiques pour le révolutionnaire. Défendre, comme Lénine, la conception matérialiste et dialectique du monde, défendre les sciences, c’est inséparable d’affirmer que le changement de société est possible.

On doit à Lénine plus qu’à d’autres l’émergence d’une culture politique rationaliste, qui entretient des rapports avec les sciences, et donne au progrès des connaissances un rôle moteur dans son projet politique. Lénine, c’est l’héritage d’une gauche du réel et de la raison.

Amado Lebaube

Voir en ligne : publié sur l’avant-garde

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).