Notre camarade Maxime Gremetz est aussi candidat à la candidature

, par  communistes , popularité : 2%
]

Interview de Maxime Gremetz lu sur Rue89

PCF : Gremetz est « candidat et demande des primaires »

Par Julien Martin, Rue89

Le 21 janvier 2011

Après les candidatures des députés communistes André Chassaigne et André Gerin, puis celle de l’eurodéputé du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon, c’est au tour du député apparenté communiste Maxime Gremetz d’« officialiser » la sienne ce vendredi après-midi dans un entretien accordé à Rue89, fustigeant au passage l’actuelle direction du PCF et l’ancien socialiste.

L’appel à candidature ouvert le 7 janvier par le Parti communiste français a donc bien été entendu, même si font toujours débat les modalités retenues. La direction du PCF a décidé que le candidat désigné pourrait ne pas être issu de ses rangs et pourrait concourir en 2012 sous la bannière du Front de Gauche, qui rassemble également le Parti de Gauche et la Gauche unitaire.

Le nom d’un candidat sera ensuite arrêté par la conférence nationale des 4 et 5 juin. A l’issue de ce processus, les militants communistes seront enfin appelés à voter les 16, 17 et 18 juin, mais ne pourront qu’accepter ou refuser le candidat proposé. A l’inverse du Parti socialiste, le Parti communiste n’entend pas organiser de primaires entre tous les candidats.

« Communiste je suis et communiste je resterai »

Rue89 : Allez-vous répondre à l’appel à candidature lancé par le Parti communiste français ?

Maxime Gremetz : Oui et j’officialise ici ma candidature dès aujourd’hui ! Mais je demande des primaires entre tous les candidats.

Rue89 : Que reprochez-vous à la solution retenue par la direction du PCF ?

Maxime Gremetz : Ils pensaient que tout le monde allait se mettre d’accord autour d’une même candidature qui ferait consensus, mais il y en a plusieurs. Alors comment les départager autrement qu’en faisant voter tous les militants communistes ? C’est comme si au PS, on disait qu’il n’y a que Strauss-Kahn qui est candidat et que les militants socialistes ne peuvent se prononcer que sur lui.

Mais surtout, c’est contraire aux statuts du Parti communiste français [l’article 18 dispose : « La décision de présenter au nom du parti ou de soutenir des candidats aux différentes élections est prise par les adhérents. Les propositions de candidatures, après appel à candidature, peuvent émaner des assemblées générales et des instances départementales et nationales comme être présentées dans le parti à titre individuel », ndlr].

« Mélenchon léchait les pompes de Jospin »

Rue89 : Si vous êtes désigné, allez-vous concourir sous la bannière du PCF ou du Front de Gauche ?

Maxime Gremetz : Même si quelques apparatchiks de la Somme refusent de me donner ma carte, ce qui me vaut d’être considéré comme apparenté, communiste je suis et communiste je resterai. Je ne veux pas qu’on enterre mon parti sous prétexte d’un Front de Gauche. Notre peuple a besoin d’un Parti communiste français et pas d’une formation électoraliste qui ne sert qu’à avoir quelques ministres.

Rue89 : Pensez-vous que c’est l’objectif de Jean-Luc Mélenchon ?

Maxime Gremetz : Je me souviens de Mélenchon qui léchait les pompes de Jospin pour avoir un petit secrétariat d’Etat [le ministère délégué à l’Enseignement professionnel de 2000 à 2002, ndlr] et qui disait que les amendements communistes étaient de la merde. Mélenchon reste socialiste et veut finir le travail de Mitterrand, qui voulait achever le PCF.

Rue89 : Que répondez-vous à ceux qui estiment que c’est le seul candidat capable de franchir la barre des 5% en 2012, permettant d’obtenir le remboursement des frais de campagne ?

Maxime Gremetz : Le Parti communiste français serait-il réduit à ça ? Non, moi je pense qu’il a de l’avenir !

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).