Nation, Langue et élection européenne

, par  Mireille Popelin , popularité : 1%

Comment peut-on être contre la suppression des communes et pour la charte des langues régionales ?

Ainsi le groupe démocrate et républicain (15 élus) qui comporte aussi des communistes ! a voté pour la ratification des langues régionales le mardi 28 janvier 2014 :

Pour 11
Contre 4

Je salue les 4 résistants qui ont voté contre :
- Jean-Jacques Candelier
- Patrice Carvalho
- Marc Dolez
- Nicolas Sansu

Total des votes : 510 exprimés.
- Pour 361
- Contre 149

En pourcentage, il y a plus d’opposants dans l’ensemble des votants que dans le groupe où siègent les communistes !

Comment peut-on militer contre la métropole et ne pas voir ou refuser de voir que la charte des langues régionales, c’est la suite logique à la politique de droite (celle de Jean Paul Huchon exposée dans son livre publié en 2008) :

- Question : Sur quel territoire pourrait-on rompre avec l’unicité de la loi ?
- Réponse : La seul possible aujourd’hui, c’est la région

Pour le sieur Huchon, la rupture serait totale, l’éducation serait régionale, suppression du CNRS, privatisation de tous les services publics (c’est déjà bien engagé !).

La nation ?

"Je me sens plus européen que français. Je n’aurais aucune difficulté à vivre dans une patrie qui serait l’Europe avec une partie secondaire qui serait la région dans laquelle je vis."

Pour Huchon, à bas la nation, à bas la République une et indivisible !

C’est la politique de Huchon que suivent nos élus communistes ? Évidemment, s’ils suivent cette ligne, il faut donc, sous prétexte de "diversité linguistique" et "d’ouverture culturelle", dés-officialiser "la langue française, notre langue nationale (relire l’article excellent de Georges Gastaud du 27 janvier 2013), refuser la balkanisation des nations d’ Europe".

Dans cet article, il dit tout sur le projet européen de la droite, qui est aussi celui du parti socialiste.

France-région dans une Europe des régions, avec disparition des communes, création même de régions transfrontalières, avec un soutien pour les régions fortes économiquement et abandon des faibles. Avec l’anglais patronal...

Pour imposer un capitalisme mondialisé

Destructeur de tout (nation, territoires, acquis sociaux, lois protectrices, services publics) et langues régionales pour diviser encore plus les citoyens entre eux ! Est-ce ainsi que nous pourrons regagner notre souveraineté nationale et populaire ? D’autant que l’apprentissage de ces langues existe déjà.

Sommes-nous d’accord avec des "Saverne" partout ? Avec l’obligation de traduire les textes officiels etc. L’administration croule sous la charge de travail un peu partout (justice etc.), il manque des postes, quel coût supplémentaire !

Comment ne pas faire le lien entre la suppression des communes et la charte des langues régionales ? (Une pétition circule contre le vote de cette loi).

Nous savons (je suis enseignante) que c’est la non-maîtrise de la langue française, notre langue nationale, qui est pour beaucoup dans l’échec scolaire, surtout des enfants de familles immigrées. Il faut donc, nous communistes, lutter pour garder notre belle langue, lutter pour des moyens à l’éducation nationale pour qu’elle soit bien enseignée.

Lutter aussi pour faire comprendre l’enjeu de cette défense de notre langue nationale.

Le vote aux européennes

Nous sommes en période électorale. Les communistes militent pour garder leur commune et leurs élus (le plus possible). Cette politique est claire, avec des
objectifs clairs. Mais l’Europe ?

Comment peut-on militer contre cette Europe destructrice, le carcan et vouloir y entrer ou faire entrer des militants ?

Un carcan, on lutte pour s’en dégager. Cette Europe ne peut avoir un parlement européen, il n’y a pas de peuple européen ! Donc pas de communauté politique
à l’échelle de l’Europe. Donc pas de démocratie. On peut s’étonner que les gouvernements UMPS donnent sans cesse des leçons de démocratie, l’imposent (?) même parfois avec des chars et des mitrailleuses ! Et cherchent à nous faire avaler cette Europe non démocratique, niant notre vote national (en 2005) pour nous l’imposer !

Boycott aux élections européennes

Moi, j’ai pris ma décision : je boycotte le vote aux européennes. Et je vais essayer de faire conjuguer ce verbe pour que tu, il, elle, nous, vous et beaucoup de ils-elles boycottent ! Je refuse de continuer cette mascarade.

Nous ne pouvons pas dénoncer sans arrêt cette Europe qui ne sera jamais progressiste et continuer ce jeu qui consiste à faire élire des militants pour entrer dans ce carcan. Un carcan, on l’aime ou on le quitte ! Nous sommes des milliers à ne pas l’aimer. Alors ? Ceux qui l’aiment ce sont ceux qui en profitent.

Comment retrouver notre souveraineté nationale, populaire, monétaire en votant aux européennes ?

Sortir de l’euro, sortir de l’Europe ? Alors, prenons la décision de boycotter les européennes !

Mireille Popelin

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).