Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent 5 questions qui demandent des réponses claires...

, par  Hugues Miller , popularité : 2%
]

Hayange, le 13 juillet 2011

Chers camarades,

La crise du capitalisme est là. Elle menace les uns après les autres tous les pays d’Europe. Le peuple a besoin de réponses claires. Jamais autant que maintenant il n’est apparu que les demi-mesures et l’accompagnement du système ne peuvent apporter de solution.

Vous avez décidé de conjuguer vos efforts pour imposer aux militants communistes la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux élections présidentielles. C’est chose faite. Cependant, personne ne peut ignorer que de très nombreux communistes se sont prononcés pour une candidature communiste (je faisais partie de ceux-là). Par ailleurs, quel que soit leur choix lors de la consultation interne, je suis persuadé que tous les militants communistes veulent que notre parti assume, comme il a su le faire dans les grands moments de l’histoire de notre pays, toutes ses responsabilités pour faire face à la crise et dégager des solutions positives pour les travailleurs et le peuple de notre pays. Des millions de salariés, de jeunes, de chômeurs, de retraités sont victimes de toutes les politiques de casse sociale, de destruction des services publics, de suppressions de postes, de blocage des salaires : n’est il pas temps d’ouvrir une autre issue politique à laquelle aspire une grande majorité de français ? Dans l’année qui vient, de grandes questions vont être posées. Elles devront, d’une manière ou d’une autre, trouver des réponses.

Puisque Jean-Luc Mélenchon représente le Front de gauche à l’élection présidentielle, puisque Pierre Laurent, comme secrétaire national du parti, est en charge de notre campagne dans le cadre des élections législatives, il vous revient de répondre clairement aux questions et demandes suivantes :

1) Allez-vous reprendre l’argumentation que nous avions développée comme Parti communiste français en 1992 dans la bataille pour le Non au traité de Maastricht. Qu’on ne tourne pas autour du pot. Il ne s’agit pas de « désobéir à Lisbonne », de redemander une « réorientation de la politique de l’Union européenne », ou d’un éphémère contrôle politique sur la « Banque centrale européenne ». Le traité de Maastricht institue la Banque centrale européenne comme indépendante de tout Etat et gouvernement. Tant que ce traité ne sera pas remis en cause, c’est-à-dire dénoncé, abrogé, il n’y aura aucune possibilité d’une Europe sociale. La BCE, avec le FMI et la Commission européenne, est en train d’imposer un plan d’austérité draconien à tous les peuples, à commencer par ceux de Grèce d’Irlande, du Portugal et d’Espagne mais cela ne s’arrêtera pas là. Le pacte euro plus de Merkel et Sarkozy entend bien détruire toutes les conquêtes ouvrières et cela au nom de la réduction des déficits publics dont on sait qu’ils sont fabriqués par l’aide aux banques et, du coup, le remboursement des intérêts de la dette.

Donc la question est simple : Etes-vous oui ou non favorable pour que la France se retire du traité de Maastricht et dénonce l’Union européenne, êtes vous pour l’abandon de l’euro ?

2) Nicolas Sarkozy a dû renoncer à faire voter sa réforme pour constitutionnaliser la rigueur, mais il entend bien sûr pratiquer la politique européenne de réduction des déficits.

Deuxième question simple : Pensez-vous qu’il faut se libérer du dogme de la réduction des déficits publics et dire clairement que le peuple ne doit rien, il n’a pas à payer ?

3) Des millions de travailleurs ont manifesté contre la réforme Sarkozy de destruction de nos régimes de retraites par répartition. Les récentes décisions gouvernementales allongeant la durée de cotisation pour les générations nées après 1955 montrent que c’est une spirale sans fin. Après ils veulent créer la retraite par points. Cela suffit. Stop !!

Le 3e point est donc une demande :

Prononcez-vous publiquement pour l’abrogation des loi Woerth et Fillon, le retour à la retraite à 60 ans pour tous à taux plein (cela est d’autant plus important que l’on voit que les dirigeants du Parti socialiste ne sont pas clairs à ce propos, c’est le moins que l’on puisse dire).

4) L’Union européenne et le gouvernement Sarkozy sont en train de remettre en cause tous nos acquis, de détruire toutes les conquêtes du CNR de 1945. La catastrophe de Fukushima au Japon vient de rappeler ce que signifie la privatisation des services publics. (Nous savons que cela signifie « désobéir aux directives européennes ». Et alors ?) Précisons que la renationalisation d’EDF-GDF est inséparable du retour au monopole du transport, de la distribution et de la production.

En conséquence, voici une nouvelle demande : Dites clairement partout dans la campagne que vous êtes en faveur de la renationalisation et du retour en monopole public d’EDF-GDF et de la Poste ainsi que de l’arrêt de tout processus de privation en cours des Services Publics ?

5) Les Communistes et les forces de progrès ont toujours combattu contre la guerre. C’est notre histoire. Le gouvernement français est engagé dans un nombre croissant d’opérations militaires. Il participe à l’agression contre la Libye dans les airs et au sol.

C’est une évidence : Ce n’est pas aux gouvernements impérialistes de décider du sort des peuples. L’expérience de l’Irak et celle de l’Afghanistan sont toutes proches. Vous devez dire partout, dans toutes les réunions : Arrêt de l’intervention en Libye et ailleurs, retrait de toutes les troupes françaises !


Ce sont là, chers camarades, cinq questions et demandes auxquelles vous devez répondre clairement puisque vous avez pris la responsabilité de la direction des campagnes présidentielles et législatives. J’appelle les Communistes qui se retrouvent dans ces questions et demandes à les appuyer en contresignant cette lettre.

Signatures à retourner à : MILLER Hugues 46 rue Jacqueline Auriol 57700 HAYANGE
- hugues.miller@cegetel.net
- ou bulletin.communiste564@gmail.com

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).