Les campagnes nauséabondes de la direction du PCF

, par  Caroline Andréani , popularité : 2%

Caroline Andréani rappelle les méthodes de la direction contre ses opposants !

« Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage » dit le vieil adage. Voilà qui s’applique parfaitement au Parti communiste, dont on reconnaît bien les pratiques rancunières avec la tentative d’exclure André Gérin.

Souvenez-vous…

En 2002, à cause de divergences politiques affirmées avec la direction nationale et avec la fédération de Seine-Saint-Denis dirigée par Michel Laurent, Jean-Jacques Karman se présente à l’élection législative sur la circonscription Aubervilliers-La Courneuve. Muguette Jacquaint avait annoncé sa décision de ne pas se représenter. Jean Jacques Karman, qui avait été son suppléant durant plusieurs mandatures, pensait se présenter. Mais la fédération préfère donner l’investiture à Gilles Poux, le maire de La Courneuve. Finalement, la fédération, jugeant que la candidature de Gilles Poux n’est pas suffisamment solide, appelle Muguette Jacquaint à la rescousse. Au lendemain du 1er tour de la présidentielle et du duel Chirac-Le Pen, le Parti développe toute une argumentation contre Jean-Jacques Karman, l’accusant de faire le jeu du Front national, d’être un allié de l’extrême droite, puis sautant le pas, d’être un « doriotiste ». Elle tente y compris d’exclure l’empêcheur de tourner en rond en instruisant un procès politique. Après une exclusion prononcée par la section d’Aubervilliers dans laquelle Jean-Jacques Karman ne met plus les pieds depuis des mois, puisqu’il est à l’initiative de la création d’une deuxième section animée par la Gauche communiste, la direction fédérale tente de faire voter son exclusion. Ce sont les refondateurs, scandalisés par la manœuvre, qui s’y opposent et qui empêchent l’exclusion.

En février 2005, Claude Gewerc, président socialiste du Conseil régional de Picardie, limoge son vice-président Maxime Gremetz. Il l’accuse, sans preuve, d’avoir été élu représentant de la région dans le Conseil d’administration de l’Agence régionale d’hospitalisation avec les voix du Front national. Au lieu de soutenir leur camarade, des élus communistes hurlent avec les loups. Dans un article du Parisien (1/02/2005), ils déclarent : « A l’heure où l’on commémore la libération des camps de la mort, Maxime Gremetz ne peut pas rester élu avec ces voix abominables. Pour laver cet affront, il doit démissionner de ce poste ». Un avertissement signé par les trois secrétaires départementaux du PC, dont Thierry Aury pour l’Oise.

Non seulement la direction nationale cautionne, mais elle lâche la bride à des dirigeants fédéraux et des élus pour apporter leur témoignage à Claude Gewerc, attaqué en diffamation par Maxime Gremetz. Ce sont donc des communistes qui accusent un des leurs d’être complice du FN pour servir la soupe au président socialiste du Conseil régional. Quelle gifle quand, en 2008 puis en 2010, la justice condamne Claude Gewerc pour diffamation, n’accordant aucune foi aux témoignages fournis par ces mauvais camarades !

Cela n’empêchera pas la direction fédérale et la direction nationale de poursuivre leurs petites manœuvres d’appareil. Le bilan est-il globalement positif ? Difficile d’y croire quand on mesure les dégâts : une fédération vidée de la moitié de ses adhérents, des circonscriptions perdues. Sans parler du ridicule des élections régionales où les communistes dans la ligne reconnaissent publiquement avoir présenté une liste contre Maxime Gremetz (et n’être pas payés en retour puisque les socialistes refusent de les intégrer dans leur liste au 2e tour !). Cerise sur le gâteau, les députés communistes avalisent la décision du président de droite de l’Assemblée nationale et sanctionnent Maxime Gremetz qui démissionne. Un poste de député perdu : belle victoire, décidément !

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).