La Commission Trilatérale, à Berlin ce week-end La Commission Trilatérale appelle à la constitution d’un bloc Europe-Afrique intégré

, par  auteurs à lire , popularité : 8%

Deux informations que les grands médias ne diffuseront pas. La commission trilatérale se réunit à Berlin. Elle propose entre autre choses un "bloc Europe-Afrique intégré " par les voies de Peter Sutherland, PDG de Goldman Sachs International, et Elisabeth Guigou, ex ministre française, présidente de la commission des Affaires étrangères.

Rapport de la commission trilatérale pour la création d’une communauté euro-méditerranéenne, puis euro-africaine.

(Agence Ecofin) - Rédigé par 5 auteurs dont Peter Sutherland, PDG de Goldman Sachs International, et Elisabeth Guigou, ex ministre française, présidente de la commission des Affaires étrangères, le dernier rapport de la Commission Trilatérale plaide pour la création aussi rapide que possible d’une communauté euro-méditerranéenne, dans un premier temps, puis euro-africaine.

Pour Peter Sutherland, les printemps arabes ont créé les conditions pour l’établissement d’un grand marché unique EuroMed qui permettra de multiplier par 3,5 à 4 les échanges entre l’Europe et l’Afrique du Nord en conjuguant l’expérience et les moyens de l’Europe avec la jeunesse et le dynamisme d’une population africaine jeune.

Selon les auteurs, ce marché nécessitera une « Europe ouverte », ce qui implique quatre libertés fondamentales : libre circulation des biens, y compris agricoles et textiles, des services, du capital et surtout des personnes. C’est sans doute sur ce dernier point de la libre circulation que le projet aura le plus peine à se réaliser pour des raisons politiques.

Cette libre circulation est pourtant inéluctable aux yeux des auteurs car l’Europe, vieillissante aura de toute façon besoin d’immigration.

D’ici 2050, la population européenne comptera 500 millions d’habitants, tout comme les pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient. Pour Elisabeth Guigou, avec la population de l’Afrique subsaharienne qui rassemblera 2 milliards d’habitants en 2050, un « bloc euro-africain atteindrait alors 3 milliards d’êtres humains », c’est-à-dire plus que la Chine et un tiers de la population mondiale.

La Commission Trilatérale est une organisation privée créée en 1973 par les Américains David Rockefeller, Henry Kissinger ou encore Zbigniew Brzezinski. Elle regroupe plus de 300 personnalités parmi les plus influentes dans les domaines politique, économique et intellectuel. Son but est de rapprocher les points de vue et les intérêts entre les grandes régions du monde, plus particulièrement l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie Pacifique.

La Commission Trilatérale, à Berlin ce week-end

Le 14 mars 2013, Les Echos écrit « Hollande veut répondre à l’impatience par ordonnances ». De quelle impatience s’agirait-il ? La réalité est que les citoyens portent au quotidien un jugement de plus en plus négatif sur la politique de François Hollande et sur les prétendues « réformes » gouvernementales. Au même moment, Les Echos publie un article du Prix Nobel d’Economie Joseph Stiglitz intitulé « Les élections italiennes et la faute des dirigeants européens », soulignant la « nocivité d’une austérité généralisée » et réclamant un changement de politique l’échelle européenne. Mais la solution préconisée par Stiglitz, à savoir un renforcement des pouvoirs de l’Union Européenne, ignore la cause principale de la situation actuelle : la politique de privatisations et de délocalisations menée depuis trois décennies dans les pays jadis « riches ». L’Union Européenne a été un vecteur privilégié de cette stratégie aux conséquences fatales. Sauf méprise de notre part, Joseph Stiglitz ne fait pas partie de la Commission Trilatérale dont la réunion plénière de 2013 commence à Berlin ce vendredi et durera tout le week-end. Mais les membres français de la Trilatérale sont relativement nombreux : un quota de dix-huit, comme pour l’Italie et la Grande-Bretagne, à côté de vingt pour l’Allemagne. Et c’est un français, l’ancien président de la Banque Centrale Européenne Jean-Claude Trichet, qui en préside la section européenne succédant à Mario Monti. Le site de la Commission Trilatérale n’annonce pas d’avance le programme de la réunion plénière de 2013. Mais de toute évidence, la situation financière des Etats-Unis et de l’Europe occidentale occupera une place importante dans les débats. La Trilatérale compte également des représentants de la République Populaire de Chine. Sa section Amérique du Nord est présidée par le spécialiste du « renseignement » militaire US et professeur à l’Université de Harvard, Joseph S. Nye, Jr. Le 14 mars également, le Quotidien du Peuple rapporte « La Bundesbank : la crise de l’euro n’est pas terminée ». L’article souligne notamment l’appréciation du président de la Bundesbank : « le cours de la réforme semble avoir stagné en France ». De quelle « réforme » s’agit-il, si ce n’est d’une nouvelle étape de la casse économique, sociale et institutionnelle entreprise dans les années 1980 ? Le Point du 14 mars porte à la une la phrase « sauver nos retraites ». Mais les retraités n’ont-ils pas cotisé toute leur vie ? Au fond, rien de vraiment nouveau par rapport à l’analyse déjà présentée dans nos articles récents « Hollande, Ayrault et la mondialisation » (I) , (II) et (III). Le dumping social planétaire fait de plus en plus de ravages dans les pays jadis « riches ».

Doit-on s’étonner si trente ans de privatisations et de fuites de capitaux ont placé les Etats-Unis et les pays de l’Europe Occidentale dans une situation de plus en plus critique ? Qui pouvait raisonnablement ne pas s’y attendre, quoi qu’en aient dit « nos experts » devant l’opinion publique ?

Créée il y a quarante ans, la Commision Trilatérale (pour les trois continents « riches » de l’époque) a eu précisément pour objectif de jouer un rôle moteur dans la préparation de la mondialisation économique et politique du capitalisme. Sa note d’information About the Trilateral Commission ( http://www.trilateral.org/go.cfm?do=Page.View&pid=5 ) est fort parlante à ce sujet.

Au même moment où se prépare la réunion plénière de la Trilatérale à Berlin (15-17 mars 2013), le Parlement Européen et la Commision Européenne se débattent (voir, par exemple, http://www.europarl.europa.eu/news/fr/headlines/content/2... ) autour de problèmes budgétaires générés en réalité par l’émigration vers d’autres continents de capitaux, industries, technologie... Qui ose le dire clairement ?

Et quel média français, quel parti politique ou centrale syndicale, informe le public de la réunion imminente de la Commission Trilatérale ? Qui appelle à une quelleconque mobilisation ? Pourtant, la Trilatérale a un site public : http://www.trilateral.org/

La Commission Trilatérale fut fondée en 1973, dans une période où le système capitaliste occidental traversait de sérieuses difficultés et la défaite US au Viêt Nam s’annonçait déjà avec les accords de paix de Paris. Les pays se déclarant socialistes étaient nombreux, et les anciennes colonies proclamaient haut et fort leur indépendance. Mai 1968, ses suites et leurs équivalents dans d’autres pays dits « riches » témoignaient du « danger » d’une montée du mouvement revendicatif dans cette partie du monde.

C’est face à cette situation, que le principal initiateur de la Trilatérale, David Rockeffeller, proclama la nécessité d’une réflexion commune et solidaire de la part des « élites » des pays capitalistes « riches ». Le premier document de la Commission Trilatérale, un bulletin intitulé Trialogue ( http://www.trilateral.org/go.cfm?do=file.showdirectory&am... ), date d’octobre 1973 : http://www.trilateral.org/download/doc/October_1973_North... . Figure comme directeur le futur conseiller de la Présidence des Etats-Unis sous Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski.

Parallèlement, des rapports complets sur le fond voyaient également le jour, à commencer par la question du système monétaire international. C’est ainsi que la Trilatérale a élaboré dès 1973 son premier Triangle Paper ( http://www.trilateral.org/go.cfm?do=file.showdirectory&am... ) intitulé « Towards a Renovated World Monetary System », signé par l’économiste Motoo Kaji, le prévôt de l’Université de Yale Richard N. Cooper et le banquier parisien Claudio Segré.

A la fin de ce rapport, on trouve la liste des membres de la Commission Trilatérale en date du 1er novembre 1973, parmi lesquels le futur premier ministre français Raymond Barre.

Avec le renversement des rapports des forces à l’échelle planétaire produit par l’effondrement de l’Union Soviétique et le rapprochement entre la Chine et les puissances « occidentales », les stratégies mondiales élaborées par la Commission Trilatérale ont rencontré un terrain de plus en plus favorable. La tant vantée « libre circulation » des capîtaux et des marchandises en est un aboutissement au service du grand capital financier et industriel.

Mais qui en paye la facture ? Dans l’Europe Occidentale et aux Etats-Unis, les salaires, prestations sociales, standards sociaux, bugdets publics... s’effondrent à cause de l’emigration massive de capitaux, des privatisations, du « marché mondial de la main d’oeuvre »... Quel courant politique s’y oppose ?

Voir en ligne : sur le Blog international du Collectif « Indépendance des Chercheurs »

Sites favoris Tous les sites

4 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).