Nucléaire civil, le besoin...

L’énergie nucléaire en question Permettre aux citoyens une entrée pleine et entière dans la complexité du débat.

, par  Jacques Cros , popularité : 1%

Notre camarade Pierre-Alain Millet animateur de ce site et maire adjoint de Vénissieux en charge de l’environnement, nous a fait l’amitié d’animer un débat de la section du PCF sur toutes les questions du nucléaire. Vous trouverez ci-dessous un compte rendu, partiel, bien sûr : le "ressenti" d’un militant qui a participé à l’organisation de ce débat. Dès qu’il y aura mis une dernière main, Pierre-Alain publiera sur le site son travail d’introduction. Les révolutionnaires ne peuvent prendre le moindre retard... car le débat aura lieu et le contenu du Programme "L’humain d’abord" sur cette question est plus qu’inquiétant : médiocre !

Paul Barbazange, secrétaire de section de Béziers.

L’énergie nucléaire en question

Il faisait froid ce vendredi 3 février, pour le repas à thème mensuel du cercle populaire Joseph Lazare. Vers 18 h le thermomètre avait déjà amorcé sa descente au-dessous de 0°C. Cette période de froid, un peu surprenante même si c’est la saison, a pu conforter dans leur doute ceux qui s’interrogent sur la réalité du réchauffement climatique (note de la rédaction : ceci est une appréciation personnelle de l’auteur).

La température avait dû en arrêter quelques-uns, nous étions une petite quarantaine pour ce débat sur le nucléaire.

Les intempéries avaient également retardé le train par lequel venait Pierre Alain Millet, le conférencier attendu.

Eh bien nous nous sommes adaptés à ce retard et nous avons pu entendre « en vedette américaine » un intervenant présenter l’aspect militaire du problème. L’analyse à ce niveau doit faire consensus. La course à l’armement nucléaire coûte cher et est source de tous les dangers. L’évolution de la technologie en la matière est porteuse de risques effrayants. On ne peut pas évacuer cette donnée essentielle quand on aborde la question du nucléaire.
Avec l’arrivée de Pierre Alain nous sommes entrés dans le vif du sujet. Quels sont les besoins en énergie ? Peut-on proposer un programme qui limite l’accès de chacun à la satisfaction de besoins incontournables ? Peut-on proposer, avec la décroissance de l’énergie la décroissance industrielle déjà largement engagée ?

Comment répondre à ces besoins ? Certes il faut utiliser toutes les possibilités qui s’offrent à nous et n’en exclure aucune. Toutefois il faut prendre la mesure de l’ordre de grandeur de ce que produisent les différentes sources.

Il faut aussi prendre acte de ce dans quoi nous sommes engagés : dans l’état actuel des choses, l’énergie électrique d’origine nucléaire est très largement majoritaire et on n’a pas de solution de remplacement immédiate, ce qui ne signifie pas qu’il ne faille pas en chercher.

Il y a sur la question du nucléaire, sans doute parce qu’en la matière le civil et le militaire sont étroitement imbriqués, une manière de voile, de secret, qui ne permet pas un débat démocratique qualifié. Celui-ci est pourtant nécessaire.

Que des entreprises capitalistes aient trouvé leur profit à l’exploitation du nucléaire n’a pas pour conséquence directe qu’il faille le rejeter en blog, des techniciens, des ingénieurs ont un avis qui mérite d’être pris en considération.

Il faut tenir compte des facteurs tels que la pollution produite par les centrales thermiques. On peut ajouter celui du transport de l’énergie électrique, des difficultés actuelles de la stocker, même si quelques méthodes comme celle qui consiste à utiliser des machines réversibles, qui fournissent de l’électricité en période de pointe et aux heures creuses pompent l’eau dans un réservoir supérieur, sont intéressantes.

Naturellement tout ce qui peut permettre de réduire la consommation de l’énergie pour le chauffage, l’isolation des appartements en l’occurrence, doit être mis en œuvre. Il faut cependant en souligner les limites.

Oui il faut poursuivre les recherches dans tous les domaines et en matière de nucléaire dans celui des générateurs de la quatrième génération comme dans celui de la fusion qui règle à peu près la question des déchets radioactifs.

A ce propos il a été souligné que la radioactivité, que l’on peut déceler dans l’atmosphère est due beaucoup plus à la succession d’essais nucléaires et d’accidents nucléaires militaires, qu’à la gestion des déchets produits dans les centrales, aux accidents de centrales et même à l’utilisation de l’arme atomique contre le Japon par les USA.

La sécurité dans le domaine du nucléaire se heurte plus à la logique du profit qu’à des problèmes techniques. On l’a vu au Japon avec le drame de Fukushima. Si les réacteurs n’ont pas été noyés comme ils auraient dû l’être pour éviter toute contamination, c’est que la société qui exploite l’ensemble espérait les remettre en service.

Finalement la vraie question, ce n’est pas tant « sortir du nucléaire » que « sortir du capitalisme » !

Une tranche de temps, un peu insuffisante, a été consacrée à un échange entre participants. Des questions concernant les générateurs EPR, le réseau de distribution, la nécessité d’avoir une production proche des utilisateurs, mais concernant aussi le désarmement nucléaire, ont cependant été soulevées.

Une trentaine de convives se sont retrouvés pour déguster, et apprécier comme il se doit, le délicieux gaspacho manchego qu’avait préparé Christiane.

Jacques Cros, Béziers

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).