Vote du 24-25-26 novembre 2016

JL Mélenchon va-t-il réussir à diviser le parti communiste à Fontenay-sous-Bois ?

, par  Alain De Poilly , popularité : 3%

La conférence nationale du parti communiste a décidé de ne pas soutenir la candidature de JL Mélenchon à l’élection présidentielle et de présenter un candidat du parti communiste.

Pourquoi ?

1 ) Parce que la situation politique est très grave, après la trahison des socialistes libéraux, la droite et l’extrême droite risquent d’être les seuls à pourvoir être présents au deuxième tour de l’élection présidentielle.

2 ) Le seul moyen de faire obstacle à ce scénario catastrophe pour le monde du travail, c’est de présenter un candidat commun qui rassemble l’ensemble des forces de gauche, autre que les socialistes libéraux qui ont trahi la confiance des français.
Notre parti s’efforce depuis des mois à rassembler ces forces de gauche sans y parvenir. Le temps passe et notre parti ne peut pas attendre plus longtemps l’arme au pied, pendant que tous les autres candidats font leur campagne.

La question s’est donc posée, faut-il comme en 2012 soutenir la candidature de JL Mélenchon ? ou présenter un candidat du parti communiste ?

En effet, aujourd’hui la candidature de JL Mélenchon pose des problèmes. D’abord il n’est plus le candidat du Front de Gauche qui rassemblait la gauche antilibérale. Il a fait un choix politique différent. Il a choisi de se couper des partis politiques qui le soutenaient en 2012 parce qu’il ne croit plus à l’utilité des partis politiques. Il a donc choisi de partir seul et de créer un mouvement qui a tout d’un parti politique "La France Insoumise" ; ce mouvement ou ce parti politique qui s’arroge le monopole du dialogue direct avec les citoyens, s’est donné une Charte pour les élections présidentielles et législatives qu’il considère comme un tout indissociable.

Aussi, la conférence nationale a considéré que la candidature de JL Mélenchon n’était pas une candidature de rassemblement des forces de gauche, condition indispensable pour permettre de battre la droite et l’extrême droite. La décision a donc été prise de présenter un candidat du parti communiste, non pas pour ajouter de la division à la division, mais au contraire pour mettre cette candidature au service de l’union indispensable, tout en faisant connaître enfin son projet pour la France.
En conséquence, voter pour la candidature de JL Mélenchon, c’est adhérer à sa nouvelle démarche politique qui tourne le dos à l’union indispensable pour battre la droite, c’est se soumettre à un tribun extraordinaires, séduisant, convainquant, à l’égo démesuré, mais qui joue perso. Cette stratégie va conduire à la division du parti communiste au profit du parti de la France insoumise avec les conséquences dramatique sur les élections à venir.

Par ailleurs, choisir la candidature de JL Mélenchon c’est un choix irréversible, c’est se résigner à la division de la gauche, c’est considérer comme JL Mélenchon qu’il y a deux gauches irréconciliables, que la liste de large rassemblement de la gauche à Fontenay-sous-Bois sur laquelle repose la majorité municipale, c’est fini. Soutenir la candidature de Mélenchon contre le candidat du parti communiste, c’est diviser le parti entre ceux qui feront la campagne de JL Mélenchon et ceux qui feront celle du parti communiste. Choisir la candidature de JL Mélenchon, c’est promouvoir le parti de la France Insoumise à Fontenay-sous-Bois pour les législatives, alors que JL Mélenchon a annoncé qu’il présenterait partout, mais surtout là ou il aura reçu le meilleur accueil, un candidat pour les législatives, sachant que les élections législatives servent de base pour le financement des partis politiques.

Nous voyons bien que nous ne sommes plus en 2012, JL Mélenchon n’est plus le candidat de l’union, du Front de Gauche. Il est le candidat d’un parti. Comment pourrions-nous faire une campagne autonome du PCF avec lui, alors que Pierre Laurent qui lui a proposé notre ralliement à sa candidature, lui n’a rien obtenu. Le ralliement doit être sans conditions.

A Fontenay-sous-Bois, un microcosme de nostalgique de la candidature de JL Mélenchon de 2012, tourné vers le passé, n’arrive pas à imaginer l’avenir sans JL Mélenchon, bien que ce dernier n’ait aucune chance d’être au deuxième tour, et tous ont des responsabilités importantes, maire, présidente du groupe communiste, conseiller départemental etc.

Ainsi, le maire a donné son parrainage à JL Mélenchon. Il lui propose même de l’accueillir dans SA VILLE (je me tiens à ta disposition, cher Jean-Luc), mais dans SA VILLE il y a des communistes, des écologistes, des socialistes antilibéraux et des citoyens qui l’ont fait élire Maire et qui ne partagent pas forcément son admiration débordante pour JL Mélenchon. Diviser sa majorité, est-ce cela faire de la politique autrement ?

Mais pour l’instant la parole reste aux adhérents du parti communiste ; les 24-25-26 novembre, ils vont pouvoir choisir entre soutenir un candidat d’un autre parti JL Mélenchon et un candidat de leur parti. Aussi à tous ceux qui pensent que notre parti s’est trop souvent effacé, à tous ceux qui rêvent d’entendre dans les médias un communiste qui explique son projet pour lutter contre le chômage, l’austérité et qui parle de l’union et pas de lui. Alors faites vous plaisir, voter pour qu’il y ait un candidat communiste à l’élection présidentielle et si certains cherchent à vous décourager (ça va couter cher, JL Mélenchon est le plus médiatique etc...), alors dites leur que l’avenir appartient à ceux qui luttent pour défendre leur opinion et pas à ceux qui se soumettent à celles des autres, là est le courage et la lucidité.

Les 24-25-26 novembre, votez pour l’option n° 2

Candidat du parti communiste !

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).